Blog

LETTRE OUVERTE

LETTRE OUVERTE A ALAIN

 

Tiens !? Aujourd’hui tu as décroché… Sans doute excédé. C’est vrai que j’avais mis le paquet… 39 de fièvre, réveillée sans raison à 4h du matin… Comme tu ne m’as pas vraiment ménagée (euphémisme), je n’ai moi non plus aucune raison de le faire à ton encontre, pas vrai ? Alors quand ça ne va pas, tu morfles… logique, non !? Et puis on était censé tout partager, non !?

 

Comme tu m’as mise au défi d’aller encore déverser mon fiel sur mon « blog à la con », et comme je n’aime pas contrarier les gens, j’utilise donc à nouveau ce blog pour finir la conversation que tu as un peu vite abrégée.

 

Enfin première discussion concrète qui a duré plus d’une minute ! Au bout de quatre mois : tout vient à point qui sait attendre ! Tout d’abord, il y a eu une avancée certaine ce matin… Au moins tu as avoué ne m’avoir rien dit lorsque tu as senti que tu ne m’aimais plus, juste par peur que je pète les plombs. Par lâcheté, quoi… C’est déjà mieux que ton hypocrite « je ne voulais pas te faire souffrir ». Par contre, impossible de te faire dire depuis quand tu « connais » ta nouvelle. Là-dessus, tu refuses de cracher le morceau… Est-ce donc si inavouable ? Cela me laisse imaginer le pire…

 

J’ai noté que mon blog était selon toi lamentable et bourré de mensonges… Je suis désolée mais tout ce que j’y ai écrit est vrai :

-          Tes scènes de jalousie, ou plutôt de possessivité : veux-tu que je demande à mes proches de venir témoigner dans les commentaires ?

-          Ton attitude de joli coeur sur webtarot depuis plusieurs années déjà : je crois que la conversation avec Supernana que j’ai recopiée sur ce blog est édifiante.

-          Ta grande aptitude à chater avec des jeunes femmes (de préférence en aparté) lorsque je t’ai connu… Faut-il que je retrouve les coordonnées de Marine de Mschat ?

-          Le début de notre relation : j’ai les CD que tu m’as gravés. Les phrases que tu utilises avec ta nouvelle sont les mêmes… Dois-je mettre en ligne tous nos chats, ceux-là mêmes où tu me disais être ton âme-sœur, ton égérie, ta tite fée, un miracle de la vie, etc ?

-          La rupture : tu ne vas quand même pas nier le mail que tu m’as envoyé du jour au lendemain ??? alors que le matin même tu me disais encore « je t’aime » par téléphone…

-          Ton silence qui a suivi…

 

Bref, je ne vais pas tout énumérer à nouveau… Dis-moi où il y a mensonge selon toi ? Lorsque je remets en doute la sincérité de tes sentiments ? Comment puis-je toujours y croire au regard de cette rupture que toi tu continues de juger normale. Si vraiment tu m’avais aimée, tu m’aurais quittée proprement et tu te serais inquiété de ce que j’allais devenir. Là, rien… Silence total, et surtout aucun respect pour moi lorsque tu t’affichais le jour même de notre rupture sur le net avec ta nouvelle ! Là aussi, je mens ?

 

Tu me dis qu’au début tu as éprouvé de la compassion pour moi, mais que là plus du tout… Ton silence était-il l’expression de cette compassion ? Tu savais parfaitement dans quel état je me trouvais par les messages que je te laissais, et ensuite par mon blog. Je ne mangeais plus, je ne dormais plus et j’ai même failli faire n’importe quoi… Me laisser crever sans même un mail était-ce une marque de compassion ? Tes phrases assassines lorsqu’au bout de deux semaines tu as fini par décrocher (à peine une minute et l’air excédé) « j’aimais nos après-midis, mais je savais depuis longtemps qu’on ne pourrait rien construire ensemble » et surtout « avec un extasy dans le cornet ça le faisait » étaient-elles également des démonstrations compatissantes ? Utiliser les mêmes déclarations enflammées pour ta nouvelle, aux vues et au su de tout le monde, sous mes yeux pendant que je souffrais, également ? Me faire t’appeler un mois après dans un grand désir d’apaisement (le signal habituel pour que je t’appelle… pas question pour toi de dépenser une communication, hein !?) et commencé ton explication par l’annonce joyeuse de la rencontre de l’âme-sœur… Signe de compassion là aussi ? Tu oubliais un peu vite que tu m’avais répété la même chose pendant des années ! Et qu’un simple « comment vas-tu » aurait été de meilleur ton ! D’ailleurs au passage, j’aimerais bien savoir comment tu fais pour vivre comme ça des amours uniques à répétition…

 

Je ne voulais pas parler de ta femme par respect pour elle, mais puisque tu me parles de ta compassion… Le seul vrai appel que j’ai eu c’est le sien il y a trois semaines  « pendant que tu discutais sur l’ordinateur avec la nouvelle jeune femme » (dixit). Elle me sentait malheureuse et voulait me réconforter. Apparemment votre couple fonctionne comme ça… Depuis combien de temps ta femme savait-elle pour nous ? Alors que tu l’utilisais comme garde-fou… Tu avais soi-disant toujours peur qu’elle apprenne notre liaison ! Tu la sentais dépressive ! (Comment puis-je croire à ta sincérité après ça ? Explique-moi !!!).

 

Elle m’a affirmé que tu t’inquiétais pour moi (pas vu la couleur de ton inquiétude), que  j’étais certainement une femme brillante « pour avoir duré huit ans » (dixit) et que je devais donc penser à me reconstruire. L’explication qu’elle m’a donnée sur ton revirement est que tu es « sans cesse à la recherche de l’absolu, mais comme l’absolu n’existe pas »… Mon interprétation personnelle de cette phrase, c’est que tu es coutumier du fait ! Cette conversation a donc confirmé le double visage de toi que j’ai découvert à mes dépens… dont cette forme de donjuanisme (définition : Besoin pathologique de séduire. Ce comportement traduit généralement le besoin d'être rassuré : ces hommes doivent en permanence se convaincre qu'ils sont capables de susciter de l'intérêt, voire de l'amour, chez les femmes. En fait, ce n'est pas réellement les femmes qu'ils désirent séduire, c'est LA femme par excellence).

 

Tu comprendras donc que j’aie du mal à croire à cette compassion. Je penche plutôt pour une attitude de bon ton vis-à-vis de ton entourage pour éviter de passer pour un salaud… Tu devais être très très chagriné de la situation… mais de là à prendre ton téléphone ou même à m’envoyer un mail, non ! Je pouvais bien crever !

 

Bref, quelle que soit la compassion que tu dis m’avoir témoignée, j’ai bien noté que maintenant c’était fini et que mes messages intempestifs commençaient à bien faire… Simple curiosité : A quelle intensité estimais-tu la force de mes sentiments au bout de huit ans ? De quelle durée « normale » avais-tu prévu mon chagrin ? trois jours ? trois semaines ? trois mois ? Pour un « amour unique » est-ce suffisant ? Ah voilà, tu t’étais peut-être emporté un peu vite dans l’euphorie de notre rencontre au niveau de tes déclarations de miracle de la vie… sauf que ces mêmes déclarations ont quand même duré huit ans, jusque dans ton mail mensonger de rupture. Et des « Aies confiance en moi Isa » j’en ai eus jusqu’au bout… Alors ose me dire que tu ne m’as pas menti et que c’est moi qui mens dans mon blog !

 

Rassure-toi je ne veux plus de toi, j’ai simplement une grosse rage au fond de moi à m’être fait berner de la sorte, et une grosse envie de te mettre le nez dans ton caca (expression pas très jolie, mais qui te va bien) : malgré ton dédain pour cette catégorie de personnes, tu n’es qu’un dragueur du net quoi que tu en dises, sauf que toi c’est encore plus vicieux car tu fais durer les choses dans le temps ; une simple partie de jambes en l’air ne te suffit pas… il faut que tu sois sûr que la personne est totalement conquise, ensuite ça ne t’intéresse plus. Et puis j’ai envie de te faire partager ma dépression. Je ne vais tout de même pas être la seule à faire les frais de tes débordements maladifs !?

Un de tes arguments a été que tu ne m’appartenais pas et que tu étais libre… Je n’ai jamais prétendu le contraire. Je crois que tu te méprends. Ce n’est pas de m’avoir quittée que je te reproche, c’est la manière dont tu l’as fait. Il fallait me quitter avant d’en chercher une autre. Il ne fallait pas me mentir et me trahir comme tu l’as fait. Même si chacun est libre, au bout de huit ans tu avais tout de même un engagement moral vis-à-vis de moi : on ne joue pas avec les sentiments des gens. Tu n’es plus un teenager. A 55 ans, tu dois quand même bien savoir ce que tu dis quand tu prononces des « je t’aime » et des « as-tu déjà ressenti ça avant ? » d’un air extasié. Ah l’amour unique… liés pour l’éternité comme deux âmes-sœurs qui se sont longtemps cherchées… Ces phrases que tu aimes à utiliser avec n’importe laquelle correspondent à quoi en fait pour toi ? Des mots creux qui fonctionnent auprès des filles ? Et toi qui cherches sans cesse l’absolu, quel absolu peux-tu donc offrir puisque tu es déjà marié et que tu gères ta vie en « phases », en « étapes », auxquelles tu te prépares sans cesse à l’avance ? Des petits absolus instantanés et répétitifs ? Des petites excitations pour agrémenter ta vie d’homme marié ?

Selon ta femme, la phase séparation était en gestation depuis un moment… sauf que le problème c’est que moi je n’étais pas au courant de mon côté ! Toi, ta femme, et sans doute ta nouvelle, vous étiez tous au courant… sauf moi. Laisse-moi sourire quand tu me dis que rien n’était prémédité. Il y aura donc eu les années musique trance, puis les années Isabelle… et maintenant ce sont les années Flo. Sans cesse du renouveau dans ta vie, hein ? Tu zappes et tu passes à la suivante sans aucun scrupule, comme des pions quoi ! Sans jamais un regard en arrière. Est-ce que tu te souviens que j’avais employé cette formule il y a quelques années, lorsque tu t’étais pris de passion pour le tarot : « après les années Isabelle, les années tarot ? » ? Tu t’étais alors indigné. Tu n’étais pas comme ça, il fallait que je te fasse confiance. Par contre, toi tu avais du mal à me faire confiance et tu voyais d’un très mauvais œil que j’aille aussi jouer au tarot… Avec le recul, je me rends compte que tu avais surtout trouvé un nouveau vivier de femmes seules ou disponibles.

 

Je commence déjà à appartenir à tes « erreurs », comme ton écart d’il y a vingt ans… Tu ne te sens pas un peu seul au bout du compte à toujours agir ainsi ? Je te crois incapable d’amour. La seule personne que tu aimes c’est toi ! Tu n’as pourtant pas pu t’empêcher de me dire lors de notre conversation que c’était moi qui étais égoïste, car je ne me mettais pas à la place de ta femme, je ne cherchais pas à te comprendre et je ne me rendais pas compte des difficultés que tu traversais… Parce qu’il faudrait que je te plaigne en plus ??? Oh que j’imagine ce que tu racontes à ta nouvelle lorsque je te laisse des messages, et sur quel ton larmoyant et désespéré tu le fais ! C’est toi qui es à plaindre… comme tu l’étais avec moi, torturé par ta dualité (alors que ta femme savait). Et je comprends mieux les petites phrases sur certaines fiches de webtarot « Ne pleurs jamais sur quelqu’un qui n’est pas capable de pleurer sur toi » (parce que je mettrais ma main à couper que c’est ta nouvelle qui a écrit ça ! lol). Ce que tu m’as fait, c’est comme si tu m’avais jetée du haut d’une tour ! Sans me laisser aucune chance ! Tu étais pourtant la personne que j’aimais le plus au monde et en qui j’avais le plus confiance, bercée par tes beaux discours creux… Et il faudrait que je te plaigne après ta trahison lâche et la souffrance que tu m’as fait endurer dans la plus grande indifférence ?

 

Ah j’oubliais : si tout cela est arrivé "c’est un peu de ma faute, et il faut que je me remette en question". Tu sentais que tu ne pouvais rien m’apporter (ah bon ?). Moi de l’amour et de la sincérité, ça me suffisait. Mais avec le recul, effectivement même ça tu n’es pas capable de l’apporter à une femme. Et puis il paraît que je suis inactive depuis 2003 ? Tu as même insisté sur 2003 quand je t’ai dit non. Ta femme m’a donné cette raison également : mon inactivité… Tu me fais passer pour une clocharde ou quoi ? C’est ça que tu racontes à ta nouvelle ? Tu me décris comme une femme qui se laissait aller ?

 

Premièrement j’ai travaillé jusqu’en mars 2005 (dois-je mettre en ligne mon dernier bulletin de salaire ?). Ce départ a été négocié à ma demande, puisque selon toi je perdais mon temps dans cette entreprise qui m’exploitait. C’est sans doute un peu vrai, mais moi je m’éclatais bien dans ce boulot (et j’avais quand même un bon salaire si tu te souviens). J’ai donc préparé un dossier pour faire un Fongecif dans la foulée, pour un stage d’assistant réalisateur (je mens ?). Malheureusement mon dossier a été rejeté en commission, faute de budget.

 

J’ai ensuite préparé une validation des acquis lorsque j’ai vu que les places auxquelles je postulais exigeaient un niveau Bac + 5. Or je suis totalement autodidacte. J’ai bossé trois mois sur un mémoire, qu’apparemment tu as lu en diagonale, car si je me souviens bien tu m’avais dit à l’époque que ce n’était pas ton domaine, donc tu n’y comprenais pas grand-chose. Difficile d’échanger alors sur le sujet. (je mens aussi ?) Malheureusement, la personne qui  s’occupait de cette section à la Fac a eu la curieuse idée (même l’Anpe a trouvé ça curieux) de vouloir m’inscrire à des cours pendant un an avant que je présente mon dossier sous prétexte que j’étais totalement autodidacte. Comme je ne voulais pas perdre un an et que ce diplôme ne me servait que pour ma recherche d’emploi, j’ai refusé.

 

J’ai ensuite monté un projet de création d’entreprise pour ouvrir un salon de luminothérapie, et j’ai donc suivi un stage de création d’entreprise via l’anpe. (je mens encore ?) De mémoire, il n’était pas question de t’associer à ce projet (j’envisageais de faire des cabines de massage) pour éviter que ta femme découvre mon existence. Mais c’est vrai que c’était en 2007, et qu’apparemment tu te désintéressais déjà de moi à l’époque.

 

J’ai finalement décidé de devenir distributrice indépendante en mars 2008… Si je calcule bien, j’ai donc consacré trois années à étudier différents projets, tout en menant une recherche d’emploi d’ailleurs (ce que toi tu appelles « inactivité »). Après 25 ans de boulot non-stop, sélectionner les annonces et explorer d’autres voies te semblent donc si curieux ? Tu voulais pourtant justement que l’on développe quelque chose ensemble… M’as-tu fait des propositions ? Et cette année 2008 considères-tu aussi que j’ai été inactive ? Alors que j’allais distribuer ma publicité tous les jours, que j’avais des conférences téléphoniques trois fois par semaine, que j’appelais les gens jusqu’à 20h30… ? C’est effectivement depuis que l’on s’est moins appelé en journée et que l’on a espacé nos « entrevues » du samedi, car bien souvent je bossais le samedi. Alors est-ce parce que j’étais « inactive » comme tu dis, ou est-ce parce que j’étais moins disponible que tu as décidé unilatéralement de te détacher ?

 

Et toi ? Quel projet passionnant as-tu donc développé pendant ce temps ? Tu avais envisagé de devenir formateur, mais tu as bien vite laissé ça de côté. Tu envisageais les massages également, mais tu n’as jamais rien entrepris à ce sujet tant que j’étais avec toi. Je t’encourageais pourtant à demander un congé formation. Depuis huit ans que je te connais, tu parles de quitter ton job… Tu y es toujours… Lequel des deux est « inactif » et ne développe rien ? Ton sujet de discussion favori était pourtant de te plaindre de ton job et de raconter les petites histoires avec tes collègues…

 

Que racontes-tu donc sur moi et ma soi-disant inactivité ? Ne serait-il pas plus simple d’admettre tout bonnement que tu t’es lassé ? Que tu n’as pas su tenir tes promesses et beaux discours sur cet amour unique et éternel qui t’animait ? Pourquoi as-tu donc sorti de ta poche cette date de 2003 ? Est-ce donc là la fin de ta passion ? Remarque, des études disent que chimiquement une passion ne dure pas plus de deux ans… Cette date correspondrait donc bien pour quelqu’un comme toi qui a plutôt les neurones situés au niveau des gonades. Alors, partagé entre la peur de me faire souffrir et la peur que je pète un plomb, tu as continué à venir me sauter avec la même ardeur pendant des mois (voire des années). Quel courage et quelle abnégation !

 

Par contre, ce qui est sûr c’est que depuis que je te connais j’ai effectivement régressé au niveau relations sociales. Pas question que je continue à voir mes amis, et rien à faire pour que tu acceptes de les rencontrer non plus ! Quand à internet, tu as tout fait pour que je m’en écarte… J’étais une femme trop publique à ton goût ! (par contre, toi tu ne te prives de rien à ce niveau-là) C’est sûr, mes sujets de conversation se sont vite restreints à rester dans ma cage dorée.

 

Dans tes explications, tu me donnes également comme raison que « tu t’es libéré de ta vie il y a quelques mois »… Je ne comprends pas bien cette phrase… Rassure-moi ? Tu n’es pas rentré dans une secte, au moins ? Parce qu’entre moi qui dois me frapper la poitrine en répétant « c’est ma faute, ma très grande faute », ta nouvelle qui prend des pseudos genre « Déité », la phrase énigmatique que tu lui écrivais en décembre « Tout dépend si elle a la foi » (euh ? tu parlais de moi là ?)… Si les forces célestes s’en mêlent, on n’est pas sorti de l’auberge ! Il me semblait pourtant que tu fuyais tout ce qui avait trait à la religion. Alors te voir toi parler de foi, c’est à mourir de rire !… mais que ne serait-on pas prêt à faire pour séduire, hein !? Moi c’était le coup de la prédiction… Notre rencontre était écrite dans les astres… Tu te souviens ? Cette porte qu’on t’avait prédit s’ouvrir pour toi à la quarantaine ? Alors, la quarantaine, puis la cinquantaine… ce n’est plus une porte là, mais carrément une bouche de métro où tout le monde circule !

 

Je me trompe ou j’ai senti une pointe d’agacement dans ta voix lorsque tu m’as dit savoir que j’allais faire la folle en teuf ? C’est effectivement mon activité du moment, car là pour le coup je ne fais plus rien depuis le 9 décembre, à part dessiner… Tu croyais que j’allais porter le deuil ? Je me tape déjà une dépression, je peux quand même me distraire un peu pour en sortir, non ? Je sais que le noir affine, mais je crois qu’après avoir perdu 12 kg, je n’en ai pas vraiment besoin. (Au passage, je te signale que je ne prends rien et que j’apprécie d’autant plus.)

 

Quant à savoir pourquoi je suis restée huit ans avec toi puisque je dis maintenant que tu es si horrible, tout simplement parce que je suis naïve et que j’ai gobé tout ce que tu me disais. J’ai mis quinze jours à ouvrir les yeux. Et même ensuite, je me disais « ce n’est pas possible, ce n’est pas le même homme ». Comme on dit : l’amour est aveugle, hein !?

 

Voilà ce que je tenais à te dire. Je le fais par ce blog car je pense que tu n’écoutes pas mes messages. Je me fiche de savoir ce que tu penses de ce blog. Mes proches le trouvent touchant et courageux. Quant au fait qu’il n’y ait eu que neuf commentaires, comme tu me l’as fait remarquer, je ne vois pas pourquoi les gens s’attarderaient à laisser des messages. Ce blog n’est pas fait pour ça. Et si tu veux tout savoir, j’ai accès à la provenance des connexions et aux mots clefs de recherche : une grosse quantité de lecteurs sont des hommes qui posent la question « comment faire pour quitter ma femme ». Alors tu te doutes bien qu’ils ne vont pas chercher à prendre contact ! A tel point que j’ai parfois pensé à faire un billet sur ce sujet. Ce n’est pas que je tienne à ce qu’ils quittent leur femme, mais si ils y sont décidés, au moins qu’ils le fassent proprement. D’autres sont des égarés qui cherchaient la règle du jeu de la chasse au trésor (lol)… donc pas de raison non plus de s’attarder. Il y a une petite poignée qui vient de Webtarot aussi. Je pense qu’ils lisent ça sous forme de feuilleton. Pourquoi pas ? Ca ne me dérange pas. Et quelques femmes qui s’interrogent sur les hommes de 50 ans. Mais si cette question t’intéresse, je peux lancer un sondage si tu le souhaites ? J’en ai la possibilité. Après tout, peut-être que ce blog est utile pour d’autres femmes dans mon cas ?

 

Et que sont ces quelques billets au regard des huit années de "passion" que tu as eues pour moi ? Au regard de cet amour "unique" ? Ca te dérange donc tant que ça, "mon ange" ?

15/04/09

PERPLEXE

PERPLEXE

Oui… Encore un billet concernant cette « affaire »… Je pense qu’il y en aura malheureusement d’autres, épisodiquement.

Tout à fait par hasard, en consultant un site de musique trance, je tombe sur des messages d’Alain, ce psychopathe ! Et comment ne pas être perplexe ?

Ces messages témoignent d’une correspondance de plusieurs mois (décembre 2007 à mai 2008) avec une personne qu’il me disait détester, et qu’il a d’ailleurs persécutée sur un autre site sous le pseudo de NONBABOU, justement vers mai, avec des termes d’ailleurs très équivoques… pour exemple « ce que tu écris c’est du machouilli de clitoris ». Un peu violent non ? pour s’adresser à quelqu’un qu’on ne connaît soi-disant pas, au seul motif que ses posts sont creux et impersonnels (motif officiel invoqué en ma présence).

D’après la teneur des échanges sur l’autre site, il semble que les écrits de la personne en question n’aient pas laissé Alain indifférent ! J’y note même un empressement certain de sa part à vouloir les lire, voire y collaborer…

Je cite :

----------------------------------

Décembre 2007

Sujet: himalayan pilgrimage     Ven 15 Déc - 0:38:) bonsoir Boudhinette
Oui il y a plus que de la lecture, du "vécu" intense et surtout une culture assez impressionante!
Je n'ai encore lu que les premiers posts et c'est au fil des lignes et de tes délicieux croquis que je réalise que c'était en 1986 .... et qu'en 7 ans, l'afflut touristique avait complètement chamboulé les moeurs des népalais.
J'ai souris en voyant les dessins de ces ânes ... c'est très chers ânes qui prenaient un malin plaisir à nous pousser hors du sentier quand nous grimpions vers le camp de base, lol, véridiques!
Je me garde la lecture des post suivants pour me délecter de leur contenu au fil des soirs... j'y retrouve bcp de sensations passées et , plus encore, j'apprends bcp de petits détails instructifs auxquels je ne prêtais pas d'attention à l'époque... il est vrai qu'il y a mille façons de "voyager" aussi :)... mais tous animés du même désir ardent de s'évader, s'épanouir à la vraie Liberté...
Si tu es oki je pourrais voir comment "compléter" modestement ton carnet népalais avec quelques tofs que j'avais prises...à l'époque (1979).
See you soon
Mindweaver

Sujet: himalayan pilgrimage     Sam 16 Déc - 0:26

boudhinette a écrit:

you're welcome!
sinon y a ce site qui cherche des témongnages anciens, il est très bien fait d'ailleurs, mais peut être n'est tu pas allé à Muktinath?
http://www.muktinath.org/


Muktinath ne m'évoque rien de particulier mais il faut dire que je n'ai pas une mémoire aussi précise que la tienne ( la mienne est plutôt du type "sélectif", voire limitée, lol, juste réceptive aux feelings ambients, l'atmosphère, l'esprit , la mentalité des personnes croisées, sans nom ni étiquette sociale ). Par contre quand tu évoques les toits plats typiques du Tibet, ça me fait penser au Laddak et Leh dont la culture est identique aux tibétains.
Nous avions fait une sorte de "route des monastères" là bas ... ( là, sans "autoroute", ni infrastructure à touristes, rien, que de la rocaille à perte de vue mais quelle ivresse :shiva: dans cette immensité desertique !...l'alcool de riz offert par les paysans et l'altitude aidant au passage, lol! Le "pied" comme tu dis , avec aussi de superbes nuits étoilées :star: à la fraîche ) ... et l'attitude de certains "moinetons" ou "lamas" ( genre passer la main aux fesses des étrangères ) nous on fait vite démysthifier les écrits de Lobsang Rampa et consorts. Mieux, à l'époque, déjà, un "lama" n'a pas accepté en "offrande", comme il est (était?) de coutume, notre bouquet d'encens pour nous autoriser à visiter son monastère .... préférant les espéces bien trébuchantes, lol! Et oui, mais bon, rien de désenchanté non plus .... l'expérience de la "vie" tout simplement avec ses bons et moins bons aspects :) ... et comme ma mémoire ne privilégie que les bons
!
Bon , demain c'est taf again
... Chouette, j'en suis tjrs qu'à la page "1" de tes récits ! je prends mon temps et mon plaisir à te lire, et me souvenir, post by post...

Mai 2008

 Sujet: RE: himalayan pilgrimageMindweaver

Réponses: 32
Vus: 271
Rechercher dans: :: Carnet de voyage    
Sujet: himalayan pilgrimage     Dim 13 Mai - 15:10

:) Ce "dessin" aux teintes douces et claires est superbe! :star:
... tellement évocateur aussi :star:
... au même titre que les récits de ton carnet de voyage himalayen (:
Merci
  Sujet: RE: himalayan pilgrimageMindweaver

----------------------------

 

Il prend même plaisir à lire cette personne… post par post… en gardant un peu pour chaque soir… et en mai, on note même l’apparition des petits smileys avant et après sa phrase (ça, c’est normalement réservé aux personnes qu’on apprécie)… Alors ??? Ces récits étaient-ils si creux ???

 

Alors je suis perplexe… Pourquoi ne pas m’avoir associée en décembre à la lecture de ce carnet de voyage, puisqu’on partageait tout ? Pourquoi soudain en mai ce déchaînement d’injures contre cette même personne ? (Cinq mois à se rendre compte que ce carnet de voyage était creux et impersonnel ?) Pourquoi là par contre s’en être fièrement vanté pour que j’aille lire ses messages d’insultes ? (car moi je n’avais absolument pas fait le lien entre NONBABOU et lui)… toujours cette perversité sans doute. Il me racontait même comment il créait d’autres pseudos sur le lieu de son travail pour continuer à aller semer ses posts ravageurs (car Nonbabou avait été banni du site). Lorsque je m’étonnais de son comportement, il tournait ça en plaisanterie de potache. Puis pourquoi soudain faire en sorte que je quitte le site TG ? Réconciliation avec cette personne ?

 

Cette personne serait-elle Deirdre49 ? Ou bien une enième tentative de conquête ?

 

Perplexe encore lorsque je me souviens du site où je l’avais rencontré il y a 8 ans… Même procédé : encensement sur mes écrits ou mes dessins, puis persécution sur le site dans des moments qualifiés de « manque » ou de « douleur » jusqu’à ce que je quitte ce même site pour ne me consacrer qu’à lui sur msn. De combien d’autres femmes cherchait-il à se cacher par ce stratagème ?

 

Non plus perplexe, mais carrément écoeurée lorsque je me souviens que dans le même temps il était tout mielleux et soi-disant plein d’amour pour moi… Désabusée aussi lorsque je me rends compte combien j’ai été abusée et manipulée !

 

J’ai beau vouloir tracer un trait sur cette histoire, malheureusement le hasard m’y confronte par moment. Lorsque l’on connaît l’épisode de dénigrement de cette personne sur TG en mai, la découverte de ces posts sur un autre site m’ont presque fait rire ! Et je ne peux m’empêcher de les mettre sur mon blog. Je sais maintenant que même sans chercher, je finirai par trouver le fin mot de l’histoire.

 

Je profite de ce billet pour parler un peu dessin. Le titre « Perplexe » reste dans le contexte car suite à ma dernière teuf au Trabendo j’avais fait un dessin qui pour moi exprimait le renouveau… jusqu’à ce qu’on me dise qu’on voyait un gros alien menaçant sous-jacent ! Cela m’avait laissé perplexe car je n’y avais vu au départ que de belles couleurs représentant les bonnes ondes, la joie, la vie. J’ai donc voulu corriger ce dessin, mais ça revenait à le détruire. J’ai finalement décidé de conserver « l’alien » sous-jacent en lui collant des sun-glasses branchées et en le faisant sourire… car cet alien est une réalité et il faudra bien que je fasse avec. Cette histoire ne va pas me quitter comme ça… l’alien est sous-jacent. Je vais d’ailleurs remettre en ligne l’ancienne version car je la trouve plus jolie au niveau des couleurs. Et puis c’est un peu l’histoire de ma vie : ne jamais voir le mal ou le danger.

29/03/09

TRABENDO… Le soleil brille !

TRABENDO… Le soleil brille !

Je me suis décidée à sortir ce week-end pour aller en teuf. Je l’avais fait le mois dernier et il y avait eu un peu de mieux pendant quelques jours. Samedi, je n’avais pas pu dormir avant 16h… Je m’étais écroulée en me rendant compte que j’avais passé plus d’une heure à envoyer le même SMS au moins une centaine de fois. Réveillée à 21h, je me disais que ce n’était pas la peine de sortir dans l’état où j’étais et que j’allais finir enfermée quelque part dans un asile.

Je ne sais pas pourquoi, je me suis finalement décidée à 23h… Un grignotage vite fait, douche, blush et hop taxi ! Pourtant persuadée que la soirée allait être nulle. Ou plutôt que moi j’allais être nulle. Je me suis donc dis « je vais danser sans penser à rien ». Et là… j’ai trouvé une musique super, des gens sympas, bien dedans, une bonne ambiance. Le miracle s’est produit : J’ai dansé de 1h à 7h sans quasiment m’arrêter… L’énergie était là malgré seulement 5h de sommeil et un mini plat micro-ondes en 24h. J’ai retrouvé mes images mentales d’avant, celles d’avant le connaître, un sentiment de liberté.

Je l’ai vu devenir tout petit et moi grandir sans fin, avec une énergie nouvelle en moi, avec l’idée qu’il ne savait pas ce qu’il perdait et que Dieu fasse qu’il ne s’en rende pas compte à ses dépends. Et je me suis sentie bien, à un tel point qu’une jeune femme m’a félicitée pour la bonne énergie que je dégageais. Les gens sont venus me parler spontanément, avec une attitude bon-enfant. Cette teuf m’a vraiment rendue heureuse et regonflée à bloc ! Je crois que je l’ai enfin expulsé lui et sa négativité !

J’ai envie de nouveaux projets ! J’ai envie de faire plein de choses que je n’ai pas faites pendant huit ans ! J’ai envie de rencontrer des gens ! Et je vais le faire ! En plus, j’ai eu une bonne nouvelle de la part de ma copine concernant mon scénario. Probable qu’elle le tourne cet été. Mon Dieu que la vie est belle ! J’en pleurerais presque à écrire cette phrase. Comment ai-je pu rester ainsi trois mois dans le brouillard ? Mince ! J’ai tout à ranger ici ! Ca va être du sport ! Je sais… A chaque fois je dis ça, mais là je sens bien que c’est différent. Les gens l’ont bien senti d’ailleurs samedi autour de moi.

Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose s’est passé ce samedi soir. Je crois qu’il faudrait suggérer aux instances médicales d’emmener les dépressifs en teufs !

J’ai fait un dessin cette nuit pour essayer de retranscrire ce que j’ai ressenti : de bonnes vibes. Pressée de le finir, j’ai repris la femme papillon. Peut-être que je ferai un nouveau personnage à l’occasion. Mais d’un autre côté, c’est comme ça que je me suis vue : prête à prendre mon envol. Je l’ai bien sûr appelé Trabendo puisque c’était là où se tenait la teuf. Les vibes on les voit… les deux points verts peuvent symboliser tour à tout les platines des DJ (bien que ce soit plutôt des ordinateurs maintenant) ou le regard des gens autour de moi qui me rendaient cette énergie. (J’ai notamment piqué plein d’énergie à un jeune garçon qui dansait devant moi, bien parti dans son imaginaire lui aussi.) Ou bien ça peut être également le regard de mon ami Kala mon ami internaute à travers son écran… Je ne sais pas ce que j’ai perdu, mais j’ai gagné un petit frangin en tout cas (zibou Kala !). Je lui dédis ce dessin puisqu’il a toujours été là quand ça n’allait pas, jusqu’à s’inquiéter quand je ne répondais pas.

J’avais envisagé depuis un bout de temps de faire un billet qui s’intitulerait « La femme de plus de 45 ans » en clin d’œil à celui que j’ai fait sur l’homme de plus de 50, pour essayer de voir plus clair dans tout ce méli-mélo. Je comptais y passer pas mal de choses en revues : mes ex, le décès de mon père… Bref tout ce sur quoi j’ai réfléchi pendant des semaines (parce que tout y est passé pour essayer de comprendre). Mais ce n’est plus la peine. Les explications je les ai trouvées dès les premiers quinze jours, et je les ai écrites et ressassées sur ce blog depuis des mois. Je n’ai même plus besoin des siennes… Il est mort et enterré, tout petit, quelque part dans un bosquet près du Trabendo, paix à son âme… La femme de plus de 45 ans est belle, intérieurement et extérieurement. Elle ressemble à un petit papillon, et tant pis pour ceux qui ne le voient pas ! Je refuse de porter une responsabilité quelle qu’elle soit dans cette histoire (si ce n’est d’avoir été très conne dans mes choix, et très naïve), et je refuse de payer de ma santé pour la médiocrité d’autrui. Je n’écrirai donc pas ce billet. Et je vais totalement remanier mon blog pour enfin passer à des choses plus intéressantes.

Il me reste malheureusement encore à régler le cas de l’œil (oui, l’œil s’est manifesté !). Mais je crois que la réponse va être rapide.

16/03/09

Mince... on vient de me dire que sur mon dessin, sous le papillon on voyait un gros alien !!! Et effectivement, maintenant je ne vois plus que ça... Bon bin on va le corriger un peu avant de le remettre en ligne :))

FLOP

Poème que j'ai écrit spontanément cette nuit sur un site dans la rubrique "Top & Flop" (l'humeur du jour, en gros)

"Flop" ou "Les bruits de mes Nuits"

Flip flap flop comme font les larmes de mon âme...
Tic-tac comme claqu' le temps d'une nuit sans fin...
Aucun bruit ne fait mon coeur qui n'a plus sa flamme,
Même le train de "Kuro" m'interpelle en vain.

Que la nuit extérieure est noire et silencieuse
Alors qu'en dedans résonne tant de rancoeur !
Badaboum les pensées reviennent incidieuses,
A en vouloir hurler au monde mon malheur

"Kuro" c'est le titre d'un mix de Dj Maitreya que j'écoute à longueur de temps en ce moment et qui s'inspire d'un voyage en train.

DISQUE RAYE, TOC ET INSOMNIES

LE DISQUE RAYE, TOC ET INSOMNIE

Je m’aperçois que cela fait plus d’un mois que je n’ai pas écrit de billet sur ce blog. Je n’ai pas vu le temps passer. Demain, toujours demain… Je prends des notes de temps en temps sur un cahier en me disant « Tiens, il faudra que je parle de ça »…

Pour l’instant je me suis réfugiée dans le dessin, ou plutôt sur un logiciel de dessin, car il faut bien avouer qu’il y a de la distance entre le contact franc et spontané avec le papier, et des petits clics sur des options… Le dessin se crée sous nos yeux, comme par magie, mais on se demande parfois si c’est vraiment soi qui l’a réalisé. Le geste est absent et manque. La volupté manque. Elle est remplacée par une sorte de satisfaction intellectuelle à remarquer un détail, que d’autres n’auraient sans doute pas vu (ils en auraient choisi d’autres), et à le mettre en évidence… Une satisfaction à décider d’une couleur ou d’une lumière… mais le dessin reste physiquement très extérieur. Difficile à expliquer tout ça. On ne prémédite pas son dessin. Pour l’instant l’ordinateur mène la danse, car je ne connais pas encore toutes les options et je teste. L’ordinateur propose et je décide de poursuivre ou non dans cette voie.  J’ai produit comme ça un nombre incalculable de ce que j’ai appelé des « nova » : fond sombre, effet d’éblouissement et hop un soleil couchant apparaît. C’est joli, mais c’est lassant, même si le fractal autour est beau. J’en ai plus d’une centaine comme ça dans l’ordinateur.

Heureusement j’ai découvert il y a quelques jours, suite à un mauvais clic, comment faire une sphère. Mais une sphère c’est rond, donc les coins du cadre sont vides et tristes… alors il m’a fallu apprendre à fusionner les calques, pour pouvoir poser mes sphères sur des fonds. Là, le travail est plus intéressant car il faut trouver soit le bon décor qui mettra la sphère en valeur, ou à l’inverse la sphère appropriée qui enrichira le paysage. Car les fonds m’évoquent personnellement des paysages. Là l’ordinateur ne décide pas. Je dois bien avoir deux cents sphères en magasin… Toutes plus belles les unes que les autres (selon moi) mais qui pour l’instant n’évoquent rien. Je dois les retravailler en fonction de ce que j’ai envie d’exprimer. Le dernier dessin en date « Eclipse » m’a pris du temps, parce que cette fois-ci je savais ce que je voulais faire. J’avais obtenu une jolie nacre en guise de sphère, qui m’a tout de suite évoqué la lune, et plus précisément une éclipse. Elle n’a l’air de rien, mais je l’ai travaillée pour qu’elle ait de la brillance à certains endroits et du flou à d’autres. Pour lui donner du volume. Puis à partir d’un vieux fond, j’ai construit le décor autour d’elle. Les choses deviennent enfin intéressantes avec ce logiciel, mais il est vrai que je ne l’ai que depuis fin janvier et que je n’y connaissais rien.

Si je fais une telle digression, c’est parce que le dessin occupe toutes mes journées, ou plutôt mes nuits, depuis plusieurs semaines. Il m’arrive de rester devant l’ordinateur plus de 30 heures d’affilées. Je crois que c’est devenu un TOC. Je ne pense à rien pendant ce temps-là. Comme hypnotisée, je clique et reclique jusqu’à obtenir qui une sphère rouge, qui une sphère bleue… ou top du top une dorée. Je me fixe ce genre de défis. Ou, comme je les enregistre sous un numéro, je décide de manière arbitraire d’aller jusqu’à tel ou tel numéro. J’en oublie même parfois d’allumer une cigarette, c’est tout dire. Puis d’un seul coup, je m’écroule de sommeil. Parfois à 10h du matin, parfois à 17h lorsque l’insomnie dure au-delà de la nuit. Je n’ai plus conscience du jour ou de la nuit en fait. Je n’avais encore jamais éprouvé cela de ma vie. Je ne comprenais d’ailleurs pas les insomniaques. Pour moi, il suffisait de fermer les yeux pour s’endormir !

Alors je dessine de manière compulsive. Ou c’est ça, ou c’est aller l’étrangler de mes propres mains… Pas grand choix ! Quand j’arrête de dessiner, j’ai ces colères intérieures et insupportables qui me reprennent. Les démons ressurgissent : comment peut-on être serein et heureux en ayant rendu les autres malheureux ? En n’ayant pas la moindre once de respect pour autrui ? Je suis sûre qu’il a su se donner bonne conscience depuis, et qu’il a su également trouver de bons arguments pour sa nouvelle conquête. Car c’est un homme qui a une vision égocentrique des choses. Ca je m’en étais déjà rendue compte à plusieurs reprises, bien avant notre séparation.

Son credo était qu’il y avait toujours un prix à payer dans la vie, une facture pour les moments de bonheur… Moi je paie, double-tarif, pour des bonheurs que je n’ai pas connus, pour une trahison où je ne suis pas responsable, pour des instants de leurre, pour un infâme gâchis de huit années… pendant que lui passe son temps à faire le joli cœur. Il m’a tout repris du jour au lendemain sans me laisser la moindre chance de pouvoir au moins me construire des souvenirs, sans me donner la moindre explication, sans même me témoigner un tant soit peu de respect après toutes ces années. Tout n’était que mensonges. J’ai un vide de 8 ans partis en fumée ! Rien à raconter sur cette période, si ce n’est une liaison avec un homme marié en mal de sexe, jonchée de 5 à 7 graveleux qui me font horreur à en vomir. J’ai un disque rayé dans la tête, et je ne sais pas ce qui pourra un jour arrêter cette musique glauque qui résonne à mon esprit. Le dessin ou l’écriture peuvent m’y aider, mais ils m’écartent en même temps des réalités. Pas facile à se reconstruire ! Pas facile à lutter contre une dépression ! Je n’aurais jamais voulu le rencontrer ce con ! (désolée, mais il n’y a pas d’autre mot pour le décrire). Je ne vais donc pas le faire mentir… il va payer pour tout ce qu’il m’a pris, je ne sais pas encore quand et comment, mais il faut qu’il paie. Cela me fera toujours un but dans la vie, puisque je n’en ai plus.

Je n’ai plus envie d’être gentille, de tendre l’autre joue comme par le passé, en me disant « j’ai ma conscience pour moi ». A quoi me sert donc une conscience si les autres autour de moi n’en ont pas ? Je passe pour une naïve, un peu duduche. (J’ai souvent fait sourire quand je raconte que je porte des objets de valeur aux objets trouvés). Et comme je ne montre pas les dents, on profite de moi. Combien de fois ne m’a-t-on pas dit « Tu es trop gentille » ou « Tu te laisses trop faire ». Et puis, après tout, quand je parle de mes projets de vengeance à mon entourage, on me dit « Vas-y ! Fais-le ! ». Tout le monde pense qu’il le mérite. Ils sont parfois même plus énervés que moi !

Curieusement, Alain ne me manque pas le moindre du monde. J’ai réussi à dépasser ce cap. Sur ce point, j’ai fait la part entre la réalité et l’imaginaire. Quand je parle de lui, c’est « ce con » ou « ce connard ». Il m’aura fallu seulement trois semaines pour faire ce constat. C’est vrai que son grand silence pendant cette période m’a fortement aidée. Non, ce qui fait mal c’est ce sentiment d’avoir été blessée de manière totalement gratuite, sans aucun ménagement, et d’avoir été abusée pendant autant d’années. Et dire qu’il prônait la confiance ! Il fallait que je lui fasse confiance, il était quelqu’un de bien en proie à sa dualité ! Par contre, moi j’étais une affreuse célibataire qui risquait de le tromper et de le quitter à tout moment… Il me reprochait d’ailleurs d’avoir eu plusieurs partenaires. J’étais volage parce que j’avais tenté de faire ma vie par trois fois… Cela fait sourire, non ? En tout cas, moi je n’ai jamais trompé personne ! Même par la pensée ! Et il se passait un à deux ans après une séparation avant que je rencontre à nouveau quelqu’un. Apparemment sa dualité il la vit bien maintenant ! Il ne se cache même plus sur le tarot. Quel bel hypocrite !

Dès que je raconte mon histoire, les gens s’accordent à dire qu’il est évident qu’il est coutumier du fait (ah sa femme doit avoir les cornes hautes !), et qu’il m’a gardée sous le coude jusqu’au bout juste au cas où il ne concrétiserait pas avec la nouvelle. C’est cette lâcheté que je lui reproche surtout, et qui remet en cause la sincérité de notre histoire… qui efface tout. On ne peut pas se comporter de cette manière si on a réellement aimé la personne. Oui j’ai bien perdu huit années de ma vie, les années les plus importantes en plus, les plus belles pour une femme. Je me suis retranchée dans mon petit deux pièces à attendre, attendre, attendre, toujours attendre le bon plaisir de Monsieur, à l’âge où j’aurais dû exploser socialement. Une petite vie de femme rangée, pour un type que je ne voyais que deux fois par semaine et qui n’était même pas sincère en plus ! Tant de sacrifices pour rien !

C’est un projet de vie entier qui tombe en miettes du jour au lendemain, après 8 ans d’élaboration constante, et qui vous laisse un goût de néant en bouche, une blessure béante à l’âme. Imaginez-vous jetée sans raison du haut d’une tour par la personne en qui vous aviez le plus confiance ! Vous tombez tout d’abord en vous demandant si vous ne rêvez pas, puis vous en venez vite à vous demander sans cesse pourquoi. Et vous ne voyez surtout pas la fin de cette chute interminable.

Alors je comble mes nuits et mes journées par tout ce qui peut m’éloigner de la réalité. Je ne fais toujours pas mon ménage bien entendu. J’en suis à trois mois de retard de loyer (alors que je peux payer). Mon téléphone de domicile vient d’être coupé (la facture doit être quelque part dans la boîte à lettres). Heureusement, mon portable et mon internet sont en prélèvement. Je ne suis toujours pas allée chez le médecin pour renouveler mon ordonnance. Mon amie productrice m’a demandé un scénario il y a trois semaines, je ne lui ai toujours pas envoyé. Il est pourtant tout prêt, un simple mail me paraît insurmontable… Bref, j’ai un comportement bizarre qui commence à m’inquiéter (lol). Par contre, lui s’occupe bien de lui. J’ai appris qu’il avait trouvé une nouvelle coach sur Paris pour continuer à se procurer les compléments alimentaires que je vendais (ces produits sont décidément excellents !). Il veut s’entretenir pour sa nouvelle ! Il envoie même sa femme les acheter. Sa femme qui a d’ailleurs l’air très dynamique pour quelqu’un qui allait si mal !

Bon j’arrête là pour ce soir... le dessin m'appelle !

REVENONS AUX CHOSES SERIEUSES

REVENONS AUX CHOSES SERIEUSES

J’ai un peu pété un câble l’autre soir, mais je préfère revenir aux choses sérieuses. Son œil qu’elle se le garde (serait-elle borgne ?). Des yeux j’en ai maintenant à revendre, car cela m’as inspiré toute une série de dessins (que je mettrai d’ailleurs dans la rubrique photo) ! Et puis ce blog est avant tout fait pour parler de moi et pas d’elle !

Cette semaine est curieuse. Il semble que je recommence à reprendre du poil de la bête moralement, mais par contre le physique ne suit pas. Je me suis pesée hier et j’ai encore maigri. J’ai perdu 1,5 kg en cinq jours et je suis maintenant à 61,5 kg ! C’est vrai que ces trois derniers jours je n’ai rien mangé de vraiment consistant. J’ai recommencé à avoir des insomnies également. On va dire que c’est une semaine « sans »… l’anniversaire des deux mois de rupture ? En fait je passe mon temps à dessiner depuis que j’ai ce nouveau logiciel. Cela me fait du bien et m’évite de penser.

Justement, penser à quoi ? La rupture est consommée maintenant. Bien sûr je lui en veux plus que jamais, mais il n’est plus question d’amour ou d’incompréhension. J’ai bien compris qui il était : « un salaud du net », pour le citer. En fait dès mi-décembre cette réalité m’est apparue. Mais c’était un combat avec la sensation étrange que tout ça n’était pas vrai, que j’allais enfin me réveiller et découvrir que je n’avais fait qu’un cauchemar. Et c’était un combat avec moi-même aussi, pour essayer de ne pas sombrer.

Là j’évite de penser à demain.  Car j’ai un monceau de problèmes dressés devant moi, pourtant à régler au plus vite. J’éprouve une certaine latence à me pencher sur tout ça. J’ai encore du mal à regarder devant. Comment regarder l’avenir lorsqu’on n’a plus aucun projet ? Lorsque tout s’est écroulé du jour au lendemain ? Trahie par celui de qui on s’y attendait le moins ? Comment imaginer un nouveau futur ? Sur quelles motivations ? Le cœur est vide. La vision des choses s’arrête au lendemain tout au plus. C’est comme si j’étais une grande carcasse creuse en dedans… Pas étonnant que je maigrisse, la matière est aspirée de l’intérieur selon la théorie quantique sur le vide ! (Je viens de voir sur internet que ça s’appelle l’effet Casimir ! Je suis pliée !)

Comment ai-je pu en arriver là ? Comment est-ce possible d’avoir aimer à ce point quelqu’un qui ne le méritait pas ?  J’ai toujours été une amoureuse, mais jamais à ce point-là. Et par chance ma tête fonctionnait bien en parallèle de mon cœur. Non, je n’ai encore jamais connu une telle passion destructrice. Sont-ce toutes ses déclarations frelatées qui m’ont induite en erreur ? Etait-ce le regard que je croyais qu’il portait sur moi qui n’était que le reflet de mes propres désirs ? L’amour ne serait-il qu’une fiction créée par le regard de l’autre ? J’ai beau connaître le fin mot de l’histoire, je conserve encore en moi une plaie béante. Les premières semaines j’éprouvais un véritable manque. Le manque de sa présence. Ne plus le revoir du jour au lendemain a été vécu comme un deuil. Ne plus l’entendre, ne plus le toucher, ne plus le lire, ne plus savoir ce qu’il fait, ne plus agir en fonction de lui, ne plus l’avoir pour repère… Et pourtant c’était plus une tentative de meurtre qu’un décès, si je dois établir une comparaison. Car Alain est parti de lui-même, m’abandonnant avec préméditation. Mais d’où me vient ce manque de discernement pour me laisser avoir ainsi par le premier gugusse venu ?

Et comment refaire confiance aux autres et à moi-même ? Il est curieux dans ce genre de situations d’éprouver une part de doute sur soi, comme une sorte de culpabilité. Lorsqu’on est quitté, on se sent diminué. Inconsciemment on se demande si on ne l’a pas mérité… Pourtant il me semble être toujours la même. Et surtout tout l’accable pourtant, et non moi.

J’ai toujours du mal à sortir de la maison et à aller aux devant des gens. Le gardien est venu taper à ma porte ce matin. Des ouvriers devaient faire des travaux. Il paraît qu’il avait mis un mot dans ma boîte… mais comme je n’ai toujours pas ouvert mon courrier depuis deux mois ! Je n’ai pas voulu lui ouvrir, car l’appartement est dans un tel état ! J’en ai honte ! Pourtant, il suffirait de pas grand-chose pour que je m’y mette. En prenant les choses une à une, je dois bien pouvoir y arriver quand même !

Samedi j’ai pris la décision d’aller à une teuf. Ce sera le grand jour, celui de mon retour dans le monde des vivants ! Car pour l’instant je me sens vraiment sur une autre planète, totalement à l’écart de tout. La réalité des autres n’est plus la mienne, je le sens bien. Je n’ai plus conscience de l’heure et je vois à peine passer les jours, ni les nuits d’ailleurs. Je subis le temps… moi qui aime d’habitude prendre des initiatives !

Aujourd’hui je suis donc allée chez le coiffeur. J’ai fait un changement radical ! Et je suis très contente de moi car ça me va bien. J’espère que je serai suffisamment en forme pour sortir ce week-end, et surtout que j’aurai réussi à faire disparaître ces grands cercles noirs que j’ai autour des yeux. Je suis plutôt cadavérique en ce moment… Les coiffeuses ont d’ailleurs eu du mal à me reconnaître. J’ai donc dû leur raconter ce qui m’était arrivé. Je les connais bien en plus. Elles étaient catastrophées. Du coup, deux ont travaillé une heure de plus pour me faire la coupe et la couleur dont j’avais envie, bien que je sois arrivée un peu tard pour cela. Ce n’est rien, mais ce geste m’a fait plaisir.

Bon il est tard, je vais aller dormir. Vivement samedi ! Vivement le retour à la vie !

05/02/09

A qui est donc cet oeil ???

Lol ! J'ai trouvé la photo d'un oeil sur une fiche de Webtarot... Serait-ce celui de Deirdre49 faisant les yeux doux à Alain ? Une oeillade pour mettre à l'épreuve la ferveur et affiner le désir ? 

Comme le pseudo avait rapport avec les tits zoziaux... Serait-ce un oeil de perdrix ? Ou bien un oeil de boeuf ???

  

 

Tiens, vais mettre le mien avec une phrase de bouquin en commentaire : "Big Brother is watching you !"

   

 

MADAME LA MARQUISE

Madame la Marquise

Aujourd’hui je n’ai rien fait de concret. J’ai dessiné, car j’expérimente un nouveau logiciel que l’on m’a envoyé. (Je remercie d’ailleurs Thierry. Je ne pense pas qu’il lise ce blog, mais je le remercie quand même). Malheureusement, ce soir quand j’ai voulu sauvegardé, tout s’est bloqué… Cinq dessins partis en fumée ! Rageant ! J’y avais passé la journée…

Je n’ai rien fait de tout ce que j’avais programmé. Et c’est comme ça tous les jours… J’ai du courrier de deux mois dans ma boîte, j’ai d’ailleurs vu que le loyer était arrivé avec le rappel du mois précédent que je n’ai toujours pas payé. Je n’ai toujours pas fait mon ménage non plus (depuis deux mois ! ça craint vraiment maintenant). Le pire, ce sont toutes les bouteilles en verre à descendre ! Je prends du jus d’orange bio vendu par demi litre, à raison d’un demi litre par jour… Il doit bien y avoir 60 bouteilles vides dans ma cuisine ! J’en rigole, mais ce n’est pas drôle du tout ! Et ça va être encore moins drôle quand je vais devoir descendre tout ça au container !

Comme j’ai beaucoup maigri, je n’ai plus aucune affaire qui m’aille. Je sors donc tout de l’armoire pour trouver un truc à mettre… et bien sûr ce qui ne va pas reste parterre ! Mon appartement ressemble à un véritable camp de réfugiés ! Et encore, je suis sûre qu’ils sont beaucoup mieux organisés que moi.

Il va falloir aussi que je regarde mes comptes car je ne sais plus du tout où j’en suis financièrement… et je n’ai aucune rentrée. Je n’ai d’ailleurs toujours pas retourné ma déclaration pour la poursuite de mon APL. Je crois bien qu’elle va être coupée ! Ce courrier est arrivé deux ou trois jours avant la séparation. C’est comme pour mon activité, je devais normalement prévenir les impôts en décembre, en vue de la déclaration 2008. Je n’ai pas gagné grand-chose, mais avec eux, on ne sait jamais (Merci Alain ! Tu as vraiment choisi le bon moment pour me faire ton coup de Jarnac ! pour ta rupture du jour au lendemain !).

J’ai un peu d’argent de côté, mais de mémoire ce sont des comptes bloqués. Je vais devoir prendre rendez-vous à ma banque, mais sincèrement je n’en ai pour l’instant pas envie.

En plus, ce matin je me suis aperçue que j’avais pris 600 mg de Lévothyrox !... au lieu de 300. Le double de la dose… C’est un médicament pour la thyroïde uniquement sur prescription. Et comme je ne suis pas retournée chez le médecin ces deux derniers mois (je devais également le faire début décembre), je fais tous les pharmaciens du coin en leur demandant exceptionnellement une boîte de dépannage. Soit il faut que j’étende le périmètre des pharmacies, soit il faut que je me décide à enfin aller chez le médecin ! (D’ailleurs il n’y a pas que ces médicaments qui me manquent). D’habitude, je prenais des boîtes de 100 mg, et puis là, je me suis dit que si je demandais une boîte de 200 mg, elle me durerait deux semaines au lieu d’une seule… et patatra, ce matin j’ai oublié. Par automatisme j’ai avalé trois comprimés, au lieu d’un et demi. Bon, je suis toujours en vie apparemment.

Bref, tout va pour le mieux !

J’ai toujours un sommeil bizarre, et maintenant je fais des rêves en plus ! L’autre jour, j’ai rêvé qu’Alain avait sorti un disque ! (lol). Et dans mon rêve, je regardais la pochette éberluée en me disant « Mais comment il a fait ? On ne sort pas un disque en deux mois ! Il a dû préparer ça d’avance sans m’en parler ! »… Le lien avec la réalité est tout de suite vu !

Une autre fois, il était habillé en judoka et me disait qu’il devait partir. Puis il s’élançait dans le vide.  Il ne tombait pas, il flottait, et il était rattaché par une grande corde. (Là aussi on voit tout de suite le rapport. Par contre, pour le costume de judoka, je ne vois pas). Ah que j’aimerais couper cette corde ! Etre débarrassée une fois pour toute de ce c… ! Avec un peu de chance il s’écraserait au sol comme une crêpe molle : doublement débarrassée de lui ! Ce qu’il y avait de sympa dans ce rêve, c’est qu’ensuite Arthur (le présentateur télé) m’a ramenée à la maison en chaise volante ! Bon pas haut, juste à 20 cm du sol, pour éviter les frottements sur la route quoi ! (c’est bien étudié quand même).

Hier, j’avais une chambre qui ressemblait à mon appartement… aussi bordélique qu’il est maintenant. Ce n’était pourtant qu’une chambre au sein d’un très grand appartement magnifique qui appartenait à Jane Birkin ! (oui, je ne rêve que du Gotha en ce moment). En plus, très sympa Jane ! (lol). Alors là, c’est bon signe : le monde m’appartient ! Il faut juste que je sorte de ma chambre quoi ! Et que surtout j’arrête de m’intéresser aux gens qui n’en valent pas la peine. Dans mon rêve, j’en sortais de cette chambre !

Par contre, côté nourriture, je remange régulièrement. Peu, mais régulièrement. J’ai arrêté de maigrir, mais je fais toujours 63 kg. Ce qui m’a d’ailleurs valu un « salope » venu du fond du cœur de la part d’une amie… qui apparemment a le problème inverse. Je lui ai conseillé de se faire quitter. Et oui, je recommence à rire aussi.

Depuis trois jours, j’ai rebranché msn car j’ai décidé de reprendre contact avec mes anciens amis. Mais ce n’est pas facile. J’ai du mal à sortir de chez moi. J’ai donc également programmé une petite teuf et il va falloir que je me remette en forme d’ici là. Car quand je danse, je danse ! Quatre ou cinq heures d’affilée ! Si ça se passe bien, je compte bien en programmer d’autres d’ailleurs. Possible même que j’aille à un festival cet été. Ca, ça serait super : renouer avec mes anciennes habitudes, celles où je partais toute seule à l’aventure. C’est un grand pas à faire tout de même qu’une enjambée de huit ans…

Je ne pense toujours pas au travail, mais apparemment les autres y pensent pour moi. Une amie qui produit des reportages m’a demandé de lui proposer un projet.

Il faut que je termine ce blog au plus vite. Je n’ai toujours pas rédigé la partie me concernant… et je repousse de jour en jour. Pourtant ce blog m’aide bien, et je suis sûre qu’une fois que j’aurai mis par écrit toutes mes réflexions, je pourrai enfin tourner la page. Il faut aussi que je refonctionne comme avant, comme au boulot, avec des listes de choses à faire, des plannings… Tout ça j’y pense. Le tout est de le mettre en pratique.

Bref, tout va très bien Madame la Marquise !

30/01/09

OFFICIELLEMENT... OFFICIEUSEMENT

OFFICIELLEMENT, OFFICIEUSEMENT

Officiellement, Alain fait partie des maris fidèles respectueux de leur épouse… Mais peut-on sérieusement parler de fidélité quand cette personne a déjà eu au moins deux maîtresses « officielles » ? Car en plus de moi, il avoue volontiers en avoir eu une autre il y a vingt ans, quand sa femme était enceinte (noblesse oblige !)… Un écart qu’il ne s’explique pas, mais un écart qui avait tout de même duré huit mois !

C’est sans doute selon le même phénomène que son « erreur » suivante (car je suis persuadée que c’est ce qu’il dira de notre liaison) a duré huit ans… bien qu’officiellement il me parlât d’amour unique et éternel jusqu’au bout… jusque dans son mail de rupture !

Officiellement, il a eu d’autres complicités sur internet. Selon lui, ce ne prêtait pas à conséquences puisque c’était purement cyber. Mais officieusement, il m’a justement quittée pour une cyber aventure… qu’il souhaite d’ailleurs ardemment devenir réelle. Par combien de fois a-t-il tenté sa chance ? Cette réponse-là ne sera bien sûr jamais officielle.

Et pourquoi donc reste-t-il malgré tout avec sa femme ? Peut-on parler de couple uni lorsque l’un s’éclate sur internet, à chatter des heures entières, pendant que l’autre regarde la télé ? Ce ne sont pas des échanges innocents, au hasard de l’emploi du temps, pour Alain. Il ne faut se consacrer qu’à lui, trois heures durant, chaque soir. Aucun autre intervenant ne pourrait se mêler à la conversation car il ne faut être rien qu’à lui… comme lui déclare n’être rien qu’à vous par la pensée. Ce sont des instants privés, intimes et appelés « magiques », qui vous coupent rapidement de vos habitudes et de votre entourage… C’est une liaison à part entière. Peut-on encore une fois parler d’amour entre lui et sa légitime ? Il affirme pourtant qu’il aime sa femme. Pour mon cas personnel, lorsque j’aime, Brad Pitt pourrait venir chanter la sérénade sous mes fenêtres que je n’y prêterais pas attention.

Peut-on seulement parler de respect lorsque l’on cumule cybers amours officieux et liaisons officielles, non seulement dans le temps, mais également simultanément ? Que penserait-il si sa femme lui faisait la même chose ? Je crois qu’il en ferait une crise cardiaque ! Car si Alain est officieusement volage, il n’en est pas moins officiellement jaloux et possessif ! En effet, tous ses mensonges ne l’empêchaient pas de me faire des scènes de jalousie dont j’ai déjà parlé plus haut. Il appelait ça des « crises de manque ».

A nos débuts, nous sortions beaucoup : restau, amis (les siens), cinéma, teufs. Et puis notre premier jour de l’an, je l’ai passé seule chez moi, et lui en famille… Personne sur l’ordinateur de toute la journée. Un peu déprimée, j’ai décidé d’aller à une « after » Trance dans Paris... juste une ou deux heures dans l’après-midi pour me rapprocher de lui par la pensée. Qu’est-ce que j’avais fait là !? Je l’avais trahi ! J’avais trahi la magie de nos teufs !

Une autre fois, un samedi soir, alors que je venais juste d’arriver chez des amis pour diner, il m’a téléphoné pour me dire qu’il s’était finalement libéré de sa femme et qu’il voulait me voir. Je lui manquais, il était désespéré de me savoir m’amuser loin de lui, je l’oubliais, il se sentait seul… J’ai marché ! J’ai prétexté des maux de ventre et je suis partie au beau milieu de l’apéritif. J’ai fait une heure de route dans le sens inverse pour simplement passer une petite heure à discuter avec Alain… juste en bas de chez lui ! Il était satisfait : j’avais cédé, je n’avais pas passé de soirée en dehors de lui, et il avait confirmation que j’étais bien sous sa coupe.

Quelques temps plus tard, j’avais emmené ma mère pour déjeuner chez son cousin. Les repas de famille sont souvent un peu longs chez nous. A 15h, nous étions encore à table lorsque mon téléphone a sonné. Alain n’était pas content car il n’avait pas de nouvelle de moi depuis midi !

Il y a eu également l’invitation de Fred, son ami DJ. Nous avions diner chez lui et il souhaitait aller à une teuf avec nous le week-end suivant. Mais cela tombait pendant les congés d’Alain qui avait prévu de partir en Vendée avec sa femme. Fred m’a donc proposé naturellement de l’accompagner avec ses amis. J’avais simplement répondu que j’allais y réfléchir... Au sortir du repas, j’ai eu droit à une scène ! C’est d’ailleurs la seule scène qui n'ait pas été téléphonique ou cyber. Alain ne comprenait pas que je n’aie pas décliné tout de suite et de moi-même l’invitation… Ce simple « peut-être » était à lui seul une traîtrise à son encontre ! C’est pourtant ce même Alain qui passait le plus clair de son temps avec sa femme, ce même Alain qui, de par ses aptitudes à aimer deux personnes à la fois, trompait effectivement deux personnes à la fois, et ce même Alain qui se vantait qu’on ne posât aucune question chez lui par respect de l’intimité de l'autre ! Officiellement Alain est très soucieux de la liberté de chacun… officieusement surtout de la sienne !

Au bout de quatre ans de liaison, il était encore capable de m’appeler toutes les cinq minutes au restaurant en hurlant et en m’insultant… parce que j’avais eu la fâcheuse idée d’inviter mon neveu pour son anniversaire à une soirée diner plus cinéma. Le jour même, Alain avait décidé de me voir ! Les choses sont allées très mal quand je lui ai dit qu’il m’était impossible de décommander à la dernière minute. Dans ces cas-là, lorsque je lui tenais tête, son mot favori était « salope ». (Suis un peu bête moi aussi d’avoir accepté cela !)… l’expression de sa détresse selon lui. Ira-t-il jusqu’à insulter sa Déité ? (Quel pseudo ! Ce ne doit pas être la modestie qui l’étouffe)… Commettra-t-il ce suprême sacrilège ?

Curieusement, nous n’avons jamais eu d’anicroche lorsque nous étions ensemble physiquement, hors mis suite au dîner chez Fred. Avait-il peur de gâcher nos séances de galipettes !?

Cela a continué comme ça pendant des années, puis il s’est un peu calmé. Déjà parce que je ne sortais plus, et puis parce qu’il a décidé brusquement de se guérir car il en devenait fou… Ca coïncide d’ailleurs avec son soudain engouement pour le tarot en 2005. Cependant, il était toujours aussi vigilent sur mes possibles affinités sur internet.

Comment, dans ces conditions, imaginer qu’il me ferait ce coup-là huit ans après ? Comment imaginer qu’il semble trouver son attitude des plus normales : « Il ne savait pas comment me le dire car il avait peur de me faire souffrir ». Alors il commence par me tromper sans scrupule, entretient le mensonge jusqu’au bout, et me quitte du jour au lendemain. Croît-il réellement que c’est moins douloureux ? Des coups à se foutre en l’air oui ! (Peut-être est-ce ce qu’il attendait… un suicide pour ses beaux yeux ? Cela aurait complété sa panoplie du sérial-lover). Et est-ce également pour que je souffre moins qu’il n’a jamais daigné prendre de mes nouvelles depuis ? Qu’il n’a jamais même pris la peine de me donner une explication claire, au moins par mail s’il avait peur d’un affrontement direct ? Officiellement Alain est un homme qui sait prendre ses responsabilités… mais officieusement je n’ai jamais vu une telle lâcheté de la part d’un homme digne de ce nom !

Officiellement la femme d’Alain est dépressive. (A l’entendre, elle était au plus mal et il devait absolument se rapprocher d’elle). Officieusement, Monsieur continue tout de même ses agissements sur le net : petits tarots du matin et du soir, assortis de cyber conversations (très officieuses puisqu’il est officiellement censé jouer aux cartes), doublés de petites conférences  dites « musicales » avec sa nouvelle sur un autre site… Il affirme pourtant qu’il travaille sur des projets professionnels en vue d’une future reconversion, et qu’il fait également tout le ménage chez lui pour soulager sa femme tant souffreteuse. Comment trouve-t-il le temps ?... A moins qu’il ne se contente de débarrasser la table le soir pour se donner bonne conscience !?

Comment peut-il faire aussi peu de cas de sa femme ? Sans doute de la même manière qu’il fait peu de cas de ses maîtresses… Il est vrai qu’officiellement sa femme a souvent la migraine et qu’il ne se passe pas grand-chose sexuellement dans son couple, selon ses dires. Connaissant l’appétit d’Alain sur ce point, je devine la teneur des cybers entretiens avec sa nouvelle. Aujourd’hui c’était justement mardi et sa femme travaillait, alors que lui non cet après-midi. Il a donc eu tout loisir de s’adonner à son activité préférée… mais ce ne sont là que sources et supputations officieuses. Toujours est-il qu’il  a probablement conservé le même jour pour ses ébats extraconjugaux… la partenaire et le mode changent… Ah internet, quand tu nous tiens !

L’imaginaire lié au cyber semble d’ailleurs considérablement exciter sa nouvelle. Officiellement elle est pourtant mariée et mère de famille. Elle a affiché ce soir, sur sa page internet « La patience met à l’épreuve la Ferveur… elle maintient et affine le désir »… Tout un programme ! Tandis que lui a laissé naïvement sa phrase « bientôt nos rêves deviendront réalité ». Je la crois aussi tordue que lui, peut-être même plus. Elle tient une prise et joue avec… comme un chat avec une souris. Lequel a donc attrapé l’autre ? Oui je pense qu’elle est calculatrice. Certaines femmes conseillent de se faire désirer, comme par exemple en ne décrochant pas le téléphone quand l’amoureux appelle, ou en déclinant un rendez-vous sous prétexte d’être déjà prise ailleurs, même si ce n’est pas vrai… J’ai toujours trouvé ça grotesque et digne de la cour d’école. Ferait-elle partie de cette catégorie de femmes ? Ou bien hésiterait-elle à s’investir ? Peut-être a-t-elle cerné le personnage et ne souhaite-t-elle que s’amuser quelques temps…

Les rôles se sont inversés. C’est maintenant lui qui est devenu en position d’attente. Moi j’attendais derrière l’écran ou le téléphone. J’avais des scrupules vis-à-vis de sa femme et ne souhaitait pas détruire un couple… Pour sûre, ma candeur a dû le lasser à force. Elle, elle le titille et joue à « cours après moi que je t’attrape ». Je la sens assez bien comme ça.

C’est quelque chose que j’avais déjà senti chez elle il y a quelques jours. Alors que j’avais parlé sur mon blog d’une chanson de Neil Young partagée anciennement avec Alain, elle s’était empressée de lui signaler, toujours publiquement sur sa page, qu’elle réécoutait cette chanson avec plaisir… et sa phrase du jour était visiblement à mon attention, des paroles d’une chanson disant en gros que la roue tournait et qu’on ne pouvait jamais revenir en arrière. Manière de bien me faire comprendre qu’elle était dans la place. Mais ça, je l’avais bien compris toute seule. Et manière de me narguer aussi. Mais ce n’est pas qu’elle soit avec ce c… qui me gêne. Libre à elle de se contenter des miettes. C’est pour le comportement qu’il a eu que je lui en veux, pour ces huit années de mensonge.

Là où ça me satisfait, c’est que je la crois incapable de lui donner ce que je lui ai offert… à commencer par l’honnêteté et la sincérité de mes sentiments. Pas de faux-semblant, pas de calcul, ni de tergiversation à osciller entre deux personnes, à n’appartenir au deuxième qu’à heures fixes, lorsque l’on a réglé les problèmes domestiques de sa vie officielle avec le premier. (Je sais de quoi je parle car j’ai accepté ça de la part d’Alain pendant huit ans). Finalement, c’est peut-être tout bonnement elle ma vengeance !?

Je m’interroge sur ces gens qui fomentent et vivent dans le mensonge avec une jubilation certaine. Lorsque son couple bat de l’aile, ne devrait-on pas commencer par quitter son conjoint, et seulement après, démarrer autre chose ? D’où leur viennent ces déviances ? N’est-ce que l’adoration de la chose cachée leur véritable moteur ? La satisfaction perverse de « rouler » l’autre ? N’est-ce qu’un désir d’érotisme bon marché et non imaginatif ? Peut-on là encore parler d’amour ?

Cela me fait penser à une collègue de travail qui prenait amant sur amant car elle n’était pas heureuse dans son couple. Elle a déclaré un beau jour ne pas pouvoir quitter son mari car, seule, elle ne pourrait pas payer le crédit de sa voiture. Et bien sûr il était hors de question qu’elle se séparât de son véhicule tout rutilant. Elle attendait donc d’avoir trouvé un remplaçant avant de divorcer. Quelles sont donc ces demi-mesures et ces compromis de bas étages ? Non ces gens-là ne savent pas ce que veut dire le mot « aimer »… Ils aiment comme on aime le jambon ou la confiture. Ils aiment en consommateurs.

Officiellement Alain ne quittera jamais sa femme… mais officieusement je crois que cette fois il va laisser femme et enfants. Une seule chose peut-être pourrait l’en empêcher, c’est que maisons et argent sont au nom de Madame. Mais si l’on tient compte qu’il a sans cesse besoin de nouvelles expériences, qu’il décide soudain refaire sa vie est fort probable. Après tout, il a déjà connu à plusieurs reprises les joies de la liaison adultérine, cela n’a donc plus rien d’excitant pour lui. Se donner un nouveau départ pourrait être un challenge qui le séduise. Un homme en proie au démon de midi est généralement stupide. L’âge aidant, la peur de vieillir… et comme Alain est officiellement sensible, mais officieusement égocentrique profond, les trente années passées avec sa femme risquent de ne plus faire le poids…

D’ailleurs, je suis sûre que s’il lit ce blog, c’est officiellement lui qui souffre de ma méchanceté à étaler sa vie en place publique… Le mal qu’il m’a fait est bien entendu purement officieux et passe automatiquement aux oubliettes.

Mais j’avoue que leurs sordides manigances officiellement ne me concernent plus… et officieusement elles commencent effectivement à me lasser. Vivement que j’aie terminé ce blog !

27/01/09

Le rite amoureux de l'homme de plus de 50 ans

LE RITE AMOUREUX DU MALE DE PLUS DE 50 ANS

L’homme de plus de 50 ans est très prolifique en matière de bavardages et de jugements. « Faites ce que je dis, mais ne faîtes pas ce que je fais » est vraisemblablement sa devise. Alain m’a fait partager sa vie, me parlant de sa femme, ses filles, sa mère, sa sœur, de ses amis, de son travail… et me demandant conseil à tout bout de champ.

Cela fait huit ans que j’entends dire qu’il en a marre de son boulot, qu’il n’y est pas reconnu à sa juste valeur, et qu’il serait temps qu’il en change. Je me suis donc gavée pendant huit années toutes les petites histoires avec ses chefs et ses collègues, toujours mesquins bien entendu. Cela fait huit ans qu’il cherche une nouvelle voie, et depuis plus longtemps que ça apparemment, puisque le problème n’était pas nouveau lors de notre rencontre. Par contre, quand moi j’essayais de lui parler de mon travail, cela l’agaçait. Un jour où je lui racontais ma journée, il m’a coupée net : puisque j’étais surchargée, je n’avais qu’à changer ! Il n’était plus question qu’il m’écoute me plaindre de manière stérile ! Il est vrai que de discuter pendant des heures sur Roger qui avait oublié de consigner sur le cahier que la porte du cinquième étage fermait mal et que du coup on risquait encore de chercher des noises à Alain, est beaucoup plus constructif que d’évoquer la difficulté à refaire dans les temps tous les budgets parce qu’on m’avait demandé, sans indication précise, de réinjecter de manière fictive un million d’euros dans la prévision du chiffre d’affaires… A chacun ses petits problèmes !

Bien que jusqu’avant Alain j’aie toujours supporté la pression à mon travail, j’ai fini par effectivement prendre ma décision… à laisser un job où je gagnais plus de 50 000 € annuel, où j’étais Chef de Service avec jusqu’à 20 personnes sous mes ordres. Et ça à 45 ans, tout en sachant que j’étais totalement autodidacte et sans diplôme ! Fallait-il que je sois surmenée pour me laisser bercer par ses belles paroles ! J’ai mis trois ans pour réussir à négocier au mieux mon départ. Trois années pendant lesquelles Alain s’impatientait !

Et lui ? Où en est-il ? Il est toujours dans la même entreprise, toujours agent de sécurité, avec les mêmes petits chefaillons qui l’enquiquinent. C’est vrai, j’oubliais : il se cherchait ! Il souhaitait un job où il pourrait s’épanouir pleinement pour la dernière partie de sa carrière (dépêche-toi, il te reste à peine sept ans avant la retraite !). Ce qui l’intéressait c’était de pouvoir aider les autres, au travers des massages… ou des ondes, il ne savait pas trop (gourou, ça t’irait bien !). Avant d’aider les autres, il pourrait déjà aider sa femme, et avoir un peu plus de compassion pour ses maîtresses !

Fort de cette belle détermination, il me faisait relire une bonne partie de ses courriers ou projets, pour son dossier « formations » notamment (le schéma « synergie » que tu n’arrivais pas à faire, et ta lettre de motivation que j’ai rédigée pour toi, tu t’en souviens ?). A l’époque, il reconnaissait mon savoir-faire et n’était pas avare de compliments ! Pendant des années, Alain a amélioré son module de formation sur les consignes de sécurité. Puis, comme tous ses coups de cœur, cela a semblé le lasser il y a peu.

L’homme de plus de 50 ans s’achète lui-même ses vêtements. J’allais donc avec lui régulièrement pour l’aider à choisir ses fringues : chaussures, survêtements... Je l’emmenais en voiture le mardi après-midi, prenant à cœur mon rôle de « seconde femme ».

Et ensuite il vient dire qu’il lui semblait impossible de construire quelque chose avec moi… Je lui ai certainement plus apporté qu’il ne m’a apporté. Son truc à lui c’était de contribuer à mon bien-être, car selon sa grande théorie qu’il me rabâchait sans cesse « une femme après 45 ans, c’est plié ! »… Il fallait donc que je m’entretienne pour passer ce seuil fatidique, bien qu’il semblât que ce soit sans appel pour toute femme ! J’ai toujours été sportive. Je devais donc lui mettre par écrit mon petit programme de gymnastique pour qu’il contrôle si il était complet et propice à me « prolonger ». En récompense, j’avais droit à des petits massages de visage pour retarder les rides. (En fait, c’est une geisha qu’il lui faut !!!). Il semble oublier que toute femme qui se respecte s’entretient d’elle-même, et personnellement j’ai la chance que l’on m’ait toujours donné dix ans de moins que mon âge… Et pour un homme ? Quel est le seuil fatidique ? 50 ans ? 55 ans ?

Toujours est-il que c’est tout de même moi qui l’ai mis à la piscine ! Il voulait que l’on fasse du sport ? Et bien on en a fait. Il était d’ailleurs très vexé à ses débuts que je nage plus vite que lui. Malgré mon « grand âge » je lui ai fait cracher ses poumons au p’tit vieux ! Question massages, je crois bien que de mon côté je ne lui suis redevable en rien non plus : pour le déstresser, pour le soulager de ses multiples déchirures musculaires (Ah oui, à plus de 50 ans, les problèmes musculaires sont fréquents chez l’homme… une piste pour ce fameux seuil version masculine !?). Encore quelques jours avant notre séparation, ces massages et échanges d’ondes lui étaient bénéfiques et, selon ses dires, nos mardis après-midis nous servaient à nous « ressourcer »… pour aller mieux chatter avec l’autre dans la foulée semble-t-il !

Je me demande quel sport il va prodiguer à l’autre… Va-t-il lui offrir également le livre sur la Méthode Nadaud et contrôler le nombre d’arcs de cercle qu’elle fait par jour ? Va-t-il lui expliquer pendant des heures sur internet comment masser et écraser les petites rides naissantes ?

Une autre chose le préoccupait à mon sujet, en tant que digne protecteur du sexe faible : c’était ma santé financière. Alors que je gagnais plus des trois quarts de son salaire et celui de sa femme réunis, il voulait m’aider à « construire financièrement ». A ce titre, j’aurais dû lui envoyer chaque mois mes comptes. Ca, je n’ai jamais marché. J’ai toujours été indépendante financièrement, je ne voyais donc aucune raison qu’il contrôle mes finances. Il ne m’a d’ailleurs jamais proposé non plus de m’envoyer les comptes de son ménage à ce que je sache ! Demande-t-il les comptes de sa nouvelle ? Comme elle est mariée, doit-elle justifier également les dépenses de son mari ?

La phrase qu’aime à prononcer l’homme de plus de 50 ans juste après l’amour est « As-tu déjà connu une telle jouissance avec tes ex ? ». Dans un esprit d’équité des sexes, j’espère que sa nouvelle ne manquera pas de lui demander également avec qui c’est mieux : avec elle, sa femme, ou moi ? (Qu’elle se rassure, dans ces cas-là, la personne qui pose la question prend peu de risques et elle entend généralement une réponse favorable, car il est difficile d’y répondre sincèrement en fait). Personnellement, cette question m’a toujours étonnée, car je me voyais mal établir une liste pour effectuer des comparaisons. En tant qu’amoureuse convaincue, j’ai toujours eu la chance que ça fonctionne bien de ce côté-là. L’esprit dictant au corps, si l’on aime, on aime jusqu’au bout.

L’homme de plus de 50 ans, en période de rut ou non, n’aime pas rencontrer la famille ou les amis de ses maîtresses. Ma mère m’a fait remarquer pas plus tard qu’hier, qu’en huit ans de temps, bien qu’il se fasse trimbaler dans sa voiture (oui j’empruntais la voiture de ma mère pour aller le chercher), il n’a jamais daigné venir se présenter. J’avais également proposé à plusieurs reprises de passer manger chez ma meilleure amie, mais il n’a jamais accepté… Il ne voulait lier aucun lien avec mon univers. Cet homme-là savait donc bien ce qu’il tramait depuis le début.

L’homme de plus de 50 ans est volage. En parallèle de ses multiples « attentions », il se faisait de nouveaux amis sur différents sites, tout en m’éloignant volontairement de ces mêmes sites. Il savait donc bien depuis longtemps ce qu’il préparait ! Je crois qu’il a commencé à chercher dès 2005, dès qu’il m’a écartée de Webtarot, dès l’épisode avec Supernana…  Plus de la moitié de notre relation faite de mensonges ! (en admettant qu’il ait été sincère au début, ce qui est loin d’être évident). En bientôt quatre ans, il a eu quand même largement le temps de me préparer à cette rupture, non !? Et il m’aurait surtout fait gagner quatre ans de ma vie… Il attendait égoïstement de m’avoir remplacée pour me quitter ! Et quand on cherche, effectivement on finit par trouver !

26/01/09

LA FIDELITE, UNE VALEUR SURE !

LA FIDELITE, UNE VALEUR SURE !

Quand je pense qu’il critiquait ses collègues, pour ceux qui quittaient leur femme. Je pense particulièrement à Ptiminou, un bon ami à lui où il travaille… Un homme qui en est à sa troisième femme. Il fait un ou deux enfants puis il les quitte. Mais c’était tout de même un bon ami à lui et ils devaient plaisanter ensemble sur leur vie intime puisqu’Alain m’avait dit un jour « Il est grave, il a même eu sa période minitel rose ». D’ailleurs Alain n’hésitait pas à se connecter sur l’ICQ de Ptiminou pour m’envoyer des messages pendant les heures de travail. Il devait y avoir quand même une certaine complicité entre ces deux-là. Et puis un jour, cette personne n’a pas pu se rendre chez Alain pour lui réparer son ordinateur comme il le faisait souvent. Alain avait payé d’avance et n’a pas supporté qu’on le fasse passer après autre chose. Le manque de reconnaissance chez lui est toujours très douloureux. Ptiminou est devenu un moins que rien du jour au lendemain.

Je pense aussi à Tonton2A, parrain de l’une de ses filles, ami de plus de vingt ans. Lui aussi collectionnait les conquêtes et adorait d’ailleurs aller en Thaïlande en célibataire. Et puis au bout de plus de vingt ans, Tonton2A n’a plus été bon à jeter aux chiens. Il avait mal vieilli et il n’apportait soudain plus rien à Alain. Je pense encore à un autre de ses collègues dont j’ai oublié le nom, qui vivait avec une femme mais ne pouvait s’empêcher de séduire toutes les caissières. Alain s’était littéralement entiché de lui à son arrivée dans le Service. Très amusé, il trouvait que c’était de son âge… Ce garçon avait quand même plus de trente ans ! Et son autre collègue Roger, qui déclarait ne pas pouvoir se passer de maîtresses… Ah ça devait bien rigoler dans mon dos, entre collectionneurs de conquêtes ! Ce sont des choses qu’il ne m’était jamais venu à l’esprit de mettre bout à bout, mais avec le recul je m’aperçois qu’il ne fréquente que des gens comme lui.

Pour d’autres raisons, je pense également à  Na, un autre collègue, et à Fred, un ami DJ. Pour Na, il me l’a présenté un soir en teuf comme étant un garçon adorable, très calme et très discret. Et puis un jour Alain m’a dit lui avoir vendu un truc plus cher que ce qu’il ne l’avait payé, au motif que Na était finalement sans profondeur et qu’il ne le remerciait jamais quand il avait des attentions pour lui. Personnellement, je n’ai jamais fait de cadeau dans l’espoir d’être remerciée ! Quant à Fred, Alain s’était offusqué qu’il déclare que si il devait choisir un jour entre sa compagne et la Trance, il choisirait la Trance. Au moins ce garçon avait le mérite d’être franc et je crois que c’était plutôt une manière de dire que son amie devait l’accepter avec sa passion. En fait, nous avons passé pas mal de soirées chez Fred, soirées très sympathiques au demeurant. Puis même chose : ce garçon est soudainement devenu égoïste, creux, incapable de reconnaissance vis-à-vis d’Alain ! Nous avons donc cessé d’aller chez Fred. A y bien réfléchir, Alain n’a aucun véritable ami. Il ne cherche que la nouveauté. J’ai également fait les frais de ce processus, une fois totalement à sa merci il n’y avait plus rien à conquérir chez moi…

Ce qui est symptomatique chez lui, c’est ce besoin de reconnaissance. C’est sans doute dû à sa petite taille. J’ai eu le problème inverse, car dépasser tout le monde d’une tête n’est pas toujours facile à vivre, et je n’ai pourtant jamais embêté le monde avec ça ! Pas évident lorsqu’on est ado et que l’on joue sur la plage, d’avoir à porter un mec sur son dos alors que toutes les autres filles sont sur les épaules des garçons, parce que justement on est plus grande que les garçons. Pas évident non plus de voir ses copines flirter alors que les garçons ne s’intéressent pas à vous parce que vous les dépasser. Par contre on ne se privait pas pour venir me demander des conseils sur les méthodes de contraception ou autre. De ce côté-là j’ai toujours été en avance sur mon âge… J’avais la théorie, mais pas la pratique. En plus, toujours première de la classe, ça n’aide pas non plus. J’ai donc opté pour le rôle de la bonne copine. J’ai privilégié l’esprit plutôt que ce grand corps dégingandé que je croyais me faire défaut. J’ai donc arrêté de bien travailler au lycée, pour faire le pitre. J’ai pris du poids aussi, que heureusement j’ai reperdu quand j’ai commencé à travailler. Et ma crise d’ado a subitement cessé.

Est-ce depuis cette période que je manque de confiance en moi ? Est-ce la raison pour laquelle je me fais choisir plutôt que je ne choisis ? Ou est-ce ma perversion à moi de me mettre toujours dans des situations inextricables pour voir comment je vais m’en sortir ? Toujours est-il que le constat est là : je n’ai jamais cherché à conquérir, j’ai au contraire tenté de me faire accepter. C’est un point qu’il faut que je travaille, même si  je ne veux pas changer totalement sur le fond.

Il semble par contre qu’Alain ait développé une toute autre stratégie, beaucoup plus calculatrice. Il veut absolument être admiré. En outre, il est sur la défensive. Ayant toujours peur de se faire rouler, il préfère rouler l’autre le premier. Je le crois incapable de se remettre en question. Il est vrai qu’il se faisait régulièrement casser la figure au sortir de la classe, sous prétexte qu’il était le parigot… Un complexe d’infériorité transformé en complexe de supériorité, face à un complexe de supériorité devenu complexe d’infériorité : comment conjuguer deux personnes aux antipodes ? Mais je suis encore bien bonne de lui trouver des excuses. A bientôt 55 ans il a tout de même eu largement le temps de faire le point, non !?

Bref, pour en revenir aux discours sur la fidélité, Alain était prolifique en la matière. « Nous nous étions malheureusement rencontrés trop tard » car il ne pouvait quitter sa femme. Au début, j’ai eu le malheur de lui dire que l’idéal serait que sa femme trouve quelqu’un d’autre également… Et là j’ai vu une lueur de terreur passée dans les yeux d’Alain. Il m’a répondu, totalement déstabilisé « Mais je serais malheureux ! ». Et moi, toujours égale à moi-même, j’ai occulté ce point en me disant que les choses devenaient un peu trop compliquées pour mon petit cerveau. Forte de ses déclarations enflammées, forte de sa surprise à vivre un amour authentique qu’il n’aurait jamais pu imaginer même dans ses rêves les plus fous (il me l’a dit souvent), je me suis mise à imaginer que ce qui m’avait toujours paru inconcevable était peut-être finalement possible : qu’il existait des gens capables d’aimer deux personnes à la fois. J’ai eu aussi droit à des « Je ne sais pas ce que je deviendrais si l’une ou l’autre disparaissait » et puis à des « Comment tes ex ont-ils pu te faire souffrir ? Comment ne plus aimer quelqu’un comme toi ? ». Là, je crois qu’il a trouvé tout seul la réponse à cette dernière question… Sauf que mes ex n’ont jamais été aussi cruels que lui !

Ses mensonges jusqu’au dernier jour de notre relation, son silence total pendant les quinze jours qui ont suivi notre séparation, puis ses mots durs quand j’ai fini par l’avoir au téléphone : « Ca faisait plusieurs mois que je ne savais pas comment te le dire » « J’aimais nos après-midis mais je me suis vite rendu compte qu’on ne pourrait jamais rien construire ensemble » (c’était bien la peine de me laisser quitter mon boulot !) « Avec un extasy dans le cornet, ça le faisait »… Jusqu’à oser de me demander de rester digne dans la souffrance et de ne pas le déranger dans ses nouveaux émois amoureux ! (Oui, je ressasse un peu, mais ces phrases ont du mal à passer) Oh que non ce n’est pas ce petit être médiocre que j’ai aimé ! Et ce n’est certainement pas lui que je pleurerai ! Il n’est même pas la cause de ma dépression, juste un élément déclencheur tout au plus. Je suis en train d’en analyser les vraies causes, mais j’y reviendrai plus tard si nécessaire. Je m’en voudrais d’être en plus tombée malade à cause d’un c… qui n’en vaut pas la peine !

Ah il a bien dû rire sous cape lorsqu’il n’y a pas si longtemps je lui ai dit qu’un des plus beaux moments de ma vie avait été notre week-end à Biarritz, car nous avions pu passer de vraies journées et de vraies nuits ensemble. Il avait souri, l’air flatté, alors que dans le même temps il faisait du plat à sa nouvelle : mêmes pseudos, mêmes phrases… juste sous mes yeux. Il devait penser que j’étais comme lui et que je continuais d’aller sur Webtarot. Et bien non, puisque je lui avais promis que non, je ne me connectais plus depuis trois ans. Je ne mens pas moi. Je ne fais pas des choses cachées dans le dos de l’autre, moi. C’était vraisemblablement sa manière à lui de « laisser traîner une conversation compromettante », comme la femme d’un de ses amis dont j’ai parlé plus haut, pour que ce soit moi qui prenne la décision de rompre. La lâcheté à l’état pur ! Et après, il vient me parler de dignité ?

A plusieurs reprises, il m’avait parlé d’un logiciel qui permettait de voir sur hotmail si les correspondants étaient réellement déconnectés, ou bien si ils nous avaient bloqués. Il pensait peut-être que j’allais télécharger ce logiciel pour vérifier ses connexions ? Si c’était sa manière de me dire que c’était fini, c’était plutôt raté ! Une phrase anodine de temps en temps dans la conversation, entre deux paroles aimantes me paraît un peu mince comme indice ! Il m’a tellement demandé de lui faire confiance, il s’est tellement montré sous un personnage droit et honnête, il a tellement continué de m’entourer de petites attentions, qu’il m’était difficile d’aller imaginer une troisième.

Quelques jours avant notre séparation, nous avions déliré ensemble sur hotmail, tard le soir, au sujet de la chanson générique du vieux feuilleton télévisé « Zorro ». Cette conversation avait duré un bon moment et j’avais trouvé Alain particulièrement hilare et de bonne humeur… Or, fin novembre, selon ses propres dires, il était déjà « amoureux » de l’autre. Il n’a eu aucune honte, aucun scrupule, à plaisanter avec moi tout de suite derrière sa petite aparté d’amour (oui je connais par coeur ses horaires… son planning amoureux), bien au contraire : toujours cette jubilation malsaine à me faire partager indirectement son excitation. Une semaine plus tôt, un mardi après-midi, il avait même poussé le bouchon à aller se connecter de chez moi sur Webtarot pendant que je faisais la vaisselle. Il avait soi-disant eu envie de faire une petite partie, cela m’avait un peu étonnée car ce n’était pas dans ses habitudes. Là, c’était toujours sa perversité mais dans le sens inverse : faire un petit coucou à sa nouvelle juste avant de s’envoyer en l’air avec moi, et tout en sachant que sa femme l’attendait sagement à la maison. On fait ça quand on a 15 ans (et encore) ! Pas à 55 ! Comment peut-il se regarder dans une glace ? Sa nouvelle était-elle au courant ? Si oui, c’est qu’elle est aussi tordue que lui, et dans ce cas-là les deux font la paire. Sincèrement, si j’avais été informée d’une telle situation au début de notre relation, j’aurais coupé net séance tenante. Le fait qu’il soit marié me posait déjà un cas de conscience, alors une maîtresse par là-dessus, non je n’aurais jamais accepté ! Et pourtant, qui sait, c’était peut-être déjà le cas… Je finis par me le demander.

Arriver à ce triste constat et à de telles interrogations restées encore en suspens, au bout de huit ans de relation, c’est vraiment ce qu’il y a de plus terrible. Plus que la rupture elle-même, qui est passée au second plan depuis longtemps.

21/01/09

MISE AU POINT

Je publie mes textes avec décalage car le fils d’une amie m’a conseillée de les protéger avant de les mettre sur le net. Et puis comme Alain est en vacances, ça lui fera de la lecture pour quand il rentrera. Je suis gentille, je pense à lui !

MISE AU POINT

J’ai encore eu quelques jours difficiles, mais je me sens mieux ce matin. Pour l’instant j’évacue tous les autres problèmes, mais je pense que je vais avoir de mauvaises surprises quand je vais sortir de cette brume épaisse : santé, finances, boulot… On verra bien, chaque chose en son temps.

Pour l’instant je lutte contre cet état bizarre de refus de la réalité malgré tout ce que j’ai découvert. Il me semble que ce n’est pas le même homme que j’ai connu, et j’ai toujours cette sorte d’espoir insensé que je vais me réveiller et que ce cauchemar aura disparu. Alors que je sais pertinemment qu’aucun coup de baguette magique ne pourra jamais effacer tout cela. J’oscille donc entre incompréhension, rage, et désespoir. Ces trois phases sont mon lot quotidien.

Certains me laissent des messages sur ce blog pour me dire de m’éloigner de lui et de me détacher du passé. Mais ce n’est pas facile quand le ciel vous est tombé sur la tête. Et je reste persuadée que je gagne du temps en me forçant à ouvrir les yeux. Le divorce entre mon imaginaire et la réalité est dur. Il faut que je règle son compte au plus vite au mythe que j’avais forgé, ou plutôt qu’il avait distillé en moi. Cela fait mal, mais mieux vaut souffrir un bon coup que de traîner toute sa vie des questions sans réponse, de trimbaler avec soi une plaie béante. Je ne veux pas traîner en longueur le deuil d’une histoire qui n’existait même pas, le deuil d’un amour médiocre. Je dois le désacraliser si je veux qu’il n’empoisonne pas mon futur, comme il a empoisonné mes huit dernières années. Peut-être me crois-je plus forte que je ne suis, peut-être que tout ceci est un exercice dangereux… Tout ce que je sais, c’est que tenir ce blog me fait du bien. J’ai déjà le sentiment d’être sortie du gouffre où j’étais les premières semaines. Je continue d’exister malgré sa tentative de destruction. Je me libère de son joug mensonger.

Pour l’instant, je n’arrive pas encore à mettre le nez dehors. Je ne sors que pour m’acheter des cigarettes… Ce qui veut dire en gros que je ne me lave que tous les trois jours. Ca me surprend assez, car d’habitude j’adore les douches. J’ai du mal aussi à regarder la télé, mais il est vrai que j’en ai fait une overdose ces dernières années : Que faire d’autre quand vous êtes scotchée chez vous à attendre derrière votre ordinateur ou derrière votre téléphone, un appel ou un message ? J’étais complètement à sa disposition, toujours en situation d’attente. Il m’a vraiment bloquée dans tous mes projets pendant huit ans !

Non, là j’observe. Je passe mes journées à ça. Je ne sais pas à quoi cela pourra me servir, mais je note tout, les habitudes des joueurs sur Webtarot notamment. C’est un peu obsessionnel mais c’est un passage obligé. J’ai d’autres sources bien sûr. D’après mes informations, si je ne me trompe pas, il est en Vendée cette semaine. Ce qui me fait sourire, c’est que l’on voit beaucoup moins sur le tarot certains de ses amis. Ils ont changé de pseudos. Je pense à une prof surtout qui apparemment faisait partie de son cercle avant même cette Deirdre. (Elle m’agace d’avoir pris un pseudo irlandais ! Après m’avoir piqué mon mec, elle serait bien fichue de me piquer mes ancêtres irlandais ! grrrrr… Mais en fait, elle ne me l’a même pas piqué puisque c’est un malade. Il a jeté son dévolu sur n’importe qui ; la première qui a marché a été la bonne). C’est ce qui me fait le plus enragé en fait : qu’il ait développé de nouveaux liens, une troisième vie cachée de moi, alors qu’il était si jaloux, alors qu’il faisait tout pour me couper des autres. Donc, tant que je peux enquiquiner tout ce petit monde, ça me fait du bien !

J’élabore aussi tout un tas de vengeances possibles et ça me fait du bien aussi. Ca occupe mes journées… Après tout, il m’a tellement répété que je serai toujours dans ses pensées, que je ne vais pas le faire mentir. Oui je crois bien qu’il n’est pas près de m’oublier ! Du statut d’amoureux, il est passé à celui d’ennemi juré. D’un point de vue purement égoïste, il est tout de même plus sain d’orienter mon agressivité vers lui plutôt que de continuer à me détruire. Je n’ai rien fait, je ne vois donc pas pourquoi je continuerais de m’auto-punir ! D’ailleurs, mon corps commence à réagir. Hier après-midi, contre toute attente, j’ai eu faim. Comme il n’y a strictement rien dans mon frigo (j’ai jeté il y a trois jours les aliments qui étaient là depuis début décembre… dont une truite ! L’odeur devenait insupportable !), je me suis donc fait deux substituts de repas dans l’après-midi. C’est bon signe. Plus je lui envoie des ondes négatives, mieux je me porte.

20/01/09

MAUVAISE HUMEUR... Mais ça fait du bien !

Dimanche matin, déjà… Encore une semaine de passée. Je me suis encore réveillée à des horaires bizarres : 7h du matin pour un dimanche ! Si on m’avait dit ça un jour, je ne l’aurais jamais cru.

Dès le réveil, j’étais de très mauvaise humeur… Une sorte de rancœur, de sentiment d’impuissance, qui persiste dans les pensées et qui vous tient aussi au ventre. Je crois que si il avait été à mes côtés, je l’aurais étranglé de mes propres mains ! Ou plutôt, je l’aurais ligoté pour lui infliger les pires tortures ! Il va falloir que je budgète l’achat de quatre chevaux pour l’écarteler en place publique ! A moins que je me procure des poupées vaudous avec plein d’épingles partout, ça me coûterait moins cher. Je ne vais quand même pas me ruiner pour ce sale type, non !?

Ca va déjà mieux en écrivant ces quelques lignes : quelques petites ondes bien négatives à son égard, ça va bien finir par le faire, non !? A force, il va bien finir par se casser une jambe ou choper le choléra ! La semaine dernière, à un moment où j’étais particulièrement mal, je n’ai pas pu m’empêcher de lui envoyer subitement un SMS pour lui dire qu’il aille rôtir en enfer ! Et je le souhaite sincèrement.

Pas envie d’aller lui casser la gueule directement (je pourrais, je le dépasse de deux têtes !). Il ne mérite pas que je me salisse les mains. Ce n’est qu’un chien galeux, dont j’ai eu le malheur un jour de croiser la route. Je repense à ce qu’il m’avait écrit en 2001, lorsqu’il en était encore à la phase « séduction », et je ne peux m’empêcher de le citer à nouveau car ce passage vaut son pesant d’or :

« Peut on faire plus mal à quelqu’un en lui disant, du soir au lendemain, sans explication, et de la manière la plus cruelle et la plus abrupte qui soit, que c’est devenu subitement sans intérêt ?

     A se demander si ce ne sont pas les « salauds » du net qui ont raison quand ils se comportent sans égard et respect avec leurs homologues du sexe opposé… et bien qu’ils restent tous dans leur misère, leur fange et leurs rencontres minables, tous autant les uns comme les autres, au royaume des névrosés… je les ignore … je les plains…ils sont encore plus bas que le commun des mortels ….. »

 

Et oui, Alain, tu es un de ces « salauds »… Il n’y a pas d’autre mot. Et tu es effectivement plus bas que le commun des mortels ! Je ne me savais pas si faible pour tomber un jour sous le joug de quelqu’un comme toi… Ton donjuanisme va malheureusement me coûter cher, très cher… Je ne sais pas où je vais, mais j’ai l’impression d’y aller tout droit. Je n’ai toujours pas ouvert mon courrier. Je n’ai toujours pas payé mon loyer de décembre… trois semaines de retard… Je n’ai pas rempli le renouvellement de mon Allocation Logement, c’est donc mort de ce côté-là aussi. D’autres factures en souffrance. Je ne retravaille toujours pas… Le bilan est clair : pas de rentrées, que des sorties ! La faillite totale quoi ! Et je ne parle pas de la santé… Remarques, je fais des économies sur le poste nourriture !… Mais pas sur le poste cigarettes : j’en suis à trois paquets par jour !

Voilà à quoi ont mené tes petits jeux, la satisfaction égoïste de tes bons plaisirs, ta lâcheté. On peut ne plus aimer, mais trahir comme tu l’as fait, depuis le début même de notre relation, non ! Tes mensonges et ta désinvolture lors de ta rupture, ton silence et ton dédain ensuite, m’en ont dit long sur toi… Tu ne m’as jamais aimée malgré tes fausses déclarations. Et je t’en veux de m’avoir fait perdre huit ans. Je t’en veux de ton absence face à mon chagrin, de cette négation soudaine, de ce non-respect à mon encontre… C’est comme si tu voulais me faire payer tes propres erreurs.

Lors de nos premières rencontres, même si je te croyais sincère, je pensais que tu vivais une sorte de démon de midi, un petit coup de cœur après tant d’années de mariage. Je t’ai même dit que puisque l’on était amoureux, il n’y avait qu’à vivre ce qu’on avait à vivre… Je pensais en termes de semaines ou de mois, persuadée que devant le compliqué de la situation, notre histoire n’irait pas bien loin. C’est toi qui as tout fait pour me mettre en confiance, en me promettant un « avenir différent » avec des « si on veut, on peut construire quelque chose d’exceptionnel sous un autre mode de fonctionnement ». C’est toi qui m’as fait pendant des années des scènes de jalousie et des crises de manque. C'est toi qui m'as promis l'amour éternel. Je t’ai cru, j’ai baissé ma garde : Et voilà où j’en suis moi, huit ans après ! Huit années de mensonges !... Et tu t’en fiches complètement… Alors ? C’est mieux ailleurs ? Le ciel est plus bleu et l’herbe plus verte ? Tu revis tes petites excitations derrière ton écran ? Curieux quand même que tu reproduises le même mode opératoire… Ah pas facile d’avoir 55 ans dans à peine deux mois ! Il faut bien que tu te donnes l’illusion d’être toujours jeune !

Je sais, je me répète. Et je m’adresse directement à lui encore. Je pense qu’il est malheureusement inévitable que cette rage ressurgisse au fond de moi, devant une telle déconvenue… devant l’anéantissement de huit années d’illusions perdues et des souvenirs qui vont avec. Peut-être aussi un moyen de prendre le temps de parole auquel je n’ai même pas eu droit. Et puis il le mérite bien !

Bon je vais acheter des cigarettes. Je n’en ai plus. J’espère être plus positive à mon retour…

18/01/09

ME REVOILA !

J'ai finalement décidé de poursuivre ce blog. J'ai écrit quelques pages, il y a quelques jours, et je les publie ci-dessous car même si je vais un peu mieux... Ce n'est pas encore vraiment ça.

Je remange un peu, mais pas suffisament apparemment (62,5 kg). Positivons ! J'ai récupéré mon poids d'il y a 25 ans !

SUITE DU BLOG  (13/01/09)

Ce matin, je me suis réveillée à 6h30… Mes premières pensées étaient déjà dès le réveil axées sur mes « petits problèmes », sur cette indigestion de trahison, et surtout sur comment j’allais me sortir de tout ça. Heureusement, cela fait déjà 72h où j’arrive à dormir la nuit. De manière un peu bizarre, mais je dors quand même, par plages… Souvent de 20h à 23h, puis de 1h à 4h, et je me rendors ensuite jusqu’à 6 ou 7h. Moi qui ai pourtant d’ordinaire un sommeil de plomb ! Cela est de bon présage pour essayer d’avoir à nouveau des journées « normales ».

Avant-hier j’ai écrit une chanson. J’avais envie de créer. Bien entendu, je suis bien vite revenue à mes anciens démons au travers du sujet évoqué…

EXISTE-T-IL ?

Tu m’as quittée pour une autre sans prévenir,

Laissant un vide où je suis prête à trébucher.

Tu as détruit le moindre de mes souvenirs

Auxquels je ne peux même plus me raccrocher.

 

Et qui voudra de moi, avec mon cœur en miettes ?

Qui recollera ses morceaux éparpillés,

Dispersés loin comme des cendres d’allumettes ?

Qui me voudra, quand tant d’amour j’ai gaspillé ?

 

[Refrain :

Existe-t-il pour moi quelqu’un quelque part ?

Pour qu’il vienne, faut-il que je dorme cent ans ?

Est-c’ la peine d’attendre ? Il est déjà si tard…

Existe-t-il au moins cet amour que j’attends ?

Suis-je encore capable de le reconnaître ?

Puisqu’on m’a tout repris, jusqu’à la moindre larme…

Existe-il en moi la force de renaître ?

Comment me débattre dépouillée de mes armes ?]

 

Qui peut vouloir d’un amour de seconde main ?

D’une âme perdue dans ses chagrins et regrets,

N’ayant que pour espoir que la peur du demain ?

Qui effacera ma douleur à tout jamais ?

 

Qui saura combler l’immensité de ce gouffre

Si froid, si sombre, qu’il me donne le vertige ?

Y aura-t-il quelqu’un pour voir combien je souffre,

Pour m’apprendre à bâtir sur ces tristes vestiges ?

[Refrain] 

Et comment puis-je comprendre ton abandon,

Si soudain que je ne peux en faire le deuil ?

Je t’ai donné mon âme jusqu’à déraison,

Existe-t-il quelqu’un qui malgré tout me veuille ?

 

Qui peut bien vouloir, sans risquer d’être déçu,

D’un coeur où il gèle en dedans comme dehors ?

Qui peut donc aimer celle qui ne s’aime plus ?

Qui voudra de celle que le vide dévore ?

 

[Refrain] 

Point positif en relisant : il semble que je me lamente un peu moins sur le passé pour me tourner un peu plus vers le futur… Même si les idées sont encore bien noires.  

Du coup, hier, j’ai déblayé tout ce qu’il y avait sur le piano (bibelots, papiers à classer … que j’ai posés parterre) pour essayer de trouver une mélodie. Pas facile sur des alexandrins. Pas facile non plus quand je ne sais pas jouer de piano. Je pianotais depuis l’âge de 14 ans, essayant de trouver toute seule de « jolies notes », et ce, de manière épisodique, suivant mon emploi du temps plus ou moins chargé. Mais j’ai arrêté d’en jouer depuis 8 ans. Force est de constater que j’ai arrêté d’en jouer à chaque fois que j’étais en couple d’ailleurs. Je suis même incapable de rejouer mes quelques rares anciens morceaux. Cela m’a un peu assombrie. Je ne pense pas poursuivre cette chanson que je trouve maintenant un peu niaise et surfaite, même si elle traduit pourtant mon état d’esprit actuel. Elle m’aura au moins permis, comme tout ce que j’écris en ce moment, d’apaiser un peu, pour quelques heures, ce mal-être persistant.

Ce matin par contre, je suis restée au lit près de 3h, engluée dans mes réflexions. C’est pour ça que je reprends l’écriture de cette histoire, même si je ne pense pas publier sur mon blog ces passages. Il va être difficile de retranscrire tout ce que à quoi j’ai pensé, parce que déjà une idée en chasse une autre, mais aussi parce que ces réflexions remuent pas mal à l’intérieur.

Il y a encore eu ce couplet sur comment comprendre ce qui s’était passé, comment comprendre cette séparation si soudaine et si cruelle… J’ai pourtant refait l’histoire. Mais n’avoir aucune réponse claire de la part de l’autre est insupportable. Sans doute un faible espoir, qui reste enfoui profondément en moi et que je n’arrive pas à dénicher, d’obtenir enfin la preuve que j’ai quand même un peu compté pour quelque chose, que cette histoire n’a pas été que du temps de perdu, que je ne me suis pas trompée à un tel point… Pourtant les faits sont là. Et il faudra bien que je chasse ce faux espoir au plus vite si je veux me reconstruire, que je coupe tout lien avec ce passé désastreux. Je dois regarder la réalité en face, celle d’avoir été le jouet d’un manipulateur, inconscient de sa perversité, ou conscient je n’en sais rien, qui ne vit qu’au travers de ses fantasmes.

Une chose curieuse qui m’est revenue en mémoire, est qu’il m’avait dit un soir, au début de nos chats : « L’idéal serait que tu te trouves un homme ». Nous n’en étions pourtant qu’à la phase d’émerveillement de notre rencontre sur le net. Des discussions, sans plus, auxquelles nous commencions à être accro il est vrai. Il n’était pas encore question officiellement d’amour, j’étais simplement son égérie. Nous avions souvent tendance à employer les mêmes mots, à avoir les mêmes idées au même moment, à terminer les phrases de l’autre… Enfin, était-ce vrai, ou tout ceci n’appartenait-il qu’à une légende que nous aimions à croire ? Il aimait à le souligner en tout cas lorsque cela se produisait. J’avais trouvé cette réflexion des plus surprenantes, car si je me « trouvais un homme » comme il disait, il était clair pour moi que je ne perdrais plus mon temps sur internet. Nos discussions auraient été vite abandonnées. Ces échanges je les aurais eus avec mon « nouvel homme » dans la vie bien réelle. Cette phrase aurait dû me faire réfléchir sur la nature même des relations qu’il recherchait.

Beaucoup de choses auraient dû me faire réfléchir, et je ne l’ai pas fait. Alors parfois, dans mes longues réflexions, je me demande comment cette situation a pu arriver… Qui a plus vécu dans son imaginaire de nous deux ? Qui a le plus pêché l’autre ? Je pense que ma sincérité me met hors de cause et que l’on ne peut pas me reprocher ma trop grande candeur. Au départ, j’ai chatté avec lui sans arrière-pensée. Un homme marié, père de famille, qui clamait venir se détendre de temps en temps sur internet, m’a plutôt inspiré confiance. Je ne voyais aucun mal à échanger des considérations sur des voyages et des goûts musicaux. Cela me paraissait sans danger.

Et puis, au bout d’une semaine que je le connaissais, je suis partie en week-end chez Coca, une amie suisse qui fréquentait le même site. Elle me taquinait d’ailleurs au sujet d’Alain : « Alors ? Tu as un cyber-amoureux ? ». Je m’en défendais bien : « Mais non, c’est un homme marié, on ne fait que parler musique ». Chaque soir, il changeait de pseudo, et cela étonnait Coca. Elle ne le reconnaissait uniquement que parce qu’il parlait avec moi pendant plus d’une heure. Je devais donc partager mon temps entre Alain, Coca et les quelques autres internautes que je connaissais. Coca s’en amusait plutôt au début. Dès le premier soir à Lausanne, Coca est passée quelques instants sur le site, car elle y était modérateur, et elle est venue soudain me dire « Il y a ton cyber-amoureux qui te cherche partout ». Je m’en suis étonnée car il savait très bien que j’étais absente tout le week-end. Je suis donc allée lui parler quelques instants. Il s’inquiétait pour moi. Il s’inquiétait de savoir si mon voyage s’était bien passé, et je lui manquais déjà… Nous n’avions pourtant à notre actif que trois ou quatre chats à ce moment-là. Cela m’avait un peu surprise. Mais là encore, pas suffisamment malheureusement.

A mon retour en France, nous avons intensifié nos chats du soir. Ils sont bien vite devenus quotidiens et duraient le plus souvent de 22h à parfois près de 2h du matin. Lorsqu’il ne travaillait pas (puisqu’il a des plannings variables), je restais connectée en journée sur l’ordinateur du bureau, au cas où il passerait sur ICQ. Et il passait, fréquemment, quelques minutes, pour me faire des petits « coucou », pour me demander comment se passait ma journée, ce que je faisais. Coca a commencé à me mettre en garde, tout cela ne lui paraissait pas aussi innocent que cela. Et Coca est donc devenue une femme sans profondeur et peu intéressante pour moi selon lui. J’ai donc délaissé Coca au bout de plusieurs semaines, au profit d’Alain. C’est là je pense ma plus grosse erreur. Nous avons vite fonctionné en circuit fermé et je me coupais de plus en plus des autres, même de mes amis de la vie réelle. Technique classique d’enfermement.  Suite à quoi j’ai laissé l’imaginaire prendre le dessus.

Je me suis prise à imaginer qu’il n’était pas marié. Comment expliquer sinon qu’un homme marié puisse passer entre trois et quatre heures chaque soir derrière son ordinateur, week-ends inclus ? J’ai même envisagé qu’il soit handicapé et qu’il n’osât me le dire, prenant pour excuse une soi-disant épouse pour ne pas nous rencontrer dans le réel. Sans même l’avoir vu, j’étais en train de tomber amoureuse.

Ensuite, il y a eu l’épisode du téléphone. Curieusement, alors que tout le monde avait des portables dans sa famille, il n’en voulait pas et n’en avait donc pas… selon lui. Puis soudainement, sa femme lui en a offert un. Avec le recul, je crois bien qu’il a plutôt hésité à me communiquer son numéro. Avant même de s’être rencontrés, en plus de nos chats quotidiens, nous nous sommes donc mis à nous téléphoner plusieurs fois par jour. Il m’appelait le soir aussi, en se planquant dans la salle de bain, juste pour entendre le son de ma voix avant d’aller dormir. On ne se disait pas grand-chose, surtout beaucoup de « hummm » avec des sourires extatiques qui s’entendaient presque dans le combiné.  Ces « hummm », ils me les écrivaient si souvent aussi…

Puis il y a eu la Vendée. Je l’y rejoignais pendant les congés d’été. Mais lui y allait pas loin d’une semaine tous les deux mois. Il m’était impossible de l’y suivre aussi fréquemment. Je m’y rendais en général une semaine en mai et deux à trois semaines en août. Lorsque je ne pouvais l’accompagner, il sortait tous les soirs, sous prétexte d’une promenade digestive, pour m’appeler. Nous restions une heure au téléphone, qu’il vente ou qu’il pleuve. A chaque fois je lui manquais et il déprimait. A l’entendre, il était même incapable de profiter de ses vacances.

Comment devant une telle dévotion de sa part, aurais-je pu résister à ses histoires d’amour exceptionnel et de communion d’esprits, ses histoires d’être faits l’un pour l’autre et de la magie à s’être enfin trouvés ? Il m’avait fait suffisamment parler pour en connaître assez sur ma conception de l’amour… et j’ai alors cru ce que j’avais envie de croire. Ma responsabilité est là. A ma décharge, ses dires et son comportement étaient bien réels eux, simplement dénués de sincérité. Comment ne pas se laisser abuser alors ? J’ai vraiment dû être une proie facile !

Pour en revenir aux appels téléphoniques, il faudra que sa nouvelle sache qu’Alain est réglé comme du papier à musique. Il y a l’appel de 9h, lorsqu’il sort de chez lui pour aller prendre son train, il y a l’appel de 13h lorsqu’il sort pour déjeuner, celui de 14h15 lorsqu’il reprend le travail (entre, il vaut mieux éviter d’appeler car il fait une petite sieste de 13h30 à 14h15) et puis l’appel du soir vers 20h30 lorsqu’il arrive en bas de chez lui. Ce sont les quatre appels principaux. Au début, il y en a un peu plus, des « petites surprises » suivant son activité au travail, à peu près toutes les deux heures en fait. Et pour que ça n’apparaisse pas sur sa facture, à cause de sa femme, il laisse sonner deux coups et il faut le rappeler. On est totalement à sa disposition. C’est d’ailleurs à ce titre que, malgré la séparation, malgré le désespoir où je me trouvais, Monsieur a procédé de la même manière lors de son dernier et unique appel  « pour m’apaiser », la semaine dernière… Il a laissé sonner deux coups ! Ah ça, même dans les pires circonstances, il ne perd pas le nord ! Il fait déjà l’effort de tenter de « m’apaiser », il ne va tout de même pas payer la communication ! Je n’ai pas rappelé ce monstre, bien entendu. J’ai attendu qu’il relaisse sonner et j’ai décroché bien vite avant qu’il ne raccroche… On s’amuse comme on peut ! Et là, j’ai entendu « Rappelle-moi s’il te plaît » et hop raccroché. Bon c’est vrai, la seconde fois la curiosité l’a emporté et j’ai rappelé, tout ça pour apprendre qu’au bout d’un mois quasiment sans nouvelle, il se décidait à me faire cette faveur de vouloir « m’apaiser » ! Comme par hasard, juste après la publication de menaces sur mon blog !

Un détail me revient maintenant à l’esprit. Il devait partir en Vendée l’avant-dernière semaine de novembre, et deux jours avant il m’a dit avoir perdu son téléphone portable. Dès qu’il en a eu un autre, son numéro d’appel est soudain devenu caché et il ne savait pas comment modifier cela… Je crois maintenant que son portable n’a pas été perdu mais que c’était un prétexte pour cacher son numéro, sa nouvelle étant mariée. En effet, un portable neuf présente le numéro en option standard, et il faut justement faire une manipulation pour ne plus l’afficher. Les deux tourtereaux s’appelaient donc déjà mi-novembre. On ne me fera pas croire qu’il ne l’a connue qu’un mois avant notre séparation !

Pourtant, durant cette semaine de congés en novembre, il m’a appelée et il m’a envoyé des SMS ! C’est vrai, moins assidûment et moins longuement que d’habitude, mais les circonstances s’y prêtaient moins aussi. Il était seul avec sa femme là-bas, et le froid faisait qu’il lui était difficile de prétexter une promenade. Sa femme déprimait selon lui, et sortait moins également. J’étais moi-même occupée par mon nouveau travail. Il m’a tout de même envoyé des photos de vacances, comme il le faisait toujours, des couchers de soleil surtout. Je pense qu’il envoyait les mêmes à l’autre. Et puis un soir, contre toute attente, il s’est connecté sur hotmail : des mots d’amour… je lui manquais. Deux semaines avant notre séparation !

J’étais contente, car à cette époque de l’année il est difficile de trouver un bar ouvert qui ait une connexion internet. A y bien réfléchir, il est clair que c’était encore ce phénomène de perversité : vivre cette triplicité devait l’exciter. Il avait dû contacter sa nouvelle juste avant moi et était tout content de me faire partager à sa manière la joie de sa forfaiture. Ce soir-là, il avait d’ailleurs été interrompu quelques instants, où je m’étais demandée pourquoi il ne répondait soudain plus. Il m’a ensuite dit qu’il venait d’avoir un problème avec un client saoul. Cette personne lui aurait dit quelque chose qui ne lui avait pas plu. Selon moi, il s’agissait plutôt d’un client qui avait dû voir par-dessus son épaule qu’Alain faisait les mêmes déclarations à deux femmes différentes. Une réflexion grivoise avait dû fuser dans le bar. Ce ne sont que des supputations, mais je crois que je ne suis pas loin de la vérité. Effectivement, si tel est le cas, cette réflexion n’avait pas dû plaire du tout à cet être qui se croit irréprochable, et certainement très fier de ses manigances !

Il y a quelques jours, j’ai parcouru les statistiques de fréquentation du site de tarot. Alain a joué beaucoup moins de parties au second semestre 2008, quelque soit le pseudo qu’il utilisait. Quant à sa nouvelle fiche sous le nom de Mindy, elle existe depuis janvier 2008. Sans commentaire. La fiche de Déité a été créée le 12 novembre 2008, et cette personne n’a jamais joué aucune partie. Elle a donc bien fait une nouvelle inscription uniquement pour chatter en toute discrétion, mais les liens s’étaient bel et bien déjà tissés auparavant. En effet, j’imagine mal quelqu’un arriver sur ce site et s’enfermer dès le premier soir avec un inconnu sur une table pour « discuter » ! Depuis combien de temps m’a-t-il menti ? Depuis combien de temps jubilait-il à mener une vie de père de famille, tout en me gardant sous sa coupe et en me voyant une à deux fois par semaine pour faire l’amour… et tout en draguant dans le même temps, sur le net le soir, pour laisser libre-court à de nouveaux fantasmes ? Le pire est qu’il finit lui-même par croire à ses propres mensonges.

Autre découverte attérante : sur son profil de Myspace, il se déclare célibataire ! Et cela depuis plus d’un an puisqu’il ne s’est pas connecté sur ce compte depuis janvier 2008. La chasse était donc déjà ouverte !

Une chose est sûre, c’est que cet homme-là a compartimenté toute sa vie en multiples cases. Tout est rangé, organisé et réfléchi. Il bâtit des stratégies et se ménage toujours des portes de sortie. Il était d’ailleurs comme ça dans son travail, offrant un visage humble par devant, et œuvrant par derrière, passant par des amitiés extérieures ou supérieures. Toujours aussi gourde, je croyais à l’époque que tout le monde était méchant avec lui et qu’il était normal qu’il se défende. Il était également pareil en amitié, des complicités soudaines puis des désenchantements tout aussi subits. En général, il s’estimait avoir été trahi, pas assez reconnu pour sa juste valeur. Il a construit sa vie de la même manière. Lorsqu’il se racontait, c’était toujours en termes de « périodes ». Il vivait une tranche de vie, puis il fermait la porte pour passer à une autre. C’était comme si il parlait d’une construction longuement réfléchie. Il prenait les plaisirs de la vie, sans rien donner en échange, puis il jetait, répondant à une étrange planification que lui seul connaissait, et quel qu’en soit le coût pour les autres. Cela fait montre d’un égocentrisme forcené, voir même d’égoïsme. Et je fais malheureusement partie intégrante de ce mécanisme… Il y a eu les années Trance, comme il y a eu les années Isabelle ! Je n’ai donc été pour lui qu’un objet de plaisir ou de divertissement dans sa longue construction personnelle, et je deviendrai vraisemblablement rapidement une erreur de parcours à qui voudra l’entendre.

J’ai donc repensé à tout cela ce matin dans mon lit et j’ai cherché à savoir pourquoi j’avais plongé aussi facilement, et pourquoi aussi, ayant maintenant ouvert les yeux, je continue à éprouver un tel manque. Mon cheminement de pensée m’a très vite orienté sur le décès de mon père. Cela a réveillé une douleur en moi, et je m’aperçois qu’il m’a fallu écrire je ne sais combien de pages avant d’arriver à ce point… qui a pourtant été l’objet principal de ma réflexion de ce matin ! Je pense avoir touché un point crucial. Et je prends encore prétexte de la nuit tombée pour ne pas aborder encore ce thème. Je le ferai demain matin, car j’ai déjà écrit la journée entière. Toujours est-il que j’ai recommencé à prendre mon traitement aujourd’hui, après près de cinq semaines, que j’ai commencé à déblayer quelques détritus de chez moi (mais il en reste encore pas mal !), et que je me sens plus sereine ce soir.

Je ne veux pas que la dépression s’installe, et elle ne s’installera pas. Je dois absolument finir ce travail au plus vite !

SERIAL LOVER ? Vérification

Ayant retrouvé les coordonnées de la personne de 2005 avec qui j'avais surpris Alain en grande conversation sur Webtarot, je n'ai pas pu m'empêcher de parler avec cette personne sur hotmail ce soir... Les réponses ont été édifiantes : Et oui ! Déjà en 2005, il était dans le même état d'esprit ! Une femme, une maîtresse, ça ne lui suffisait pas, il fallait qu'il cherche ailleurs !

Discussion sur hotmail du 09/01/09

Isabelle dit :

Bonsoir, Je m'appelle Isabelle et j'allais sur Webtarot avant... Es-tu Supernana ?

claudie dit :

oui bsr

claudie dit :

et meilleurs voeux

Isabelle dit :

Meilleurs voeux à toi aussi

Isabelle dit :

tu te souviens de moi ?... Tu avais parlé avec mon copain Alain un soir sur une table

claudie dit :

oui je me rappelle ct un vrai meli melo votre truc

Isabelle dit :

oui

Isabelle dit :

Il vient de me quitter pour une fille de webtarot... au bout de 8 ans, du jour au lendemain

claudie dit :

grrrrrrrrrrr

Isabelle dit :

Je peux te poser une question ?

claudie dit :

oui bien sur

Isabelle dit :

Est-ce que d'après toi il draguait sur webtarot ?

claudie dit :

oui

claudie dit :

tu m avais deja posé la question a l époque et j avais dit oui deja

Isabelle dit :

ok c'est bien ce que je pensais...

Isabelle dit :

si ça t'intéresse de savoir comment ça s'est passé, j'ai fait un blog

Isabelle dit :

http://alisa.e-monsite.com

Isabelle dit :

Je crois que j'ai passé 8 ans avec le sérial lover du net !!!

Isabelle dit :

Je te remercie en tout cas de m'avoir répondu

Isabelle dit :

Je te souhaite une bonne soirée

claudie dit :

de rien et suis dsl pour toi mais il vivait avec toi il avait juste besoin de se sentir kelk un sur le tarot et derriere son ecran c plus facil d etre un serial lover

Isabelle dit :

Bin non justement, il ne vivait pas avec moi !

Isabelle dit :

Il était marié

Isabelle dit :

mais on se voyait 1 à 2 fois par semaine depuis 2001

claudie dit :

mdrrrrrrrrrrrrr ben ct bien compliqué votre truc

Isabelle dit :

Jusqu'au dernier jour, il a caché son jeu, en me faisant des déclarations... et en 2h de temps, il m'a annoncé la rupture : par mail !!!

claudie dit :

kel courageux je plains la suivante

Isabelle dit :

Oui oui, moi aussi... quoique, je pense qu'elle est comme lui

Isabelle dit :

Elle a tout sous les yeux par mon blog... et elle se permet de me narguer en mettant des petites phrases provoc sur son site

Isabelle dit :

mais bon, ça la regarde maintenant

Isabelle dit :

Je te souhaite une bonne soirée  et à bientôt peut-être

claudie a envoyé 09/01/2009 19:32 :

merci bonne soiree

Je m'en veux vraiment d'avoir été aussi bête pendant aussi longtemps !!!

BLAGUE DU SOIR

J'avais dit que je laissais ce blog, mais devant le comique de la situation, je n'ai pu m'empêcher de la consigner : J'ai eu un appel d'Alain hier soir... pour m'apaiser paraît-il !

Après un mois de dédain le plus total, alors qu'il batifolait ailleurs, il vaut mieux entendre ça que d'être sourde, non !?

Il a commencé à m'expliquer qu'il lui était arrivé quelquechose dans sa vie (sa nouvelle rencontre sur internet ???) et qu'il n'avait pas voulu me le dire pour ne pas me faire souffrir... Bin voyons, c'est beaucoup mieux de tout quitter du jour au lendemain, sans crier gare, par mail en plus,et de faire le muet ensuite... Je lui ai raccroché au nez, tant je l'ai trouvé petit et minable.

Qu'il reste à chatter comme un minable avec sa Deirdre49 (c'est son autre pseudo), entre gens mariés, père et mère de famille chacun de leur côté ! Ils se rejoindront au moins dans leur médiocrité. Et puisqu'ils aiment les phrases toutes faites et les citations : Mes nuits sont plus belles que leurs jours !

 

MES RESOLUTIONS

Cette nuit, j'ai décidé de me coucher plus tôt. J'ai quand même relu ses derniers mails... Et franchement, rien ne laissait présager cette fin médiocre et lâche...

 

Mail du 26/10 (je n'ai pas tout gardé, et la plupart de ses messages étaient sur la messagerie instantanée d'hotmail... donc pas de trace)

Kikôô,
 
Je viens de te lire et je pensais que tu serais cet aprem' avec ta maman.
 
Passes une bonne après midi "détente".
 
Moi je sors de sieste... humpff, j'ai pris de sacrées habitudes! ça va être duraille pour la "reprise",lol!
 
Sinon, nous pensons aller au parc même s'il fait très beau. Il paraît que du grand froid s'annonce dès jeudi... arf!
 
Voili, je m'attarde pas car pas seul. Oki pr demain 14h45 bobi'one (lol)
 
~~

Il m'envoyait encore son coeur... comme d'habitude... Il avait l'air plutôt joyeux à l'idée de notre rendez-vous du lendemain, non !?

 

Mail du 12/10

:)) kikôô ti'coeur,
Suis hyper content en lisant ton cpte rendu
Bravo pour avoir vaincu ton stress! ça va te donner encore plus d'assurance au fil des expériences de ce type et d'autres!
Suis fier de toi  Continues à tjrs viser plus haut!
Bonne anniversaire, plein de santé et  joie à ta maman!
Reposes toi bien
tit'@mour,
T'@'''''
 
ps: demain, vais chez le doc en fin de matinée. Franchement, j'ai tjrs mal au poignet et avant bras et en même temps faut que je m'éloigne pas trop du "champ de bataille " fnac,lol! alors, je verrai avec le doc' il me dira ce ki est le mieux ( c'est vrai aussi que passer 15 jrs quasi enfermé c pas trop ds ma nature,lol)
Te téléphonerai après le doc'
 
 fais de beaux rêves

Et des tit'amour, en veux-tu en voilà !

 

Tiens ? Le 01/09 il me renvoyait du Neil Young !!!... Finie la période Trance ? Déjà l'influence de l'autre ???

 kikôô,
 
Voili', je retombe sur une ancienne chanson de N Young et me retrouve,qques 36 ans sous le charme again  comme un adolescent attardé et attendri: " when will i see you again...."
 
Vais aller faire ma tite gym', @demain ti'coeur
 
Ps: je t'envoie en fichier une version plus présentable des paroles de sa chanson
 
... to give a love, you gotta live a love, to live a love you gotta be "part of" ...

Avec son petit arc-en-ciel et ses smileys... Décidément, il cachait bien son jeu ! Car j'ai eu droit à ça jusqu'au bout ! Je note qu'il cite encore des paroles de chanson.

 

Voilà, le menteur qu'était Alain et que je n'ai pas décelé.

En fouillant mes mails, j'ai trouvé une invitation sur MeetYourMessenger, au nom de Mindy ! C'est le pseudo qu'il utilise maintenant pour sa nouvelle... Cette invitation date du 24/10. Pourquoi s'est-il inscrit sur ce genre de sites ? Et pourquoi m'y avoir invitée ? Je ne sais même pas pourquoi il y a mon nom (et ma date de naissance ???) sur ce site. D'ailleurs, lui se déclare avoir 25 ans ! Ce type est un malade ! Et j'enrage d'avoir gâché huit années de ma vie pour lui ! Comment arriver à dormir lorsque l'on découvre tout cela ? Il m'a effectivement raconté il y a peu qu'un ami à lui s'était fait largué par sa femme et que pour cela elle avait laissé traîner un mail compromettant... et peu de temps après, il m'envoie cette invitation ? Quelle lâcheté !

Décidément, non ! Je ne peux pas laisser passer ça... Je pense que je vais entamer la phase vengeance. Ca va tomber de tous les bords ! Il ne va rien comprendre. Et sa Déité n'a qu'à bien se tenir car je commence à avoir pas mal de renseignements sur elle. Ras le bol de dépérir chez moi, pendant que Monsieur fait le joli coeur ! Il va s'en doute aller se promener à Angers torse-nu ? Parce c'est comme ça qu'il s'est présenté lors de notre première rencontre, sous prétexte qu'il faisait chaud, pour bien montrer ses tablettes de chocolat... Oh il avait dû en passer des heures à se muscler pendant nos quatre mois de chat, à se préparer pour la rencontre. Effectivement il est petit, alors il faut bien qu'il se rattrape sur quelquechose. Mais les tablettes de chocolat ont vite fondu. Et après, il veut me faire croire que c'est de ma faute si on s'est rencontré ? Que c'est moi qui ai voulu traverser le miroir ?

Ca faisait des semaines qu'il m'expliquait où il faisait son footing et quand. Un jour il m'a dit qu'il irait vraisemblablement au Gibus... et le lendemain, il me dit qu'il avait espéré m'y voir, mais que finalement c'était mieux ainsi. Effectivement, sans invitation claire, je ne m'étais pas permise de m'y rendre, et il était visiblement déçu. Et puis dans la semaine qui a suivi, il s'est produit un évènement curieux. Franco, mon ex, m'avait invitée à dîner et comme j'étais fatiguée (peu dormi, et 14h de boulot sans avoir le temps de manger), il m'a donné un petit cachet en me disant que ça allait me remettre sur pieds... Il se trouve que c'était de l'Extasy, et je ne le savais pas. J'ai eu la frayeur de ma vie au moment où ce cachet a fait de l'effet, et puis finalement ça s'est bien passé. En rentrant, je raconte ce fait à Alain, encore un peu sous l'effet. Et tout content, il m'avoue qu'il lui arrivait d'en prendre. Je lui dis que je vais en profiter pour lui faire un beau poème... mais lui me fixe rendez-vous sur internet pour la semaine d'après pour que nous vivions cette "magnifique" expérience ensemble. Il était près à m'envoyer de l'Extasy par la Poste. Moi voilà le poème que je lui ai offert :

UNE NOUVELLE ERE

Un soir d’une Extase intense au hasard de la rue,

J’ai vu Paris comme jamais on ne l’avait vu…

J’ai vu Paris être happé par la tombée du jour

Et livrer ses lumières aux reflets de velours…

 

J’ai vu Paris comme vous ne le verrez jamais,

Soudain capitale d’un monde intact et parfait…

J’ai vu cette ville s’envelopper de douceur,

Sombrant dans la magie de teintes venues d’ailleurs…

 

Des diamants s’accrochaient aux immeubles éveillés :

Des rubis, émeraudes et saphirs par milliers

Qui scintillaient en lueurs de dessins animés…

Et moi spectateur, je ne pouvais que les aimer !

 

J’ai vu Paris qui prenait à la Seyne un méandre

Pour s’en faire un collier auquel on ne peut s’attendre…

J’ai vu son ciel caresser les quais illuminés

Cueillant ces joyaux aux flancs de bâteaux ennivrés…

 

Et moi spectateur, je ne pouvais que m’envoler,

Chevaucher ces couleurs chaudes et désatelées,

Me laissant transporter vers un bonheur si étrange

Que personne ne croit que j’ai volé près des anges…

 

Personne ne me croira, si ce n’est bien sûr toi…

Toi qui m’offre en deux vers une profession de foi,

Aussi forte que la communion de nos esprits,

Aussi belle que tous ces bonheurs que je t’ai pris :

 

« Une nouvelle ère indicible s’ouvrait à mes sens,

Aux mille horizons célestes de la transcendance… »

 

(Les deux derniers vers sont de lui). Par contre, lui ce qu'il m'a offert... c'est que notre nuit soi-disant magique s'est terminée par un vulgaire cyber-sex ! Voilà pourquoi j'ai voulu savoir qui était derrière l'écran. Le lendemain, je me demandais ce que j'avais fichu. Ah au bout de 4 mois de chats "merveilleux", j'étais accro oui ! et je me retrouve un beau soir à faire un cyber-sex ! Je n'avais pas envie de développer ce type de relations... Et moi qui ai cru qu'il était amoureux ! Il a plutôt accepté de me voir parce que cette fois-ci il a jugé que j'étais mûre oui ! Envoie-t-il de l'Extasy par la Poste à sa nouvelle ??? Ca ne m'étonnerait pas de lui...

Retranscription (partielle) de ce chat :

<ZArchock> tu as mon numro et mon adresse lol pour appeler les pompiers ! mdrrr
<Trancegoa> mais tu vas m efaire flipper avec ça,lol
<ZArchock> non je pense pas qu'il y ait de prob... mais je suis d'un naturel mfiant
<ZArchock> bin..; pas trop ! lol... deux fois seulement
<Trancegoa> moi non plus, et puis tu as de l'expérinence... noramlmal qui l'est pas sur son propre sort... il y a tjrs un moment ou il faut faire un choix... savoir si on a vraiment envie.. si ça vaut le "coup" ,lol
<ZArchock> a me dmange !!! mdrrrrrrrr
<ZArchock> surtout si toi aussi tu es... :))))))))))))))))
<ZArchock> bon je me lance !!!
<ZArchock> attds je reviens
<Trancegoa> ....tss tss prends tes responsabilités... après on verra.. de toutes façons tu me plais comme tu es alrors...
<ZArchock> (vais le chercher)
<ZArchock> m'ci :)))))))))))))))
<Trancegoa> mais dans
<ZArchock> je l'ai pris ! loooooool
<Trancegoa> il faut aussi se fixer un eheure "maximale" pour ce quitter
<ZArchock> ah oui ?
<Trancegoa> lolllll tu lésines pas , toi! lol
<ZArchock> :)))))))))))))))))))
<ZArchock> (suis un peu folle moi)
<Trancegoa> oui, pour gerer le temps ... la descente cool
<Trancegoa>  ( moin j ene me sui sjamais poser la question)
<ZArchock> bin c'est  toi de faire le planning
<ZArchock> :))))))))))))))))
<ZArchock> loooooooooool
<ZArchock> :))
<Trancegoa> :)) ok, on va se mettre bien... préparer notre "soirée"... et puis et piuis ,plein d echose se passeront.. pui sviendra l'heure de sér'enité... l'heure ou nus irons faire de beaux rêves... disons, 3 heures. qu'en penses tu?
<ZArchock> oki
<Trancegoa> mais d'ici là....
<Trancegoa> oui,
<ZArchock> oui normalement a met une demi heure
<Trancegoa> as tu bien mangé avant?
<ZArchock> un peu de saucisson
<ZArchock> oui
<ZArchock> lol
<Trancegoa> c tout? va me prendre des vitamines , jus de fruit ou pillules.
<ZArchock> une banane ca va ? (j'einain ai mang une en rentrant))
<ZArchock> bon je prends d'autre s bananes :))
<Trancegoa> oui, c important qeue tu n'es pas de fringale qui pourrait te "vider" le spattes, lol.... oui, du sucre aussi...plein de sucreries... lollll
<ZArchock> et je me fais un caf au lait avec des biscottes :))
<ZArchock> a riira comme a ?
<ZArchock> loll
<Trancegoa> si tu azs envie pourquoi pas? mai spas beaucoup de café..
<ZArchock> non "nescaf" avec bcp de lait
<Trancegoa> et une bouteille d'eau à proxi...
<Trancegoa> tu as eu l etemps de te mettre à l'aise en arrivant?
<ZArchock> oui lol
<ZArchock> un peu
<ZArchock> attds vais mettre mon tee shirt
<Trancegoa> :))) fais toi à manger mets toi à l'aise, prends un bain , une douche,lol... sui spas nou savons le temps...
<ZArchock> lol
<ZArchock> non pas la douche ! lol... sinon tu me vois dans 2h !!! mdrrr
<Trancegoa> :)) tu as envie? je repasse dans 15 mn ( fast food,lol)
<ZArchock> non non
<Trancegoa> lollll
<ZArchock> j'ai dj mon tee shirt... les bananes... l'eau...
<Trancegoa> ok, tu es zen alors? ouiiii tu es habillé comment?
<ZArchock> et en parlant j'arriverais bien  fqiaire mon caf ! mdrrr
<ZArchock> bin mon tee shirt turquoise ! lol
<ZArchock> bin c'est tout
<Trancegoa> turquoise et .... ?
<Trancegoa> :))) lolll ... l efond de l'air est frais... ((:
<ZArchock> une culotte ! loooooooooooool
<ZArchock> lol
<ZArchock> ;))
<Trancegoa> moi aussi j'ai ouvert toutes le fen^terres ... j'avais pris un bain hyper chaud.... zennn... ça m'a délassé
<Trancegoa> avec mousse ou sans? lol
<ZArchock> hummmmm hjj'adore les bains chauds :))
<ZArchock> sans... mais en fait c'est parce que je n'ai pas trop le temps...
<ZArchock> prfre me dbadigoeonner des tonenes de crme ! lol
<Trancegoa> :)) humm... ça doit sentir bon , ces crèmes..
<ZArchock> :))
<ZArchock> voui
<ZArchock> lol
<Trancegoa> ( manges un peu de banane... une main sur le clavier et l'autre pour la banane... je te dis ça " cool" sans aucune autorité , c pas mon truc)
<Trancegoa> voui
<ZArchock> lesc chimpanzs savebnnt chatter ;)))))))
<Trancegoa> ah? tiens donc..lol
<Trancegoa> lollll mdrrr
<ZArchock> bin voui... moi par exemple (avec ma banabe)ne)
<ZArchock> loooooool
<Trancegoa> banbeabe? woahhhh  lolll
<Trancegoa> elle est bonne cette banane?
<ZArchock> (comment tui fais avec un seul doigt ???)
<ZArchock> c'est pas facile !!! mdrrr
<ZArchock> non lol
<Trancegoa> moi ben je décompose les lettres.... pas facile pour toi...tu es habituée à  2 maoins... là , je suis aussi bon que toi? l! lol
<ZArchock> bin l je suis oblige de regarder le clavier
<Trancegoa> ben c comme ça que tu peux imaginer que j efais et parfois c une vraie course pour rester dans le "ton" ...lol...
<ZArchock> arff... donc tu lis mes phrases avec dcalage
<Trancegoa> parfois oui... oui, en fait...
<ZArchock> ;))
<Trancegoa> c pour ça qu'il faut que je travaille à 10 doigts...
<ZArchock> je te promets d'articuler  l'avenir !!! mdrrr
<Trancegoa> :))) alors articules moi "x" dans le creux de 'loreille ...
<ZArchock> X
<ZArchock> :))
<Trancegoa> :)) hummm....
<ZArchock> :))x((:
<Trancegoa> j'écoute de la goa comme tu l'aimes...
<ZArchock> lol moi je n'ai pas encore mis de musique !!! dis miooi kel morceau ?
<ZArchock> :)))))))))))))
<ZArchock> je le mets combien de fois ?
<ZArchock> oui red aussi :)))))))
<Trancegoa> cosmosis là... red hea6 après ((:
<ZArchock> ke vaje vaoisis les mettre
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<Trancegoa> the answer ?
<ZArchock> (lol tu l'as pris  kelle heure, toi ?)
<Trancegoa> uoiii et après aà ti toi ... récapitle moi le sN° stp... heu... 21h 50 pile poils...
<ZArchock> 8  6   12
<ZArchock> arfffff tu eess dj "mont" alors !!!
<Trancegoa> merci..
<Trancegoa> et nou smonterons haut aussi tou sles deux si tu le veux ((:
<ZArchock> :)))))
<ZArchock> et tu te enss
<Trancegoa> 8 6 12  et ?  ( zennn!!! )
<ZArchock> euh... j'ai pas encore rgflchi ! lol
<ZArchock> 014
<ZArchock> 11
<ZArchock> 4
<ZArchock> 5
<ZArchock> because the night... :)))))))))))))))))))))))))))))
<Trancegoa> prends ton temps, Isa... cette nuit est à nous, elle est exceptionnelle.... demain on verra, ok?  ton noght the night? belong to... ((:
<ZArchock> ouoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :)))))))))))))))))
<Trancegoa> alors l'ultimate play liste... N°
<Trancegoa> ouiiiiii 
<ZArchock> 8 6  12  14 11 5 4  5
<ZArchock> attention
<ZArchock> x
<Trancegoa> à ton top..
<Trancegoa> 5
<ZArchock> 5
<ZArchock> 10
<Trancegoa> :)))) 15
<ZArchock> 15
<ZArchock> :))))))))))))))))))))))))))))))))
<Trancegoa> :)))))))
<Trancegoa> oui .... alors tu as fait quoi ensuite? si c pas indiscret...
<ZArchock> je suis reste 1/2 heure... et me suis sauve ds que j'ai pu car je voyais l'heure qui tournait et je voulais pas tre en retard :)))
<Trancegoa> ...... :)) folie partagée...
<ZArchock> :))x((:
<ZArchock> :)))))))))))))
<Trancegoa> ce soir sera la plus belle.... :)) il y atjrs unpi point culminant...peut être ce soir? ((:   ouiiii quelle est belle cette musique ......
<ZArchock> et tiu
<Trancegoa> tjrs avec ta banane? lolll
<ZArchock> non finie depuis longtemps ! lol
<ZArchock> j'ai r&ccupr mes dix doigts
<Trancegoa> ah!!! pas de sucreiries à portée de main?
<Trancegoa> :)) moi aussi... je reviens
<ZArchock> je vais en chercher
<Trancegoa> moi zé des "boulleses coco" , na... et toi?
<ZArchock> arffffff moi juste du sucre... mais le caf chauffe, alors vais avoir des biscottes ! na ! (j'aime bien les biscottes avec plein de bueurerre)
<ZArchock> bin... pas pour moi ! lol
<Trancegoa> :))) super!!! et dire que tu as fait les courses...tu te néglige Isa...  .. pas de confiture?
<Trancegoa> lolll
<ZArchock> si j'en ai... mais je prends de la confiture que le matin
<ZArchock> je trouve a trop sucfr sinon
<ZArchock> lol mais j'en prends pas tous les jours ! hihi
<Trancegoa> :)) ok en fait ce genre de procuitduit fait maigrir ( coupe faim) mais c pa...ç an'a rien avoir,lol,... justement, comme ton organisme n'est pas habiyué ...
<ZArchock> l'effet coupe faim dure ???
<Trancegoa> lol, oui et il vaut mieux avoir des vitamines pour en rprofiter pleinement..
<Trancegoa> mais non,lol
<ZArchock> oui j'ai  chaque fois un passage de 3 ou 4 mn trs bizzarre o je me demande si je vais tomber dans les pommes ou non... et zioup je passe de l'autre cot en une fraction de seconde
<ZArchock> :))
<Trancegoa> une fois ta collation passée, tu vas assurer vcomme pas deux... tu vas eavoir envie de danser... et mioi aussi
<ZArchock> oui loooool l'autre jour je n'arrtais pas !!!
<ZArchock> mais toi dj non ?
<Trancegoa> :)) quand?déjà quoi?
<ZArchock> le samedi o je suis arrive  3h du mat
<Trancegoa> oui dj testo
<ZArchock> ouiiiiiiii
<ZArchock> mince je n'ai pas revu le garon qui l'avait amen
<Trancegoa> :)) l'intention me suffit déjà beaucoup...
<ZArchock> toi dj envie de danser
<ZArchock> (mince je tape des deux maisnns pourtant... et j'ai l'aaiss passer une phrase ! lol)
<Trancegoa> ( il y 10 mn avant de me reconnecter j'ai failli... puis qu bout de quelques minutes... je me suis dit que j'avais envie de garder cette energie et qui sait la partager avec toi...
<ZArchock> :))))))))
<ZArchock> oui je t'assure
<Trancegoa> Mais Isa? excuse moi, c bien vrai tu as pris aussi un demi sce soir...... (((((:::::
<ZArchock> il me l'avait mis dans ma tranche de saucisson ! looooooool
<Trancegoa> tu te rends compte d'un ecoincidence..?
<ZArchock> lol... j'ai pens  toi en plus... et je me suis dit en le mettant de ct "est ce que je le prendrai ce soir ou non ?" looooool
<ZArchock> oui
<Trancegoa> :)) c vrai... lol... tu as bien fait d ele mettre de coté...
<ZArchock> sinon j'tais bloque l bas pour deux ou trois heures, et dans l'tat o il tait je n'y tenais pas
<Trancegoa> oui il te faut vivre ton avenir sereinement... c un bon moment pour toi
<ZArchock> et j'aurais manqu notre rendez vous
<ZArchock> (l'aueau boue)
<ZArchock> :))))))))))))))
<Trancegoa> :)) le destin a voulu que nou snou svoyons et soyons ainsi ce soir... c exceptionnell pour moi, tout au moins,lol
<ZArchock> ... znencore une sorte de tansransmission de pens&e :))))))
<ZArchock> :))((:
<Trancegoa> :)) un forte envie secréte ....  intérieurement.... c riche tu sais ...
<ZArchock> mais toi tu ne pouvais pas savoir... tu l'sas pris en te doutant ?
<ZArchock> :)))))))
<ZArchock> bin moi je ne m'y attendais pas du tout
<Trancegoa> :)) hnon, et c pour ça que je trouve ça trop beau.... j ene pouvais pas l'imaginer.. et là, c 'est bien
<ZArchock> car normalement je devais juste porter les courses et peut tre passer voir Fatima
<ZArchock> oui
<Trancegoa> ton amie :)) elle ne t'a pas fait d'autres augures? lol
<ZArchock> lolla lmaa papauvere... elle m'a tlphon lundi morte d'inquitude !!! a fait 3 semaines que je ne l'ai pas vue et que je ne donne plus sighe de vie !
<Trancegoa> oui...j'en suis presque au même point vaec tout ici... lol
<ZArchock> :)))))))))))))))))))
<ZArchock> (on est vramiment barjots... mais c'est tellement bien)
<Trancegoa> :))  ( oui et ce sera notre secret... un secret inimaginable pour quiconque que nous deux)
<ZArchock> :)))
<Trancegoa> :)) là,je te sens légèrement lplus zen...
<ZArchock> lol oui, a me fait toujours a... et par deux fois j'ai pens que c'tait l "effet"
<Trancegoa> :)) je le sens.... nos digtoigts se jioignent à travers les touches de nos claviers...
<Trancegoa> :)) tout devient "cool" "relax",non...
<Trancegoa> tu es là? ( me fait pas peur,lol)
<ZArchock> :))
<Trancegoa> tu découvres ton aura...
<Trancegoa> lollll va preparer tes rttartines et ton café au lait... attends avant je t'envoie un autre bijou de Goa Ambiant ok?
<ZArchock> je suis l mais je me bats avec le pot de caf ! looooool
<ZArchock> okiiiiiiiiiii
<ZArchock> lol je suis dj revenue !
<ZArchock> non je suis l ! lol
<ZArchock> oui j'ai fait mon nescaf
<ZArchock> a je les mange en chattenant :)))))))))))))))
<Trancegoa> mantenant à dans dix minutes...  profites bien de tout autour de toi... déjà? mdr!!! et tes tratinesartines? tu vas les faire griller dans ton lecteur de cd?
<ZArchock> (souvent le soir sans que tu le saches hh)
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii mdrrrrrrrrrrrrr
<ZArchock> (voui)
<ZArchock> oui mais les biscottes c'est au dbut en arrivant
<Trancegoa> ( gourmande... et moi qui t'envoient autant que ce peut des effluves "affectives" ...mdrrr tu as bien  raison ...et il faut que tu revoies toute ton alimentation pour pêtrer la forme.... ((:
<ZArchock> lol oui
<ZArchock> mais tu sais le dsoir  11h... j'ai pas vraiment envie de faire de cuisine !
<ZArchock> alors je prensds deux ou trois biscottes
<Trancegoa> normal, efforce toi de prendre des sucres qui te reconstituent...
<Trancegoa> lol! c pas assez mdr
<ZArchock> oui a jep prends des petits dj copeiieux
<ZArchock> et je mange bien le midi
<ZArchock> mais le soir... pas trs faim, et il patarait que c'est mieux$*
<Trancegoa> :))) .... et avec le rythme ce croisière que nou savons là, tu n eprends pas de vitamine le amtin pour assurer?
<Trancegoa> non? tant que ça? 
<ZArchock> lol !!! on frise les 3heures tous les soirs :)))))))) (et je trouve que c'est pas assez)
<ZArchock> oui de 23h  prs de deux heures
<Trancegoa> Crystal...
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<ZArchock> oui moi a devient difficile aussi
<Trancegoa> ouiiii le destin qui fait aussi bien les choses pour moi..avec maes arrêts à répéttition... sinon, je ne pourrai pas faire tout ce que je dois au quotidien...
<ZArchock> va falloir que je rentre plus tot ! lol
<Trancegoa> :)) ça je le sai ss bien Isa...
<ZArchock> ... mais toi tu n'es pas disponible plus tot non plus, non ?
<Trancegoa> non, ce n'et pas facile...
<ZArchock> mince ! on va devoir devenir raisonnable alors ?
<Trancegoa> le temps que je rentre déjà en semaine... il est souvent 21h, 21h 30....
<Trancegoa> :)) oui, car nou ssommes des personnes formidables entre elles... mais!!! pas maintenant et encore moins ce soir ((:
<Trancegoa> deamin on verra.... 
<ZArchock> noooooooooooon :)))))))))))))
<ZArchock> oui lol
<Trancegoa> ce soir est bnotre soir.
<Trancegoa> :)) oh, Tite Isa.. ce que nou snou sfaisons là...
<ZArchock> :))xxxxxxxxxxx((:
<Trancegoa> hummm....c
<ZArchock> mince.. a me fait un peu peur kan mme... on dirait que tu annonces a comme un dernier soir !
<ZArchock> ouf
<ZArchock> lol
<ZArchock> je
<ZArchock> j'ai le truc qui arrive
<Trancegoa> non, Isa... pas du tout... mais ça finit souvent comme ça pour tout le monde ou presque... alors, je ne veux pas duper... je te respecte trop pour ça... mais si on est là depuis bientôt 3 mois ... c que notre présence réciproque nou sfait du bien... et ça c déjà "énorme"...
<Trancegoa> le truc<?? lollll
<ZArchock> vais tre bizarre 2mn
<ZArchock> oui
<ZArchock> vertiges
<ZArchock> une bire
<ZArchock> oui je commence  passer de l'autere cot
<Trancegoa> noui, mais avec ce que tu as mangé et sans avoir pris d'alcool ... tu vas vite réaliser que tu peux laiisser aller ton imagination comme, dans l'instant, assurer au "normal"
<ZArchock> j'ai les yeux qui se
<ZArchock> looooooool
<ZArchock> youuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
<Trancegoa> si si c ça qui m'a trriblement séduit avec ce truc..
<ZArchock> :))=:)))))))))))))))))))
<Trancegoa> youuuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhh   ouiiiiiiii
<ZArchock> lol
<Trancegoa> et je suis là aussi pour te "guider"...
<ZArchock> le vertige a t tr_ss court cette fois ci
<ZArchock> lol je souris niaisement !!! hihihi
<ZArchock> rmemarque cette fois ci je n'ai pris qu'un demami
<Trancegoa> tu vas apprendre progressivement à l'apprivoiser... et là tu seras le maitre de tes vagues de chaleur ((:
<ZArchock> lol si tu me voyais !!!!!!! mdrrrrrrr
<Trancegoa> oui di smoi..comment est tu?
<ZArchock> j'ai les yeux qui vont dans tous les sens ! lol..; et la tte queii bouge sur la musieque :)))))
<Trancegoa> lolllll alors j ene t'avai spas dit qu'un demi ça suffirait....
<ZArchock> mais avec un demi la mont e est kan mme moins spectaculaire
<ZArchock> lol
<ZArchock> oui lol
<ZArchock> fire
<Trancegoa> lol!!! tu peux aussi te faire des cocktails mortels avec autre chose...l'x c pas ça.. tu vas voir... c un feeling... plein de feeling... faut pas chercher le "ko"... "ko" tu ne profites derien...
<Trancegoa> oui!!! j'allais le dire... ça claque là...
<ZArchock> opui
<ZArchock> :))x((:
<Trancegoa> :))) on va s'élever et frissonner comme pas deux!!!!
<ZArchock> moi je suis djo  pas mal haut ! lol
<ZArchock> je suis biiiiiiiiiiiennnnnnnnnn !!!!!!!!!!!!!!!!!
<ZArchock> looooooooooool
<Trancegoa>  ce soir on laisse libre cours à tous mos fantasmes... dans le respect commun ((:
<Trancegoa> léves toi pour voir
<ZArchock> je danse sur ma chaise youuuuuuuu
<Trancegoa> lollllll    comme un Canary!!
<ZArchock> ouiiiiiiiii
<Trancegoa>  super ces trois minutes de montée de Fire? non?
<ZArchock> ouiiiiiiii
<Trancegoa> ouiiiiiiii Isa... ttu vas être initiée ce soir!!!!
<ZArchock> lol je souris !
<ZArchock> et je bouge la tte lol
<Trancegoa> oui, et tu commence à mieux comprendre pour quoi cette miuisque est géniale... elle te libère!!!!!
<ZArchock> oui j'adore c ette musique
<ZArchock> :)))))
<Trancegoa> :))) c la musique de notre age!!! lol!!!! celle de l'energie et du spirituel...
<Trancegoa> je vai schercher mon casque...
<ZArchock> je me laisse porter par ce synth aigu et lointain
<Trancegoa> :)))) "oôooôôôôôôôô^" ((((:
<ZArchock> et les voix derrire "hep hep hep"
<Trancegoa> ouiiiii fais tout ce qui te passe par la tête ... c la mini rave du 13 juillet!!!! m
<ZArchock> lol...c'est kan mme con qu'on soit derrire un ordi !!!
<Trancegoa> mai snon, qui sait si tu aurais érté plu sheureuse la bas?
<ZArchock> lol j'ai plein de frisossons partout
<Trancegoa> personne! alors c la tueuf, notre teuf.... seul l'intensité compte.... duex personnes peuvent en vavoir plus que cent
<Trancegoa> :))) oui, caresse toi doucement, jsuteuste effleurer tes bras, ton corps.... tu sens les vibrations ((:
<ZArchock> oui
<Trancegoa> c'est ça l"x" aussi quand on sait en tirer l'extrême saveur...
<ZArchock> ;))))):))))))
<ZArchock> ouiiii
<ZArchock> lol non c'est la musiqe qui dirige :))
<Trancegoa> ... :))tu es bien...bien... c toi qui dirige tout... ferme les yeux et essaie de penser à un eimage qui te plait... si tu es concentré tu la verras..
<Trancegoa> :))) "smack"((:
<ZArchock> lol... je pense  toi :))))))))))))))
<ZArchock> :))x((:
<ZArchock> a aurait t bien de danser tous les deux !!!!
<Trancegoa> Plongeons dans ton petit monde magique du Canary...
<ZArchock> ouiiiiiii canaryyy
<Trancegoa> tu as vu comme le son devient exceptionel maintenant ((:
<ZArchock> oui :)))
<Trancegoa> allez.... :))) notre plus belle mélodie,Isa(((:
<ZArchock> ce qyeue fait la souris
<ZArchock> ce que fait la souris*
<ZArchock> tsi tsi tsi tsi
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiii elle furette
<Trancegoa> .... des petitsd pas... tic tic tac ..tic tic tac.. tic tic tac...
<ZArchock> ouuuuuuuuuuuuu
<ZArchock> ouuuuuuuuuuuuuuu
<ZArchock> ouuuuuuuuuuuu
<Trancegoa> woahhh qu el ave la basse est bonne...
<ZArchock> ouuuuuuuuuuuuuu
<Trancegoa> touinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn
<ZArchock> oui :))
<Trancegoa> tuinnnnnnnnnnnnnnnnnn
<Trancegoa> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii youhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh vas y Isa....
<ZArchock> poum chak pou tchak poum tchak poum tchak poum tchak poum tchak poum tchak poum cahk poum tchak poum tchak poum tchak poum tchak poum tchak poum tcahk poum tchak poum tchak
<Trancegoa> là ion va toucher le ciel des doigts....
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<ZArchock> que je suis bien !!!!!!!!!!!!!!!!
<Trancegoa> allez!!!!!  n'oublie jamais que ce que nou s vivons là est "Fabuleux"!!!!!
<Trancegoa> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii sois bien.... lache toi, abandonne tes ensens aux plaisir s qui te libèrent l'esprit
<Trancegoa> ...arff?
<ZArchock> arfffff dangereux a ! loooooool
<ZArchock> oui j'ai plein tde trucs dans ma tte mlol
<Trancegoa> comment ça? Isa....
<Trancegoa> alors parle en... et je te dirai... ou comme tu le sens... comme tu as envie d'être... tout est ok ce soir... alors, c la fête
<ZArchock> d'abirdirord la musique
<Trancegoa> :))) lol j'aime le "d'abord"....
<ZArchock> (tu es sur que tu as pris quelquechos e? je te sens pas en phase ! lol)
<Trancegoa> ok
<ZArchock> lol
<Trancegoa> on remet le canary... et j evire ma chaise et danse acvec toi... difficile d'accompagner au clavier est de ce lacher pour moi... je suis ton ange protecrteur...
<ZArchock> non on laisse canary et on dans ee maintenant lol
<Trancegoa> okkkk
<ZArchock> j'adore cette voisx !!!!!!!!!!
<ZArchock> j'aimerai qu'on me parle comme a ! lol
<ZArchock> j'aimerai ^s te lre le petit canary :))))))))))))))
<ZArchock> oui :))
<ZArchock> c'est ma tte qui bouge ! lol
<Trancegoa> :))et je me sens léger et toi légère... sans tes jambes bouger... etlles sont lestes et légère... alors suatille profites en ((:
<Trancegoa> oui
<ZArchock> en rhythme !lol
<ZArchock> iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<ZArchock> 'tain !!! je m'envole sur ce cri !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
<Trancegoa> IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<Trancegoa> pow woho
<ZArchock> apow wow pow wow powwow powwow powwow powwowo pwowow powwow powwow powwow
<Trancegoa> pow woho
<Trancegoa> pow woho
<ZArchock> ouppppppssssssss je suis hautr   !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
<Trancegoa> tu es en avance on dirait...
<ZArchock> torop gnial !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
<ZArchock> canaryyyyyyyyyyyyyyyyy
<Trancegoa> 8: et 25 s
<ZArchock> lol
<ZArchock> j'ai 20 sec d'avance sur toi ! mdrrrrrrr
<Trancegoa> lol! le feeeling psasse cquand même...
<Trancegoa> je
<ZArchock> :)))))))
<ZArchock> je me suis envole dsur la rirsirne ! lol
<Trancegoa> tu n'as rien senti il y a quelques instants...j eme sentais connecté à toi...
<ZArchock> siiiiiii sur le iiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<Trancegoa> :)))))))))))))))   ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<ZArchock> :))
<Trancegoa> comment danses tu?
<Trancegoa> moi chaloupé de doite à gauche ... en cadence...
<ZArchock> je suis assise mais tout se passe avec ma tte et mes yeu xx... je les bouge dans tous les sens
<Trancegoa> lollllllllllllll superrrrrrrrr Isaaaaaaaaaa
<ZArchock> et j'ai des frissons partout :))
<Trancegoa> énivres toi... de tout... sens ton corps... regardes autour de toi comme c zen
<ZArchock> lol avec floating... je pense que a va dcoller encore plus
<ZArchock> ce que j'aimerais que tu sois l ! lol
<Trancegoa> :)))) ah, Floatoing... qu en el'ai je écouté en courant puis en marchant... Floating... as the rain... rainy day, rainy...
<ZArchock> oui
<ZArchock> batteriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie
<Trancegoa> :))x((:
<ZArchock> :))((:
<Trancegoa> alllez!!!!
<Trancegoa> j'iai chaud j'enlève mon sweet lolll
<ZArchock> he vje vais me lever ! pour floating !
<ZArchock> lol au moment o je retirais un gilert que j'avais mis tout  l'heure ! lol
<Trancegoa> là c mieux... oui sois à l'aise dans ton corps... et danse!!!
<Trancegoa> Bartterie , svp!!!
<ZArchock> exactement au mme moment ! lol
<Trancegoa> là là là là c fort(  Isa..... là là là
<ZArchock> oh ouiiiiiiiii
<Trancegoa> :)) :)) :))
<Trancegoa>  :))
<Trancegoa>  :))
<Trancegoa>  :))
<ZArchock> je parle peu car je dans e en bougeant les maisnns
<Trancegoa> ne parlons plus que pour dire deux trois mots maxi... ((:
<Trancegoa> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<Trancegoa> alllez!!!!!!!!!!!!!!! ouiiiiiii!!!!!!!!!!!!!!!!!!! youhhhhhhh!!!!
<Trancegoa> woahhhhhhh!!!!!!!!! alllez!!!!!
<Trancegoa> :)))))))))))))))))))))))))))))))) "Paradise" ((((((((((((((((((((((((((:
<ZArchock> ce paxsssage est le paradis !!!
<Trancegoa> wouahhhhhhh!!!!!! quel rythme !!!!
<Trancegoa> monte Isa monte!!!!
<Trancegoa> là légère pause...
<ZArchock> lol j'ai les doigts lgersq  lgers !!! on dirait qu'il n'appartienntent ^plus  mon corps
<Trancegoa> iyuoui, là tu commences à vraiment savourer ce qu'es l"x" (((:
<Trancegoa> tout en finesse.... comme une extase dit on!!!!lolllll$
<Trancegoa> alllez!
<Trancegoa> allez! là c pysique si on veut suivre vraiment le rythme.... fort!! puissant!!! extrême  ouiiiiiiiiiii
<ZArchock> excuse !!! j'tais loin ! trss loin
<Trancegoa> moi aussi mais non tu es là...pars,pars.... je te rejoinfdrai tjrs
<Trancegoa> :))))
<Trancegoa> SOURIRE SOURIRE SOURIRE SOURIRE SOURIRE
<ZArchock> reprogramme le ! lol
<ZArchock> ohi oui normes sourires !!!
<Trancegoa> :)))) vilolons ..vagues de chalueeur sensuelle..hummm....
<Trancegoa> ti c tic tic tic   tic itc tic tic tic ...
<ZArchock> oui ce son est fbabuleux
<Trancegoa> les enssens se démultiplie par cent quand on aime ....
<ZArchock> oui
<Trancegoa> les perceptions s'agrandissent...
<ZArchock> j'essaise de t'envoyer des ondes ! lol
<Trancegoa> tu dsens la dimension que prend Canry, ce soir? là? iy
<ZArchock> oui ;))
<Trancegoa> i=oui j eles reçois sinon pourquoi crois tu qu eje suis la àtaper comme iun mlalade sur le clkavier...lol! et debout en plus;..
<ZArchock> lol
<ZArchock> :)) xxx ((!:
<Trancegoa> Isa.... juste un epause.... deuc x minutes... truc très "naturel" lol
<ZArchock> oui
<ZArchock> oiui
<ZArchock> oki j('y vais
<Trancegoa> fais le toutr frapide de ton appart... regarde aussi dehors, le ciel... et on se revoit dans 3 mn? on tinendra? lol
<Trancegoa> :))))) va savourer tes visions
<Trancegoa> :)) je vais me passrer d el'eau sur le visgeage..essaie tu vas voir comme tu vas te sentir fraicjhe!! ((:
<ZArchock> :))))))))))))) (j'y compte bien ! lol)
<ZArchock> lol je suis revenue
<ZArchock> frissons ... sur la musique doue ce au piano de lfloating
<ZArchock> clap clap clap clap clap clap
<Trancegoa> :)) coucouc!! fais vbeau chez toi? ici c ok,lol ((:
<ZArchock> lol
<ZArchock> non
<ZArchock> lol
<Trancegoa> j'ai loupé quelque chose ..
<ZArchock> j'ai fait un tour dans l'appart, les lumires semblent un peu plus vives c'est tout
<Trancegoa> oui? et alors
<ZArchock> c'est surtout la musique uqui me fait de l'effet
<Trancegoa> :)) oui tout est en finesse... bien sûr...c un tout ,non?...
<ZArchock> (mais je suis catgorique;;... un demi c'est pas assez ! lol)
<ZArchock> non non
<Trancegoa> (oui? allez v'la qu'elle se gache la vie avec ça...lol)
<ZArchock> j'apprcie normment ! lol
<Trancegoa> oui, apprècier...
<ZArchock> je souris comme une idoiote ! mdrrr
<ZArchock> oui sur lfloating :))))))))))))))
<Trancegoa> allez plus haut nous ne pourrion speut être pas communiqué... et pui stu oublies que l'on est "obligé" de rester concentré si on veut parler???
<ZArchock> oui j'y ai pens
<Trancegoa> ;)) alors , l eprochain morceau que tu vas choisir personellement.. on le cale et on le dans non stop en essayant de ner penser qu'à nous
<Trancegoa> ( tu y avais pensé?
<Trancegoa> génial
<ZArchock> le 17 et le 7
<Trancegoa> ok je les cherche
<ZArchock> et on met le kel plusis=eurs fois ?
<ZArchock> normal ! lol
<Trancegoa> :)) que ton choisx est "love" ... tu mets en 1er celui qui te plait!!! lol
<ZArchock> d'agbord le 7
<ZArchock> et ensisuite le 17 en boucle
<Trancegoa> ok je les replace loll
<Trancegoa> pas de boucles chez moi... combien de fois le 17? "x" fois? lolllll
<ZArchock> 5 foiqs
<Trancegoa> ok mais on fait des breaks de danse entre les mp3....
<ZArchock> (car apres il faudra bien qu'on essaie ceux des derniers jours  ! loo=l)
<ZArchock> oui :)))
<Trancegoa> 1 cosmibc baby puis le 17 5 fois
<Trancegoa> :)))
<ZArchock> oui
<Trancegoa> à ton top Isa.... qu el af^ la fête continue!!!
<Trancegoa> oui
<ZArchock> atention
<ZArchock> x
<Trancegoa> 5
<ZArchock> 5
<ZArchock> :)))))))))))
<Trancegoa> 15
<ZArchock> 15
<ZArchock> ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
<ZArchock> :)))))))))))))))))))))))))))))))
<Trancegoa> :)))) là on danse ensemble jusqu'à la dernière note avec plein d'amour et de tendresse l'un pour l('autre... que tu as bien choisi Isa ((((:
<ZArchock> m'ci
<ZArchock> cette musique me fait des frissons
<Trancegoa> allez!!!!!!  mélangeons les notres.....
<ZArchock> que j'aimerais que tusoooitu sois prs de moi :))
<ZArchock> ce passage est bo
<ZArchock> j'ai des frissons
<Trancegoa> je suis là... juste derrière toi.. :)) mes mains siuivent juste au dessus des lignes de ton corps...
<ZArchock> oui je sens tes ondes
<Trancegoa> :))))))))))
<Trancegoa> oui .... ton corps est chaud aussi...
<ZArchock> tes mains sont chaudes

-------

Là je coupe, parce que c'est perso... D'ailleurs je me demande ce qu'il avait fait de sa femme ce soir-là... Enfermée dans le placard à balais ??? Tiens, je mets la fin... où il me dit qu'il supprimera ce chat par pudeur... Je le retrouve dans sa compil !!! Combien de chats de ce genre, avec d'autres, a-t-il conservé dans sa collection ? Combien de fois a-t-il relu ce chat en solitaire ? Beurk...

-------

<Trancegoa> ah.... comment es tu?
<ZArchock> lol je suis l
<Trancegoa> oui, pas facile l'unisson par rodi...ordi...
<ZArchock> euh... tonne
<Trancegoa> y'avait un décalage...
<ZArchock> je ne pense pas
<Trancegoa> :)) il y a eu au moins 4 passages qui étaient très fort...
<ZArchock> oui :))
<ZArchock> lol oui
<Trancegoa> .... un petit verre d'eau? ça va bien toi la forme?
<ZArchock> oui a va... je suis redescendue en fait
<ZArchock> oui
<Trancegoa> :)) déjà? devait pas être folichon ton sandwich;;lol
<ZArchock> si, mais je redescend toutjours trs vite...
<Trancegoa> oui et là tu es dans un état que tu jugerais comment?
<ZArchock> trs zen
<Trancegoa> :)))
<ZArchock> :))
<Trancegoa> et si on écoutait le dernier venu?
<ZArchock> okiiiiiii
<ZArchock> lol
<ZArchock> okiiiiiii
<Trancegoa> :)) mais on va êtrte raisonable (lol)... on se l'offre deux fois et on va se laisser aller dans nos songes ,ok? il te plaira..ilest comme nous "zen"... on le cale deux fois?
<ZArchock> oui je vais le chercher
<ZArchock> je peux te poser une question ?
<Trancegoa>  oui
<ZArchock> tu avais dj fait a avan t ?
<ZArchock> non plus
<Trancegoa> non, jamais je te l'assure... d'autres le font , genre cyber sexe... mais là  et toi?
<Trancegoa> :))
<ZArchock> une fois j'ai rigol avec quelqu'nun, mais les deux mains sur le clavier... exercice de littrature
<ZArchock> rien on a rigol
<Trancegoa> oui lol et ?  littérature libertine
<ZArchock> oui de mon cot je n'ai reinien fait ... oui un tantinet rotique ! lol
<Trancegoa> je dois t'avouer que j'ai du mal à réaliser tout ça... :)) mais alors du côté des ondes.. huoupsss come tu dis
<ZArchock> moi aussi
<ZArchock> :))
<Trancegoa> c bien nu savons fait une expériecnce unique ensemeble... j eparle dans l'esprit .. sinon, lol, franchement...
<Trancegoa> :)) lol, faut vraiment...ça ne pouvait être auretrement...
<ZArchock> :))
<Trancegoa> :)) alors ce mp3 en deux exemplaires? lol
<ZArchock> oui je l'ai cal
<Trancegoa> atends moi j'ai un blem,lol
<ZArchock> oki
<ZArchock> attention
<ZArchock> x
<Trancegoa>  cok pour moi à ton top
<Trancegoa> 5
<ZArchock> 5
<ZArchock> :))
<Trancegoa> :))) tu vas voir!!!! là c l'intro... après... tyouhhhhhhhhh!!!
<Trancegoa> woahhh que je plane là.......
<Trancegoa> j'entends comme pas deux toutes la puissance dde ce morceau...
<ZArchock> oui je suis toute ouie ! lol
<Trancegoa> :))) locomotive de l'espace....
<ZArchock> :))
<Trancegoa> je
<ZArchock> oui
<Trancegoa> là ce n'est encore qu el'intro... très spophistiqué&e....
<Trancegoa> monté&ee en souplesse... et c que le début...
<ZArchock> j'aime bien ces voix
<Trancegoa> :))
<ZArchock> le son du rythme
<Trancegoa> attention attachez vos ceintures... le chef de gare annonce progressiveemnt le départ.... tikitikitikitkitkitktitktitktitktitktitktitktitktitktitktitktittitktititi
<ZArchock> :))))))))
<ZArchock> oui les cymbales martllent inlassablement
<ZArchock> oui :))
<ZArchock> oui lol
<Trancegoa> .....là ça apparait... en sourdine... ça va monter... envahir progressivement.... la machine est belle nbien rodée policée... entrainante attention!!!! ça devient du tangerine dream... diveiin celeste.... tu sens la montée en psirale... et c qude plus en plu srapide.... d'enfer!!!!!! c la rave du 14 juillert!!!
<ZArchock> un rythme supplmentaire est apparu derrire ... et monte
<Trancegoa> écoutes cette mélodie qui vient... et le beat.c génial tout smplment... oui c très riche... certes rythmé,lol mais suoperbe ( j eviens d ebalmancer un intrus)
<ZArchock> oui a me plait :))
<ZArchock> lol un intrus ? sur icpq ?
<Trancegoa> :))) tels des derviches tourneurs....  XYXYXYXYXYX...oui mais j'ai fait delete..tranquille ,lol, il faisait dérailler la zique,lol
<ZArchock> mdrrrrr
<ZArchock> ah oui alors impardonnable a ! mdr
<Trancegoa> alors... :)) une deuxiéme fois
<Trancegoa> 5
<Trancegoa> 10
<ZArchock> oui :))
<ZArchock> :)))))
<ZArchock> touk touk touk touk touk touk touk toujk
<ZArchock> oui ... sonorit un peu mtallique
<ZArchock> lol oui
<ZArchock> ihi
<Trancegoa> :))) allez!!! pom pom pom pom pompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompompomplmpm que j'aime ce son martelé!!!!! pom pom pompompompompompompompompompompompompompompompompompopm....imaginece que ça peut faire sur 100 ou 500 peerseoones... pom pom pompompompompompompompompompompompompompom  ...mais tous ne sosnt pas heureux ...tandis que nous,oui!!! pom pompompompompompompompompompompompompompompompom
<ZArchock> hihi
<ZArchock> j'aime bien ce morceau :))
<Trancegoa> :)) il n'est pas de tout repos mais si entrainant ((:
<ZArchock> oui ad donne envie de danser :))
<ZArchock> mais c'est curieux car pourtat nt on entend bien tout le reste
<Trancegoa> c là ou le sgens coiincent générallement, il sne passent pas au sdessus du pom pompom... qui'ils n epignent pas..mais lol, je les comprends.... toi oui lol tu es plus q'une initié maintenant ... avec une telle culture tu vas pouvoir en moucher plsu d'un,lol
<ZArchock> :)))))))
<ZArchock> lol
<Trancegoa> :)) c vrai qu'en j'y pense... qu''estce que je t'ai envoyeré comme mp3!!! lol une sacré collec' ((:
<ZArchock> lol pas mal !!! plus de 20
<Trancegoa> à  l'aise!!! lol
<ZArchock> oui et des ambiances diffrentes
<Trancegoa> oui pour que tu te fasses une idée... et encore il en manque ..allez pas beaucoup
<Trancegoa> :))
<Trancegoa>    :)) Isa ((:
<ZArchock> et en plus... je les aime toutes :))
<ZArchock> :))x((:
<Trancegoa> :)) quelle soirée nous nou ssomme sofferts((:
<ZArchock> ollol... me demande encore ce qui s'est pass !
<ZArchock> oui !!!!!
<Trancegoa> :)) moi aussi... on est allé loin... par pudeur pour nou sdeux, je ne souhaiterai pas que tu conserves ce chat là... il restera dans nos esprits..
<ZArchock> oui j'y pensais
<ZArchock> oui
<ZArchock> lol
<Trancegoa> ( oui? toi aussi... moi je te l epromets.. lol et de toutes façons y'a plus rien qui marche ici...lol.. sans dec' j'ai beau sauvegardé..pff ..et  rien... tu sais pourquoi? parce qure j'ai tellement voulu aller vite pour me reconnecter sur ICQ que j'ai pas pris la paineeienne ( et zut) de télécharger tous les prog... lol
<ZArchock> non ? (lol)
<Trancegoa> et j ene trouve jamais le temps!!! lol
<ZArchock> looooool
<Trancegoa>     :)) en fait, tout s'est admirablement passé pour toi ( j eparle de x)
<ZArchock> oui :))
<Trancegoa>    :))  et là tu te sens bien... zen
<ZArchock> oui... mais un peu fatigue ! lol
<Trancegoa>   :)) oui , on se fait violence alors... il n'y aura pas mille mots pour seremercier dece que'lon s'est offert mais du fond d emo moi même  je te fais..... :)X)xxxxxxx((:
<ZArchock> :))
<ZArchock> :))xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx((:
<ZArchock> lol
<Trancegoa>      :)) passe une merveilleuse nuit d'aube,lol ... et moi aussi ((:
<ZArchock> toi aussi , dors bien
<Trancegoa>             :))  (clic Isa, vite)

-------

Je tiens à préciser que pour l'Extasie, on n'en prenais qu'en teuf... A raison de une à deux teufs par an, il reste quand même 52 mardis par an, sans compter les samedis où on se voyait fréquemment, et que malgré ses dires, il n'avait pas l'air de se forcer !

Bon je crois que cette fois-ci j'y suis. L'image du personnage est claire. Je vais tout ranger dans la maison... Ca fait un mois que je n'ai pas descendu une seule poubelle. Y a un tas de détritus chez moi. Je vais me bouger maintenant... Il n'entendra plus parler de moi... enfin pas de manière directe ! Car là, c'est décidé : Etape Vengeanceeeeeee !

Je pense que ce blog est fini maintenant.

NUITS BLANCHES (suite) ou La Pêche à la Mouche

Ce qui me fait dire aussi qu'il s'agit de donjuanisme, c'est ce rituel immuable qu'il emploie : l'échange et le partage de musique est son arme de séduction. Pour moi, ça a été la découverte de la Trance. On a tout d'abord parlé des morceaux pop-rock que nous connaissions tous les deux, puis bien vite il m'a fait connaître la Trance Goa... Il repartait dans la Trance grâce à moi, car au bout de plusieurs années il avait soi-disant décidé d'y renoncer juste avant de me rencontrer... Là aussi c'était un miracle selon lui. Il est vrai qu'en matière de pop-rock, il était difficile de m'en apprendre... Il n'était pas question selon lui qu'il ré-écoute toute cette période pop-rock trop liée au passé. Il n'aimait pas la nostalgie, et ne revenait jamais en arrière sur ce qu'il avait aimé. Il était donc en "errance" musicale lorsqu'il m'a connue, cherchant un nouveau courant qui le ferait vibrer... Curieuse similitude avec son comportement envers les femmes... Il a donc replongé dans la magie de la Trance "grâce" à moi.

Et là, je retrouve mon Alain, mon ex-Alain devrais-je plutôt dire, en train d'échanger de la pop-rock avec sa nouvelle. C'est à mourir de rire... Le miracle a dû se produire là aussi, il redécouvre la magie de la pop-rock "grâce" à elle. Je l'imagine bien ressortir toutes ses compils des Beatles and Co et lui envoyer un nouveau morceau chaque soir pour qu'ils l'écoutent ensemble... Des petites attentions, des petits cadeaux, des petites surprises juste pour elle, comme il faisait pour moi... Lui a-t-il envoyé du Neil Young ? Car ça j'y ai eu droit. Entre deux morceaux Trance on a chanté ensemble "Old man sitting by the side of the road..."

Pourtant, la semaine avant de me quitter il écoutait encore de la Trance sur son balladeur ! Dualité avec les femmes, dualité avec la musique. Comment arrive-t-il à lui faire croire qu'il redécouvre cette musique ? Et comment le vit-il surtout après l'avoir tant décriée, appartenant au passé, porteuse de trop de nostalgie ? Il se ment même à lui-même sur ses goûts... Pourquoi revenir soudain sur cette période ? C'est vrai que dans les favoris de sa nouvelle, il n'y a que de la variété française, dont du François Feldman. Il paraît évidemment plus simple de commencer par de la pop-rock pour lui faire miroiter le nirvana. Sera-t-il prêt à écouter du François Feldman pour courtiser sa belle ? Je le crois prêt à tout pour se masturber les neurones derrière son écran. Ce qui m'ennuit le plus, c'est que je lui avais offert un super casque, le top du top, c'est un peu cher payé pour écouter du Feldman.

Apparemment dernièrement il lui a sorti Les Corrs, ça va encore, il ne se trahit pas trop. Sa nouvelle ne connaissait-elle donc pas ? Et bien, y a du boulot ! Et j'ai vu apparaître dans les commentaires "rhalalaaaa ces violons" assortis de nos smileys... Notre :)) qu'elle a déjà adopté en seulement un mois soi-disant... Je note au passage qu'il est inscrit sur ce nouveau site depuis le 14 octobre 2007... Plus d'un an pour me quitter, plus d'un an de mensonges...

Non, nous c'était de la Trance (c'était le leurre qu'il utilisait pour moi, et j'ai mordu à l'hameçon) avec des "rhalalaaaaa cette montée, tu entends Isa ? Elle va nous emmener jusqu'au 7ème ciel". Et puis on tapait pendant des heures et des heures des POM POM POM et des TSI TSI TSI, debout derrière l'écran, en train de danser comme des fous. Ca, j'en ai des pages et des pages consignées dans nos anciens chats. On s'envoyait des sourires, des ondes... ses pensées n'étaient que pour moi et allaient m'accompagner pour la fin de ma nuit avec des "Que ta nuit soit douce ma belle Isa". Tout ça au travers d'un clavier. Tout était magique pour lui. Nous étions en communion d'esprits, j'étais son âme-soeur, un amour pur et grand...

Non, ce n'était pas une belle histoire, puisqu'elle se répète mots pour mots. J'ai même retrouvé des échanges passionnés avec sa nouvelle conquête datant du 09 décembre, le jour où il me quittait, sans préavis ! Il batifolait, sans même se préoccuper de ce qui pouvait m'arriver... Prenant sans doute quelques minutes entre deux pour me rédiger vite fait ce mail de rupture, et m'assurer de son amour éternel dans ses pensées... me parler de sa souffrance à me quitter aussi... Comment peut-on être aussi ignoble ? Je ne lui reproche pas d'avoir cessé de m'aimer, contre ça on ne peut rien... Je lui reproche de ne jamais m'avoir aimée et de m'avoir menti depuis le début par des artifices qu'il semble avoir élaborés et testés depuis longtemps. Mais pourquoi m'avoir fait perdre 8 ans de ma vie ? Pourquoi autant de temps ? Pourquoi cette cruauté dans le mensonge jusqu'au bout ? Et comment a-t-il osé prendre sa femme pour prétexte ? C'est en chattant tous les soirs, en envoyant ses "pensées étoilées", qu'il se rapproche de sa femme ? Son mail de rupture est à vomir !... Son nouveau poisson avait sans doute mordu.

Comme cet homme a dû avoir une vie pauvre en amour, pour qu'il se cherche sans cesse dans le regard des autres ! Non, il ne sait pas à quoi ressemble l'amour. Il ne rêve que de sensations artificielles, il se raconte des histoires de passion. La vie de tous les jours, ça l'ennuie... car il ne connaît pas ces petits pincements au coeur, soudains et inattendus, pour un geste, pour une mimique, pour un regard. Il ne connaît pas non plus ce manque soudain lorsqu'au bout de quelques heures, on n'a pas de nouvelle de l'autre. Il me l'a fait croire au début, mais je vois bien que ce n'était que de la possessivité malsaine. La vraie passion n'est pas faite que de paillettes, c'est celle que l'on ressent tous les jours, à n'importe quel moment. Et moi je l'avais toujours en moi cette petite flamme au bout de 8 ans. Oh, il m'assurait bien que nos ondes magiques passaient encore lorsqu'on faisait l'amour, et ce quelques jours encore avant notre séparation ! Mais même ça il l'a occulté, avec sa pirouette verbale "Oui j'aimais nos mardis, mais je me rendais bien compte que l'on ne pourrait jamais rien construire ensemble"... Mais que voulait-il donc construire ? Il avait déjà sa vie d'homme marié, non !? Puisque sa femme il était censé ne jamais la quitter... Quels rêves mystérieux se raconte-t-il donc ? Pendant près de 8 ans, je l'ai entendu dire qu'il cherchait sa voie professionnellement (à 54 ans, il serait temps !), mais qu'a-t-il fait pour ça ? Moi, mon rêve était clair et net : une maison en Vendée pour être près de lui lorsqu'il serait à la retraite. J'avais arrêté mes petits textes, mes petits poèmes, mes petits dessins, pour ne consacrer mon énergie qu'à ça.

Il est vrai qu'en Inde (oui il a fait la route des Indes pendant deux ans lorsqu'il était jeune... un autre sujet longuement raconté lors de nos premiers chats) il avait eu une prédiction : celle qu'il sortirait de sa période saturnienne vers 55 ans. On lui avait prédit aussi une maîtresse à la quarantaine et apparemment c'était moi. Selon lui notre histoire était écrite... Lui aurait-on prédit une nouvelle maîtresse à 55 ans ? Pour sa période mercurienne ou jupitérienne ??? Je me relis et je ris de moi... Comment ai-je pu gober ces balivernes ? C'est d'ailleurs au nom de cette prédiction qu'il m'a quittée... la prédiction incluait que sa femme allait avoir une maladie mentale. Et je me suis entendue dire le lendemain du mail de rupture que sa femme allait très mal et qu'il n'était pas question qu'il laisse la prédiction se réaliser ! C'est sans doute au nom de cette prédiction qu'il recommence avec une autre... Serait-elle psy ? Des consultations à distance ?

Je crois bien qu'il est incapable d'aimer et qu'il ne s'aime même pas lui-même pour chercher sans cesse à s'étourdir de la sorte. Dieu qu'il aura fallu que je l'aime pour qu'il tienne avec moi 8 ans ! Mais j'étais dans le faux, ce n'était pas cet homme-là que j'aimais. Cette personne n'existait pas... et je me réveille doucement de ce cauchemar, avec pour simple souvenir un pervers qui s'est improvisé gourou. Il est passé à côté de l'amour que je lui offrais, comme il est vraisemblablement passé à côté de celui de sa femme.

Je ne vais pas me remettre en question, non. Je l'ai trop fait pendant les quinze jours où il ne décrochait pas. A me torturer l'esprit pour comprendre. A me demander ce que j'avais bien pu faire. A me dire que ma vie était finie sans lui. A en détester mon corps pour le mal qu'il me faisait... Et ce vide béant et noir devant moi, qui m'appelait... Mon seul défaut est d'avoir laisser fonctionner mon coeur, plutôt que de faire marcher ma tête ! Mais je ne changerai pas, non ! Si je veux gagner sur moi-même, je dois rester intacte, comme avant notre rencontre. Oui je suis naïve, mais c'est cette naïveté et mon regard d'enfant qui me font voir la beauté de la vie. Rien n'est plus beau que la sincérité.

Cette passion que j'ai au fond de moi, je vais la reconstruire. Cet amour que j'ai donné à tort, n'est pas perdu. Je suis en train de lui reprendre cet amour qu'il ne mérite pas. Il ne me le volera pas. Et je sens bien maintenant qu'il est toujours là, prêt à renaître. Je remercie d'ailleurs mes parents de m'avoir donné cette force. Ils ont toujours cru qu'ils avaient fait les trois plus beaux enfants du monde. C'est vrai que ça aide. Mes parents que j'ai sans doute trop voulu prendre pour modèle... A 50 ans, je les ai vus pleurer parce qu'ils allaient être séparés une semaine. Je sais aussi que ma mère a fait une tentative de suicide parce que ses parents étaient opposés au mariage... Peut-on me reprocher cela ? De croire aux belles histoires qui finissent bien ? Tout au plus mon manque de discernement.

Et oui, je suis en train de faire le grand déballage de printemps, de me mettre à poil sur le net, de sortir mes tripes... Cette nuit j'ai écrit jusqu'à épuisement. Il a fallu que j'aille m'allonger une heure, tant je me suis sentie fatiguée à en avoir la nausée. Mais c'est ça, où c'est le gouffre. Je fais tout de suite le choix. Je dois l'expulser au plus vite. Cela fait déjà un mois que je vis ce calvaire, ça n'a que trop duré... Plus mes nuits sont douloureuses, plus mes journées me paraissent possibles sans lui.

Bon, cette fois-ci je vais dormir.

 

NUITS BLANCHES

Encore une nuit de passée... Il est 6h du matin et je suis devant mon ordinateur. Je n'ai pas fermé l'oeil.

Mes journées se passent en fait à somnoler, tâchant d'oublier. C'est le soir que les questions ressurgissent, obsédantes... puis dévorantes à la nuit. J'ai ma vague de désespoir vers 3, 4h du matin à laquelle il me faut faire face chaque nuit. Je me défends par la colère par moments... mais je souhaite ne pas arriver à la phase de vengeance qui serait par trop destructrice. Je ne dois pas chercher à lui nuire, je dois penser à me reconstruire. Il faut que je le laisse pour ce qu'il est, et ma seule consolation c'est que maintenant il sait que je sais ce qu'il est : un pervers.

Pourquoi m'avoir pris 8 ans de ma vie ? Quelques semaines ou quelques mois ne lui suffisaient-ils donc pas ?... Sans doute pour la simple difficulté à me trouver une remplaçante... Je m'en veux de ma naïveté !

Cette nuit encore, j'ai trouvé des messages de lui sur un site, qui datent de plus d'un an et demi ! Nous étions allés à une soirée Trance sur une péniche, avec de la fusion Gnawa. Il y avait des chanteuses que nous avions appréciées. Il se trouve qu'un type du site Trancegoa connaissait l'une d'elles. Il aura fallu qu'Alain se renseigne pour entrer en contact avec elle : un message sur le blog de cette personne en mai, un autre en octobre 2007, et celui de mai se terminait déjà par "j'attends de tes news". Pourquoi ne m'en avoir rien dit à l'époque, puisque nous étions censés partager tout... et notamment notre amour pour ce genre de créations ? Sa duplicité le taraudait selon lui, mais je vois bien qu'il lui fallait non seulement un monde caché de sa femme, mais également un troisième caché du mien. Je me souviens qu'à l'époque il m'avait parlé d'une vieille amie qu'il avait croisée incidemment, qu'elle lui avait laissé sa carte et que dessus était mentionné qu'elle était plasticienne... "C'est quoi plasticienne ?" m'avait-il demandé. Et cette personne se présente justement comme plasticienne sur son site...

Le plus curieux est qu'il n'avait pas pu s'empêcher de m'en parler, ça avait été plus fort que lui, sous forme de mensonge certes, mais il m'en avait parlé quand même avec cette histoire de rencontre fortuite ! Sans doute pour mieux savourer cette éventuelle triplicité. Ca me fait penser à la nouvelle d'Edgar Poe où l'auteur d'un meurtre se fait prendre par perversité : il faut absolument que le monde sache qu'il en est l'auteur pour que sa jouissance soit au comble.

Je ne sais quelle a été la nature de ses échanges avec cette Alexandra, mais à la vue des smileys employés, sa tentative n'a vraisemblablement pas abouti.

Je n'ai plus de cigarettes et il faut que j'attende encore 20mn avant que le tabac ouvre...

J'ai mes cigarettes !!! J'ai mis un pantalon et un gros pull par dessus mon pyjama, et une fois dehors je me suis aperçue qu'il neigeait. J’ai eu une sensation curieuse, celle qui se passait des choses autour de moi. Mes yeux commenceraient-ils à s’ouvrir, pour voir qu’il y a de belles choses autour de moi ?

Une fois dans la boutique, j’ai été confrontée au monde du travail… Une file d’attente, avec des gens pressés… Ils allaient visiblement prendre leur bus après avoir acheté leurs cigarettes. Et ce monde du travail m’a semblé soudain si loin… sorte d’univers irréel auquel je n’appartiens plus. Cela va être mon plus grand pari maintenant que mon activité est morte. Après tout, ce n’est pas plus mal puisqu’elle était liée à lui, et à notre projet d’amour éternel… S’accomplir, comme il disait. Faire de grandes réalisations pour continuer à s’admirer l’un l’autre, le pari étant de se donner les moyens pour que notre relation continue. « Aie confiance » me répétait-il (un peu comme dans le serpent du Livre de la Jungle vu par Walt Dysney) « Si on le veut vraiment, si on le croit, notre amour triomphera des difficultés, il est unique ». Notre projet allait au-delà de sa retraite, je devais trouver le moyen pour que les contingences matérielles ne fassent pas obstacle à ce si grand amour, surtout lorsqu'il serait en Vendée. Il n’avait qu’un souhait c’était que « je brille »… Et du jour au lendemain, après 8 ans, hop-là ! Disparu ! Sa phrase devant mes questions, seulement 2 jours après la séparation, malgré son mail mensonger sur sa souffrance à me quitter et son amour éternel, me résonne encore en tête : « Et oui, tu as une déception amoureuse ! Et alors ? Tu n’en as jamais eue ? » d’un ton sec et froid. Non je n’en ai jamais eue de la sorte… avec autant de cruauté. Les séparations n’étaient pas aussi calculées, pas aussi sournoises… Et elles étaient partagées.

Je vais relever le défi et me trouver une activité où oui je brillerai, pendant qu’il restera dans son obscure médiocrité. Il faut que je prenne un peu de temps pour prendre une voie qui corresponde à mes aspirations… Et puis j’ai un pas de 8 ans à faire pour enjamber ce gâchis. Ce n’est pas si facile que ça. Il faut bien que je prenne mon élan pour repartir de là où j’en étais et passer de 2001 à 2009. Pour l’instant, je digère… Ou plutôt je fais une indigestion. Je veux vomir tout ce poison qu’il a mis en moi, jusqu’à la moindre goutte. Il ne doit rien rester de lui… Rien !

Nuit du 04 au 05/01

Cette nuit, j’ai lu sur le net pas mal d’articles sur le donjuanisme. Il semble que j’aie touché juste… ce besoin de séduire, ce besoin de trophées. Il est surprenant que notre relation ait duré 8 ans, mais cela peut arriver. Combien d’appâts a-t-il lancés avant de me remplacer ? Je vois ses échanges avec sa nouvelle sur d’autres sites. Les smileys sont identiques, les phrases sont identiques :

And all the people around them say “These two ones are so in love, that nothing could separate them” Their dreams will soon come true… Combien de fois me l’a-t-il dit, sous formes diverses et variées ? Notamment lorsque nous sortions. Le regard des autres, c’est cela qui l’importait. Il jubilait lorsque les gens venaient nous complimenter sur l’amour que nous dégagions.

Et je devine les rêves qu’il lui promet puisque ce sont les mêmes qu’il m’avait promis. Le discours ne changent pas. Des paroles de chansons, beaucoup. Il ne se renouvelle pas, il ne sait pas même imaginer. Mêmes échanges de dessins et photos, mêmes procédés. Ce qui m’interroge, c’est la manière dont il s’est présenté cette fois-ci. Aurait-il osé se présenter en mari fidèle ? Sans doute lui a-t-il dit que j’étais son seul écart, dans un moment de doutes ou d’égarement… C’est ce qu’il m’avait dit au début en me parlant d’une aventure qu’il avait eue il y a 20 ans… Un moment d’égarement lié à trop de travail, une relation purement sexuelle… sauf que la fille était tombée enceinte, mais il doutait que ce soit vrai. Sans doute une arme traître d’une maîtresse qui s’accroche, selon lui. Il y a quelques mois, il m’a dit avoir croisé cette ancienne maîtresse « Qu’est-ce qu’elle a changé ! Elle était pourtant jolie fille à l’époque ». Cette simple phrase aurait dû me faire bondir et me faire le ficher à la porte ! Je m’en veux de m’être bouché les yeux à ce point… Je retrouve bien là ce rapport aux trophées.

C’est vraisemblablement ce qu’il dira de moi… une erreur. Une erreur qui a duré 8 ans quand même ! Ce garçon est bien bête pour se tromper si longtemps, et surtout bien lâche pour dire des « je t’aime » jusqu’au dernier jour !!!

Bon je vais arrêter là pour aujourd’hui, mes petits yeux se ferment alors que le jour se lève. Tout est blanc dehors… Le blanc, symbole de pureté… Même le paysage se lave de lui…

Nuit du 05 au 06/01

LE VOLEUR DE REVES

Le voleur de rêves

 

Le merveilleux m’a fui , je ne peux plus l’écrire.

La musique d’hier ne me fait que souffrir !

Quelle injustice me fais-tu donc là Seigneur !?

Jusqu’à quand me hanteront ces tristes horreurs ?

 

Le vide me chante sa funeste oraison…

Est-ce donc à moi de payer sa trahison ?

Il a volé mes rêves pour les vivre ailleurs,

Et Toi tu me retires mon dernier bonheur ???

 

Le laisseras-Tu donc prendre à ce point mon âme,

Que je ne puisse raviver mes vieilles flammes ?

Il a emporté jusqu’à mes belles histoires

Sur lesquelles je pouvais rêver dans le noir…

Que sera 2009 ?

L'année 2009 ne pourra être pire que 2008 en tout cas...

Depuis mon dernier billet, je ne sens plus cette pression sur la poitrine. Sans doute parce que j'ai trouvé quelques réponses au travers de ce blog. Il est quand même curieux que je l'aie rencontré par un ordinateur, que j'aie forgé un rêve à partir d'internet, et que je le quitte maintenant de la même manière... destruction sur le web...

Je m'imaginais continuer à "démonter" étape par étape cette histoire construite de toutes pièces, mais ce serait trop long. L'essentiel a été dit. J'ai suffisament lu et relu nos anciens échanges pour, je pense, approcher la vérité d'assez près maintenant. Rien ne sert de ressasser encore. J'espère seulement que ce n'est pas un espoir secret caché dans un coin de ma tête qui m'empêche d'aller au bout de ce travail. Admettre la réalité est dur, très dur, lorsqu'on a rêvé pendant 8 ans.

Hier, je n'ai pas écrit. Beaucoup de choses me sont passées par la tête pourtant. Deux SMS m'ont perturbée : un "Pardon Isa" suivi d'un "J'ai honte"... de la part de quelqu'un qui vous a encore raccroché au nez trois jours plus tôt, cela m'a laissée de marbre. Je n'y ai pas cru. Non, ce qui m'a perturbée c'est plutôt la raison de ce revirement subit. Est-ce la peur que je détruise son image jusqu'au bout ? Est-ce pour m'apaiser et que je quitte enfin le site où il va ?... Ou un aveu de culpabilité ? Et puis j'ai cessé de me poser des questions. Je sais simplement qu'apparemment il lit ce blog. Maintenant il en fait ce qu'il en veut, je le laisse face à sa conscience. Ce blog n'est pas pour lui mais bien pour moi. Je me suis fait violence pour l'écrire, mais je pense que j'arrive enfin à exorciser la moindre parcelle d'amour qui aurait pu subsiter pour lui. Car celui que j'ai aimé n'existait pas. Ce n'était qu'un petit homme perdu dans ses chimères, que je n'aurais sans doute même pas remarqué si nous nous étions croisés dans la rue. Il ne polluera pas ma mémoire de souvenirs mensongers, ni d'amères regrets... si ce n'est celui de l'avoir rencontré il y a 8 ans.

Je vais pourtant te faire un dernier cadeau Alain, qui satisfera ton ego j'en suis sûre : je n'ai jamais autant souffert de ma vie, comme j'ai souffert ces trois dernières semaines, jusqu'à se traduire par une douleur physique... Mais je dois bien admettre que c'est un cadeau empoisonné, puisque déjà la douleur s'en va, et que je réalise que je n'ai aimé qu'une illusion. Tu vois, avec Franco, cela a mis près de deux ans pour disparaître. Un mal différent, plus latent... Oui, je sais, j'aborde un sujet qui fâche. Mais, je suis bien obligée de repartir de là, puisque mes huit dernières années se sont envolées en fumée. Franco et moi n'étions pas faits l'un pour l'autre et avons commis beaucoup d'erreurs... mais nous nous sommes aimés sincèrement. La dégradation de nos rapports a été progressive, logique et supportable, malgré notre passion. Cette rupture à multiples rebondissements, s'est finalement transformée en amitié.

Comment pourrais-je restée amie de quelqu'un qui m'a précipitée dans le vide du jour au lendemain, Alain ?... malgré ses belles promesses d'être "toujours là quelquepart"... Je suis tombée, tombée, tombée, en t'envoyant des messages de détresse, et tu n'étais pas là. Je ne sais par quel miracle j'ai réussi à ouvrir un parachute ! sans doute mon amour pour l'écriture... Ou aurais-je un esprit plus fort que le tien, pourtant si manipulateur ? Comment pourrais-je me souvenir des "bons moments" que nous avons soi-disant partagés, alors qu'ils se sont avérés n'être que des mensonges ? De belles parties de jambes en l'air ??? A mon âge, tu te doutes bien que j'en ai déjà eues, et pour moi ça ne représente rien si il n'y a pas une once de sentiments derrière.

J'ai pris la décision d'aller enterrer quelquepart le pendentif que tu m'as offert trois jours avant notre séparation. Acte symbolique pour conjurer le mauvais sort. Tu savais déjà ce que tu préparais, et je comprends mieux maintenant ta phrase "Promets-moi quoi qu'il arrive de ne pas jeter mes petits cadeaux". Tu croyais vraiment que j'allais garder une image intacte de toi après ce que tu m'as fait ? Tu voulais que je reste à me morfondre chez moi en pleurant sur le passé ?... pendant que tu roucoulais avec une autre... Tu as voulu que je sois toute à toi jusqu'au bout, et tu voulais ensuite que je sois encore assujettie à toi même dans la rupture... De quelle étrange matière est donc fait ton coeur ? D'où te vient cette possessivité malsaine ? Et comment as-tu pu sans aucun scrupule prendre ta femme pour prétexte ? Je suis en train de me laver de toi, Alain, et je suis fière de moi. J'en ai bavé ces dernières nuits à regarder la réalité en face, mais ça valait le coup.

Il a fallu que je remonte loin, très loin, jusqu'à mes rêves de petite fille pour comprendre pourquoi tout ça s'était passé, pour me remettre en question aussi. Alors que la plupart rêve de robes de princesse, de châteaux et de princes, moi je rêvais que j'étais le tireur le plus rapide de l'Ouest, que je me battais avec je ne sais quel chef indien ou shérif, toujours très beau bien entendu, que dans le combat mon chapeau de cow-boy tombait... et que mon adversaire tombait instantanément amoureux de moi lorsqu'il découvrait que j'étais une femme. Fantasme curieux, non ? Certainement très riche en enseignement psychanalitique. Je ne suis pas psy, mais si je dois avoir une part de responsabilité, je crois bien qu'elle est là : ma quête de l'amour impossible, celui qui vous chavire le coeur, qui vous oblige à vous surpasser pour qu'il devienne possible... Mais existe-t-il encore des princes prêts à affronter tous les dragons de nos jours ?... Une prédisposition aussi à me laisser choisir, plutôt que de choisir. Une amie me disait un jour qu'avant que de tomber amoureuse, elle commençait toujours par regarder les chaussures du prétendant, pour voir si il était propre sur lui. Comment peut-on raisonner de la sorte en matière d'amour ? Je n'ai jamais trop bien compris. La passion doit vous tomber dessus quand vous vous y attendez le moins, et vous emporter corps et âme comme une vague incontrôlable. Une fois les dragons vaincus, elle reste là au fond de soi, prête à ressurgir dans un échange de regards, dans une mimique attendrissante, dans un frôlement, de manière toujours aussi inexplicable qu'au début. Non, je me refuse à calculer l'amour. Cette triste expérience n'anihilera pas ma richesse intérieure. Je serai peut-être un peu plus prudente quant à laisser tomber ma garde.

Il va me falloir reconstruire maintenant. Ca ne va pas être facile, j'ai fait pas mal de dégâts dans ma vie de tous les jours. Mais qu'à cela ne tienne, je serai assez forte pour retrousser les manches. Je vais me remettre à écrire. Je ne sais pas si j'alimenterai ce blog de mes nouveaux écrits. Je verrai. Mais je sens bien que la vie va être belle... maintenant qu'il n'est plus là !

Bon, je vais aller manger, j'ai faim !

LA CHASSE AU TRESOR

Pour répondre à un commentaire de Liguili... Effectivement rester scotchée sur cette rupture (et aussi sur le site où va mon ex) peut nuire à la "guérison". Si j'étais extérieure au problème, je penserais comme toi. Mais pour être en plein dedans, je peux te dire qu'il m'est difficile de faire autrement dans la mesure où je n'ai pas eu le droit à une explication en règle... Larguée du jour au lendemain, sans m'y attendre du tout (des mots d'amour encore le matin même), par mail, et avec à la clef un mensonge.

Je n'ai pas eu le droit à la moindre considération... Quand c'est fini, c'est fini... à aucun ménagement, à aucune reconnaissance de mon chagrin (c'était du chantage apparemment), à aucun réconfort au moins en souvenir du passé... Dans ces conditions, il est difficile de ne pas se poser des questions. Il est difficile de ne pas se demander à longueur de journée ce qu'on a bien pu faire, où ça a pêché, si c'est une vengeance pour je ne sais quelle faute inconsciente. On se sent niée, on n'existe plus. On se demande d'ailleurs si on n'a jamais existé.

Je suis obligée de chercher les réponses auxquelles je n'ai pas eu droit... Un début d'explication au bout de 15 jours ! Et pas une seule inquiètude à mon sujet ! Rien !... Et encore, parce que j'ai insisté. Une deuxième bribe d'explication, une semaine plus tard... A part ça, silence total : Mr vit sa nouvelle relation ! Certainement dans la joie et la bonne humeur d'ailleurs !

Ces deux conversations téléphoniques que j'ai eues me font un peu penser au jeu télévisé "La Chasse au Trésor"... Tu sais ? Quand un candidat gagne "l'appel à l'expert" pour avoir des indices supplémentaires... Dans mon cas, j'ai eu de la chance, j'ai eu droit à 2 appels à l'expert !!!! Une minute chacun, comme dans l'émission, et quasiment des réponses par oui et par non, sur un ton agacé... "Tu m'as quittée pour quelqu'un d'autre ?" "Oui" "Tu l'as rencontrée sur Webtarot ?" "Oui"... Quelques indices, quoi !

J'ai donc été reléguée du jour au lendemain au passé, celui qu'on veut oublier... et ça, il est difficile de s'y résoudre en aussi peu de temps. Il me paraît impossible de me dire aussi vite que c'est de l'histoire ancienne et de commencer à faire des projets. Ce serait effectivement raisonnable... mais où est la raison dans cette négation soudaine ? Moi j'ai envie de dire "Hé j'existe !", c'est plus fort que moi. Accepter son comportement face à cette rupture serait comme accepter que je ne suis rien. Je suis donc obligée de voir jusqu'où il est odieux pour pouvoir me reconstruire... On ne met pas un simple pansement sur une plaie, si on ne va pas voir dessous si il y a une fracture ou une hémoragie... ce serait peine perdue. Pas envie que ça me pète à la figure dans quelques mois, dans quelques années, ou dans mon futur rapport aux autres. Il a voulu me détruire, consciemment ou inconsciemment, et je ne suis pas d'accord pour le laisser faire !

Je suis obligée aussi de remonter le temps pour savoir jusqu'où il m'a menti, et à quel moment je me suis plantée (j'ai bien peur depuis le début). C'est un travail lent, douloureux et destructeur... mais incontournable malheureusement. Je dois le détruire si je veux m'en sortir. C'est le combat entre l'imaginaire que j'avais projeté sur lui et la triste réalité : un magicien devenu un démon manipulateur. Il a eu la prétention de tout me donner, il a eu la prétention d'être l'unique, il a eu la prétention de suffire à mon bonheur, de m'accompagner pour l'éternité au-delà des distances, de me protéger toujours de ses ondes... je ne sais quelles balivernes encore... puis il a tout cassé en deux heures de temps, au bout de huit ans ! Je me fais l'impression d'être le vieux nounours miteux au fond du coffre à jouets, supplanté par le camion de pompiers tout neuf et rutilant. Désolée, mais moi j'ai envie de le faire exploser ce coffre à jouets et d'en sortir !

Je sais qu'il ne répondra jamais à mes interrogations et qu'il a déjà tourné la page. Je sais qu'il ne lit pas ce blog (trop peur de se regarder en face). Mais moi je revendique le droit à être reconnue pour ce que j'ai été... Son âme-soeur pour toujours ? Une pauvre fille naïve dont il s'est lassé ?... Peu importe, je trouverai les réponses moi-même puisqu'il est trop lâche pour me les fournir. Je ne suis pas qu'un simple pan de vie qu'on débarrasse de sa mémoire : J'EXISTE ! avec mes qualités et mes défauts. Et si cela peut le perturber, tant mieux ! Ca revient à ce qu'il devine mes questions et qu'avec un peu de chance, il se regarde en face. Il n'est quand même pas normal que je m'auto-punisse pour le mal qu'il m'a fait, non !? Je ne peux plus manger, et je me demande jusqu'où cela va aller. C'est comme si mon corps obéissait à sa volonté : disparaître de sa vie ! Pourquoi ? Je n'en sais rien.

Je dois absolument me rendre compte au plus vite de qui il est réellement. Ce blog m'y aide. Voir de mes propres yeux sur Webtarot m'y aide. Déballer tous nos anciens chats m'y aide...

Pas plus tard qu'hier je me suis rendue compte que les CD qu'il m'a gravés de nos conversations s'intitulent "INITIATION" ! A quoi voulait-il donc m'initier ???? Ce type conserve nos échanges d'amour pendant des années, et il les archive sous "Initiation" !!! Ce titre n'est pas anodin, non !? A quel obscur dessein me destinais-tu, Alain ? Etait-ce la mise en pratique des bouquins sur le développement personnel que tu lisais ? Tu sais, ceux où on te conseille de laisser parler les gens, de les écouter, pour voir où sont leurs véritables envies pour pouvoir ensuite s'en servir comme levier... C'est toi qui me répétais ça lorsque j'ai lancé mon activité. Est-ce une expérience de lavage de cerveau que tu as faite sur moi ? Et c'est pour ça que je vais si mal aujourd'hui malgré la réalité sous les yeux ? Pourquoi m'avoir coupée de tout le monde, alors que toi tu avais ta propre vie ?

Pourquoi changer sans cesse de pseudos, sans explication, sur n'importe quel des sites où nous sommes allés ? MS-Chat, où nous nous sommes rencontrés... Tu changeais tous les soirs. Tu m'as parlé de liens "amicaux" avec d'autres femmes, cette femme en Savoie qui se sentait seule, et cette autre mal mariée qui avait des problèmes familiaux... Par contre, tu as vite détesté ma copine Coca, une mégère selon toi. Pourquoi plusieurs adresses hotmail aussi ? Et de qui étaient ces messages sur ton début de blog que tu as bien vite raturés par des astérisques ?

Pareil sur Webtarot lorsque nous jouions encore ensemble, tu en sortais tout le temps des nouveaux pseudos. Tu me faisais des scènes si j'allais faire des parties seules. Tu ne supportais pas que je parle pendant les parties, il ne fallait absolument pas que je sympathise avec d'autres joueurs. Un simple "lol" en réponse à une blague, et tu te déconnectais. Tu me voulais à toi, à toi, rien qu'à toi ! Tu m'as tellement fait de scènes que j'ai arrêté de jouer sur ce site... sauf un soir, où tu me manquais, et moi aussi j'ai pris un autre pseudo, pour te faire une surprise, et je tombe sur un type en train de faire le joli coeur avec Supernana !!! Et j'ai reconnu ta manière de parler et tes smileys ! C'était en 2005 Alain ! Me trompais-tu déjà en 2005 ? La pauvre fille m'a envoyé messages sur messages pour me certifier que vous aviez parlé de moi, que tu lui expliquais que tu étais amoureux de moi... Et moi, qui n'avait pourtant pas le droit de sympathiser, j'y ai cru comme une pauvre sotte ! Te permettais-tu de te confier à la première venue, Alain ? Comme par hasard, cette fille affichait une photo dénudée sur sa fiche... Tous ces souvenirs me reviennent Alain. Non, ce n'est pas notre histoire soi-disant unique et magique que je retiendrai...

Pourquoi avoir plusieurs ICQ lorsque je t'ai rencontré ? Sur une de nos conversations que tu as gravées, je découvre la fin d'un message en anglais avec une certaine Claudia que tu dois laisser (et oui, j'arrivais) mais que tu avais hâte de revoir... Pourquoi prendre différents pseudos encore sur Trancegoa où tu n'allais que pour télécharger de nouveaux mix et voir les dates de teufs ? Tu as persécuté Boudhinette sur ce site au motif que tu la trouvais stupide... Quel contentieux avais-tu donc à régler avec elle en fait ???? Sur ce site aussi ça te dérangeait que j'aille... pas plus tard qu'en Mai de cette année, tu m'as fait un souk parce que je participais à un topic... Un topic où on ne parlait pas, où on ne faisait que déposer des photos qui s'enchaînaient entre elles... Je ne déposais que des photos et tu as flairé une complicité suspecte avec un (ou une, je n'en sais même rien) participant de ce jeu. J'ai eu droit à une scène. J'ai donc quitté ce site pour la troisième fois. Pourtant, en mai, si j'en crois tes dires, tu étais déjà détaché de moi, non !?  Si tu te souviens de la première crise que tu m'as faite à propos de Trancegoa, c'est parce que j'avais répondu "merci" à un internaute qui me félicitait de mon post... J'y avais raconté notre teuf, vécue ensemble, et ça te dérangeait que par ce simple "merci" j'établisse une promiscuité avec un autre, souillant ainsi notre teuf...

Quel psychopathe es-tu donc, Alain ? Et comment ai-je pu me laisser avoir à ce point ? deux, trois smileys, deux, trois "ma belle-isa", deux, trois promesses d'étoiles unies à jamais, et j'ai plongé ??? Moi qui ai 134 de QI ??? Comment ai-je pu me laisser ainsi berner, pendant autant de temps ? Fallait-il que je t'aime pour me boucher autant les yeux... Trop de contes de fées dans mes écrits, tu as su où me toucher pour mieux me couler ! Je crois que ta femme a bon dos... Existe-t-elle seulement ???

Pour finir ma réponse à Liguili, voilà toutes les questions que je me pose et auxquelles je trouve des réponses en les écrivant. Je préfère agir comme cela plutôt que de dormir avec la photo de mon chat (mort il y a 8 ans) en l'implorant qu'il me protège de là-haut et qu'il m'empêche de me ficher en l'air ! J'en étais là avant de commencer ce blog. Alors oui, je fais la chasse au trésor, pour trouver la vérité... Ensuite, je pourrai être sereine et passer à autre chose... avec beaucoup plus de méfiance !

SOUVENIRS, SOUVENIRS...

Cette nuit, j'ai passé mon temps à regarder tous nos échanges... Tu sais ? Les CD que tu m'avais gravés de nos chats... Grand ménage de printemps, quoi !

Et je suis tombée sur un échange de mails lol ! En fait tu réponds par mail à un de nos chats de juillet 2001 (ça faisait déjà près de 4 mois que l'on discutait ensemble sur le net, sans jamais s'être vus) qui apparemment s'était terminé froidement... Je m'interrogeais sur la nature de notre relation et souhaitais prendre du recul. Voilà la réponse que tu m'as faite :

-----

06/07/01

…«  âme sœur »… ?… ,

  

              Un vide énorme s’est installé depuis ton dernier message…..

 

      Je sais déjà que ni toi ni moi ne vivrons jamais une relation aussi exceptionnelle et magique que celle que le destin nous avait permis de commencer à partager…. ( ou « permet » , … pouvons nous encore espérer parler au présent ?)…relation au goût d’inachevée… acre, amer, ….

 

      Et je me retrouve là, esseulé, devant ce CD inachevé sur lequel j’avais commencé à mettre tant de passion à le concevoir pour te l’offrir  (juste après que nous nous soyons quittés hier soir je commençais déjà à te le graver) ; heureux à l’idée que ce soit « ton  CD » à toi avec tes goûts et la marque de tes poèmes…

      ... comme ces mille et une autres attentions que je t’avais déjà préparées et que je souhaitais t’offrir… juste en échange de tes « sourires », pensant , comme tu le disais, t’apporter un peu de bonheur….

       …quel imbécile et quel prétentieux je suis de l’avoir cru…

 

     Peut on faire plus mal à quelqu’un en lui disant, du soir au lendemain, sans explication, et de la manière la plus cruelle et la plus abrupte qui soit, que c’est devenu subitement sans intérêt ?

     A se demander si ce ne sont pas les « salauds » du net qui ont raison quand ils se comportent sans égard et respect avec leurs homologues du sexe opposé… et bien qu’ils restent tous dans leur misère, leur fange et leurs rencontres minables, tous autant les uns comme les autres, au royaume des névrosés… je les ignore … je les plains…ils sont encore plus bas que le commun des mortels …..

 

    Je ne sais même plus quoi penser de cette femme que je trouvais si créative, pleine de talent et d’avenir , cette femme à qui j’étais si heureux d’apporter et de partager avec elle un « soutien » pour conquérir l’avenir… tout m’apparaît tellement embrouillé maintenant… triste et cruellement lâche..

    … a t elle toujours été vraiment elle même ? ….étais ce bien « elle » qui était toujours de l’autre côté du miroir, ou bien étaient ils « plusieurs » à jouer ?

 

    ...j’ai encore en mémoire « sa » promesse, celle qu’elle m’a faite de m’envoyer par fichier les récits de nos chats….

 

     Je ne sais plus, je ne sais pas qui tu es ou étais vraiment….ni où j’en suis…

               Qui m'aidera à retrouver la sérénité?... 

 -----

Tu vois, toi à l'époque, une simple demande de réflexion, de prise de recul, t'avait choquée... alors que l'on ne s'était encore jamais vus... J'ai d'ailleurs surligné la phrase. Alors comment as-tu pu toi, après 8 ans de relation bien réelle, rompre du jour au lendemain, sans prévenir, me disant encore des "je t'aime" la veille ???? Comment as-tu pu me laisser 15 jours sans répondre à mes appels ? J'ai fini par t'arracher l'explication seulement au bout de ces 15 jours...

C'est pourtant bien toi qui as écrit ce mail... J'en ris et j'en pleurs à la fois, tellement tu me sembles maintenant pathétique...

Je note au passage qu'il y avait déjà de l'exceptionnel et du magique que l'on ne revivrait jamais. Tu peux donc déjà prévenir ta copine Déité qu'elle arrive trop tard, qu'avec moi c'était mieux... C'est pas moi qui le dis, c'est toi qui l'as écrit !

Tiens, je te balance ma réponse d'alors tant que j'y suis (car moi j'avais répondu dans la foulée... pas 15 jours après).

----

Date :

Fri, 06 Jul 2001 21:24:12 -0000

 Un petit poisson, un petit taureau... mais comment s'y prendre ?

Je prends du recul pour trouver la réponse à cette question et je ne suis même pas sûre de trouver la bonne... celle qui convienne aux deux, celle qui convienne à deux personnes ayant des perceptions et des enjeux bien différents...

Cette différence de perception je la note déjà quand tu écris que notre relation est devenue soudain sans intérêt pour moi... alors que je n'ai que souhaité marquer une pause, pour réfléchir. Oui j'en conviens de manière qui a pu te sembler brutale... si tu n'avais pas déjà remarqué le ton différent que j'avais adopté à la fin de notre dernière discussion avant hier... Oui c'est vrai, je t'ai dit hier que je n'écoutais plus de musique, ça ne voulait pas dire "plus jamais", mais que là aussi je faisais une pause de ce côté pour garder l'esprit clair, car cette musique sera à jamais attachée à nos discussions. Je me suis sans doute mal exprimée, ou à mi-mots, mais c'est parce que j'ai donné un coup de frein brusque... le dérapage était inévitable, les phrases ne pouvaient donc être sereines et réfléchies... Sur la forme, je te prie de m'excuser, dans les moments d'émotion je parle souvent de manière codée, persuadée que les autres sauront me décrypter... une certaine forme de timidité ou de doute qui m'empêche de dire les choses telles qu'elles sont... mais sur le fond, j'aurais aimé un peu plus de compréhension, sans que tu remettes en cause ce que nous avons vécu ces derniers mois... ton dérapage à toi, sans doute...

Cette différence de perception je la note encore dans la manière même d'appréhender notre relation... un échange innocent de sourires contre un peu de bonheur... échange auquel je me prêtais volontiers, sans arrière pensée... mais jeu dangereux ! échange peut-être pas si innocent que ça... et je pense que tu le sens bien : un seul jour sans nouvelle et tu m'envoies aujourd'hui ce mail plein de doutes, si ce ne sont même des reproches... tu me l'avais prouvé déjà l'autre soir en évoquant le danger à se rencontrer, me faisant prendre ainsi conscience de la situation... nous avons créé et nous enfermons dans une bulle imaginaire... difficile pour un Taureau ! Mais il est vrai aussi que nous n'avons pas les mêmes enjeux. Tu as déjà ta vie, et peux considérer cette bulle comme un refuge épisodique. Moi, je vis seule avec mon chat dans mon HLM et je n'ai pas d'enfant... je n'ai encore rien construit de concret, rien de stable sur quoi me reposer... dois-je faire une demande d'adoption de mon ordinateur ?... car quand tu n'es pas à l'autre bout, c'est bien de cela dont il s'agit, un ordinateur, un simple meuble... et je n'ai plus grand temps devant moi... Les derniers week-ends j'ai trouvé tous les prétextes possibles pour éviter mes amis, afin de ne pas louper nos discussions. Et samedi dernier, j'ai tellement essayé de ne pas sortir que je suis arrivée si en retard à cette soirée... et tu connais la suite... Cette situation n'est plus si innocente que ça... l'imaginaire empiète sur le réel... et toi, avant hier, tu me confirmes que tu ne seras à jamais que des mégaoctets entassés là sur mon disque dur ? que tu te résumeras à des CD et de belles images ? à une goutte d'après rasage qui s'évaporera sur du papier glacé ?

Je sais déjà que tu auras du mal à saisir ce que je cherche à te dire, car tu es Poissons... capable de vivre les choses sur deux niveaux... mais j'espère que tu feras un effort pour avoir durant quelques secondes la vision d'un Taureau qui aime à brouter de la bonne herbe fraîche les quatre sabots sur terre, sans doute incapable de sortir du troupeau même si son esprit vagabonde de temps en temps sur les trains qui passent au loin... Toi tu te guides dans l'espace aux étoiles qui brillent, moi je ne m'éloigne jamais bien loin du sol gardant précieusement des points de repère tangibles...

Et pour l'instant je te demande simplement de me laisser retrouver mes repères, de me laisser resituer les choses, la nature même de notre relation... je me suis méprise... pas sur toi, mais sur moi-même... Et je suis désolée si ma réaction a été si soudaine, mais je ne l'ai réalisé qu'avant hier soir... Je suis partie trop vite, j'ai décollé à une vitesse fulgurante... et le choc est toujours un peu brutal au moment où l'on sort le parachute...

Enfin, pour répondre à ta question, à savoir qui je suis... Je suis bien moi et l'ai toujours été vis-à-vis de toi... par contre je ne sais pas si je suis bien celle que tu as pu imaginer, et l'esprit humain étant si complexe, je ne le saurai sans doute jamais.

Je ne sais pas non plus si cette longue lettre t'aidera à retrouver la sérénité, mais j'aurai tenté de t'expliquer. Cette longue lettre est ce que j'ai voulu te dire hier par "l'ogre n'existe pas"... Je n'ai pas mis fin à notre relation sur un coup de tête, ou par "cruauté", j'ai simplement marqué un stop, le temps de reconstruire mes défenses...

Isabelle

nb : je tiens toujours mes promesses !!! et je suis vexée que tu aies pu en douter

---

Cette réponse expliquait en fait que je m'interrogeais à développer une telle relation sur le net. Quant à "l'ogre n'existe pas" cela faisait référence à un petit site "le petit poucet" que j'avais créé à l'époque.

Pour ma promesse, il s'agissait d'écrire l'histoire de notre relation...

Bin, tu vois, je le fais sur ce blog ! lol ! Ca ne commence effectivement pas par le meilleur, et ce n'est vraisemblablement pas fait de la manière dont tu l'aurais souhaité... Mais imagine, si à l'époque on avait pondu un bouquin... pour en arriver là 8 ans après... On aurait eu l'air fin !!!

Au fait ? avec ta nouvelle cyber-copine, c'est aussi l'objectif que vous vous êtes fixé d'écrire votre cyber-histoire pour "construire ensemble" ? (ce sont des mots que tu aimes bien "construire ensemble")... Alors dépêchez-vous, car on va être en concurrence sur ce coup-là ! lol

SOUFFRE EN SILENCE ET FAIS PAS SUER !

Merci Alain pour cet appel d'hier matin, qui m'éclaire un peu plus...

En résumé, cela te perturbe dans ta nouvelle relation que je me connecte sur Webtarot et que je tienne ce blog... car c'est apparemment le seul endroit où vous pouvez vous "rencontrer". C'est la seule chose qui t'intéresse... Savoir comment je vais, ça c'est du passé !

En plus, je m'avilis en tenant ce blog et tu regrettes que je ne sois pas digne dans la souffrance (dixit) !

La dignité, ça te va bien d'en parler... Moi je n'ai plus rien à perdre. Je me confie sur ce blog avec sincérité... Des sortes de SOS que j'envoie, alors que je sais très bien que seulement 3 pouilleux et 1 tondu liront mes messages. J'ai besoin d'écrire ce que je ressens et de t'exorciser. Je tombe, je tombe, dans un gouffre froid et noir, et j'ai besoin de me raccrocher à quelquechose.

Je ne sais pas jusqu'où je tomberai... Je n'en sais rien. Peut-être que lorsque j'aurai touché le fond je pourrai donner un coup de pied pour remonter... ou peut-être pas... Mais je sens bien qu'il faut que je continue cette descente pour détruire la part de toi qui reste en moi. Je suis malheureusement obligée de me détruire en même temps.

Tiens, tu veux savoir ce que j'ai mangé cette semaine ? C'est simple : la moitié d'une cuisse de poulet lundi, que je n'ai pas pu finir, j'ai picoré un peu au Réveillon de Noël, et hier j'ai pris un bout de poisson avec 3 frites, pour faire plaisir à ma mère. Je n'ai rien mangé d'autre de la semaine, pas même de substitut de repas car j'ai de moins en moins faim. Je suis tombée à 64 kg... pour 1m76, je ne vais pas tarder à devenir mannequin, moi ! 7kg en 3 semaines, ce n'est pas mal, non ? Je ne prends plus mes médicaments, pas même ceux pour la thyroïde. Aujourd'hui j'ai eu une poussée de fièvre. Je ne bosse plus depuis 3 semaines, je n'appelle plus les clients, je ne décroche plus le téléphone... Je ne pense pas que je pourrai maintenant redémarrer cette activité. Je n'ouvre plus mon courrier. Il y a chez moi des tas de papiers et de mégots qui s'accumulent... Voilà ton oeuvre Alain. Je ne dis pas ça pour me faire plaindre, ou pour te récupérer, car je crois bien que tu ne liras même pas ce billet. J'écris ça pour me souvenir de cette passion dévorante qui est soudainement devenue à sens unique, et surtout, basée sur le mensonge. J'écris ça pour me souvenir du mal que tu m'as fait sans même t'inquièter, et du manque de respect dont tu m'as témoigné... moi ta soi-disant petite fée. J'écris ça pour briser le mythe et casser l'idéal que j'avais projeté sur toi. Si d'autres lisent, tant pis. Ils verront simplement une nana anonyme qui délire derrière son ordinateur.

Alors tu vois, tes problèmes de connexion avec ta copine, et de dignité... tu devines où je me les mets !

Tu m'as aussi dit que cela faisait plusieurs mois que tu t'étais détaché de moi (ou plusieurs années ???)... La semaine dernière c'était il y a un mois... Comment as-tu pu être aussi hypocrite durant tout ce temps ? Tu devais bien rire de moi quand je te disais que mon projet était d'aller m'installer en Vendée, pour être près de toi à ta retraite !!! Comment pouvais-tu me dire des mots d'amour ? Comment pouvais-tu me faire l'amour !!! Ah oui, j'oubliais... Tu m'as effectivement dit que tu aimais nos après-midis, mais que c'est en me quittant le soir que tu réalisais qu'on ne pouvait rien construire ensemble. Bref, en clair, tu venais tirer ton coup quoi ! Tu as même sali nos dernières teufs, en me disant hier matin qu'elles ne correspondaient à rien, qu'avec un extasy dans le cornet ça le faisait !!! Comment peux-tu être aussi immonde !? Pourquoi m'as-tu présentée à tes amis ? Pour bien montrer qu'à 54 ans et avec ton 1,62m tu étais capable de sortir une grande fille d'1m76 ? C'est ça qui te faisait kiffer ??? Ca me rappelle notre dernier samedi, trois jours avant notre séparation, lorsque je suis allée avec toi choisir le cadeau de Noël de ta femme... Tu as fait le beau devant la vendeuse et tu lui as bien fait comprendre que j'étais ta maîtresse. Pourquoi donc ? Je représentais un trophée pour toi ????

Ca ne te dérangeait pas durant tout ce temps de m'envoyer tes petits SMS pour me demander si j'allais te faire à manger une bonne soupe chinoise ? La bonne tite sou-soupe comme tu disais ! avec plein de smileys !... C'est peut-être juste pour ma soupe chinoise que tu venais ?... Je ne me savais pas de si grands talents culinaires ! Ca ne te dérangeait pas non plus, fin novembre encore, de m'envoyer sur ton tél des photos de tes vacances ? Ou c'était un simple moyen de me garder sous le coude encore un peu... au cas où... Toi qui avais soi-disant du mal à vivre ta dualité, bin là c'était carrément une triplicité ! Une femme, une maîtresse, et une cyber-amante !!! Comme tu peux être malsain ! Je n'ose imaginer ce que tu lui racontais de moi, ce que tu lui racontais de nos ébats ! Beurk, mon corps me fait horreur d'avoir été souillé par toi !

Comment voulais-tu que l'on construise quelquechose ensemble ? J'étais la seconde, la maîtresse cachée, celle dont le nom ne devait apparaître nullepart pour ne pas éveiller les soupçons ! Si j'avais créé une entreprise, ou toi tes modules de formation, il aurait été impossible que l'on collabore officiellement ensemble, tu me l'as toujours dit. Tout devait être caché. Moi de mon côté, je devais rester à ta disposition, assujettie à tes plannings. Je ne devais pas chatter avec d'autres personnes, je ne devais pas sortir car j'allais parler à d'autres gens et t'oublier, je ne devais pas te parler des sujets qui fâchent, notamment mes ex... par contre, toi tu ne te privais pas de me parler de ta femme... Tiens, si tu veux savoir Franco m'a appelée pour me fêter un joyeux Noël et pour me demander de recharger son téléphone à distance car il n'avait plus un rond. Ca, c'est quelquechose dont j'aurais voulu te parler, mais tu n'as jamais accepté. Il fallait que je coupe avec le passé. Désolée, sur ce coup-là je t'ai menti. Ce doit être la seule chose d'ailleurs. Pour moi il était impossible de le laisser dans cette situation. Trois ou quatre fois par an, il m'appelait pour me demander un coup de main... Pas grand chose, juste pour payer son téléphone, ou sa mutuelle, ou pour manger... Oui, j'ai continué à lui envoyer de l'argent. Car moi je ne renie pas les gens que j'ai aimés même si je ne les aime plus. Si tu veux tout savoir, il m'appelle toujours "ma chérie" et à chaque fois je l'engueule pour ça. Pourquoi ne voulais-tu donc pas que je te parle de ce problème ? Que je coupe tout ? Pour être le seul, l'unique ??? Ce que tu avais aimé chez moi à notre rencontre, c'est toi qui l'as détruit ! Tu as détruit ma spontanéité ! Tu as voulu m'enfermer dans une cage dorée... puis tu t'es lassé.

Tu voulais être le sujet unique de mes pensées. Tu voulais que je sois totalement à ta disposition. Pourquoi crois-tu que j'ai quitté mon boulot ? C'est à partir du moment où j'ai pris mes RTT le mardi après-midi que mes problèmes ont commencé. Dans ma boîte un cadre ne devait pas prendre ses RTT, c'était malvu. Tu ne comprenais pas non plus pourquoi je faisais tant d'heures, tu disais que je me faisais exploiter. Jusqu'à ce que je te connaisse, mon boulot me passionnait. Oui c'était un boulot dur, oui je bossais 15h par jour et je ramenais du travail à la maison le week-end, mais ça me plaisait. Quand je t'ai connu, je n'ai pas voulu refaire les mêmes erreurs du passé : sacrifier ma vie sentimentale. Tu te souviens des scènes que tu me faisais quand je restais plus de 2h sans t'appeler ? Et oui, j'étais en réunion ! Mais ça tu ne le comprenais pas. J'aurais dû dire à mon PDG "excusez-moi, je sors 2mn appeler mon amant" ??? Tu laissais ensuite sonner mon téléphone professionnel des heures et des heures car je ne voulais plus te parler. Les filles de mon service étaient exaspérées. Tu sais comment elles t'appelaient ? Elles me disaient "Tiens, y a encore ton fou qui a appelé". Et moi, je me suis laissée embobiner. J'ai cru que c'était des preuves d'amour... une entreprise de démolition organisée par un manipulateur oui !!!

J'ai donc mis trois ans à négocier mon départ (ça n'allait d'ailleurs pas assez vite pour toi). Ca a été long, mais j'y suis arrivée. Ca a été une véritable partie d'échec. Attendre trois ans pour partir avec 100 000 €, et avec les honneurs en plus, ça valait le coup, non ? Et puis là, rien de ton côté. Tu n'as rien proposé non plus comme projet commun. Tu parlais bien de créer une boîte de formations, mais je n'aurais pas pu faire partie de ton projet, pour rester cachée de ta femme... Et toi ? Qu'as-tu développé dans ta vie ? A part aller en teuf et passer ton temps devant ton ordinateur ? Tu es un obscur agent de sécurité en grande surface ! Ca te va bien de faire la morale aux autres !

Je m'en veux de t'avoir fait confiance. A chaque fois que je remettais en doute ta sincérité, tu me répondais "Fais moi confiance Isa". Et moi j'ai plongé comme une idiote ! Tiens je vois que tu es connecté, enfermé sur une table avec ta Déité ! Que lui racontes-tu ? Tu fais comme avec moi ? A taper des "hummmm" et des "tu me manques" pendant des heures ? A lui parler du côté exceptionnel de votre relation ? A lui envoyer tes ondes ?... Tu n'as pas l'impression de te répéter un peu, non ? Au fait ? Tu l'inities à la musique Trance elle aussi ?

Oui Alain je vais continuer ce blog. Il est salutaire pour moi. Plus j'écris et plus je comprends qui tu es vraiment : un beau parleur avec rien derrière ! Qu'est-ce qui t'intéresse en fait dans une relation ? Les premiers émois ? C'est une maladie qui porte un nom, ça s'appelle du donjuanisme !

C'est vrai que je n'ai pas pu "briller", comme tu aimes à le dire, ces dernières années... Mais comment faire ? Puisque tu m'avais coupée de tout ! Je pensais être ton repos du guerrier. Que voulais-tu que je fasse ? Moi qui aime écrire, que je bosse avec Aicha dans le cinéma ? Elle parcourt le monde et n'est jamais chez elle... C'est ça que tu aurais souhaité pour nous deux ? Je ne le pense pas non. Que je reprenne un poste à responsabilités, avec des journées de 15 h ? Quand se serait-on vu ? De toutes façons, quand je te parlais de mon job, tu n'y comprenais rien, alors est-ce vraiment ça briller ? Ou est-ce un simple titre en haut d'un bulletin de salaire ??? C'est pour toi que j'ai lancé mon activité de distributrice indépendante. J'avais enfin trouvé l'activité qui me permettait de rester disponible pour toi. Bien-sûr ce n'était pas facile et il fallait du temps pour développer... Mais apparemment tu n'as pas vu ça comme ça...

La moindre de mes occupations te dérangeait, si elle était en contact avec d'autres gens. Tu te souviens lorsque j'avais repris mon arbre généalogique il y a 2 ans ? Tu avais piraté ma boîte mail pour voir avec qui je parlais... J'échangeais par mail des photocopies d'actes ! lol ! Et toi tu as même envoyé un mail sur ma boîte à un pauvre monsieur qui n'a rien compris. Difficile là encore de te parler de mes recherches, car tu n'étais pas intéressé par tout ce qui concernait le passé. Là encore j'ai cru que c'était une preuve d'amour. Je n'ai pas vu qu'il s'agissait de possessivité maladive !

Pourquoi m'avais-tu choisie moi en fait ? Parce que débordée de travail, je semblais être une proie facile ? Et qui es-tu vraiment Alain ?

Oui je vais continuer ce blog, et exprimer ma souffrance de la manière qu'il me plaît ! Cette souffrance tu ne me la voleras pas ! Comme tu m'as volé ces 8 dernières années...

M'AS-TU TOUJOURS MENTI ?

M’AS –TU TOUJOURS MENTI ?

 

Je ressens la souffrance aux tréfonds de mon être,

Une déchirure de mon âme à mon cœur.

Mon corps pour défense ne veut que disparaître

Car une telle blessure jamais ne meurt.

 

Pire que l’absence c’est cette trahison

Qui toujours me poignarde inexorablement :

Refrains d’impuissance d’une triste chanson

Aux couleurs blafardes d’un lancinant tourment.

 

Je n’ai plus de repères si ce n’est ce vide,

Qui engloutit mon esprit sans aucun retour,

Si ce n’est une amère puanteur fétide,

Qui lentement s’inscrit dans nos défunts amours.

 

Tu m’as tellement dit m’aimer que je t’ai cru,

Et je n’ai pas vu le piège se refermer.

Tu m’as tant menti que mon âme a disparu

Dans ton incongru mensonge si bien mené.

 

J’ai perdu tout espoir et toute joie de vie.

Mon corps a été souillé de ton amour sale.

J’ai perdu nos bonheurs à tes mots asservis,

Mon sort étant mouillé de larmes infernales.

 

Alain, j’ai parcouru tout ton corps de mes lèvres,

Alors que tu savais notre avenir obscur !

J’ai joui de tes caresses, portée par de faux rêves,

Alors que tu préparais cette forfaiture !

 

Moi ta petite fée, j’explose de douleur,

Quand je sais t’avoir donné mon âme et ma chair…

Tu m’as pénétrée, tes pensées étant ailleurs !

Je ne peux me laver de ces amours faussaires !

 

Tu m’as abandonnée du jour au lendemain…

M’as-tu jamais aimée, pour si vite oublier ?

Sans une explication, sans remords ni chagrin…

M’as-tu toujours menti, pour si vite oublier ?

Comment quitter une femme, vite fait bien fait...

Une manière élégante de dire "Casse-toi ! Moi je passe à autre chose" est : "Tu resteras toujours dans mes pensées" ou encore "Je serai toujours présent quelquepart"... C'est pas un peu faux-cul tout ça ? hein ?... On trace un trait quoi ! On fait table rase du passé, tout en restant dans le registre du "magique" bien-sûr... pour se donner bonne conscience.

Désolée, mais depuis 15 jours je n'ai pas vraiment senti ta présence !!!

J'ai bien risqué un petit SMS avant-hier, pour te dire que je n'y arrivais pas, que je n'en pouvais plus... Tu m'as répondu vite fait bien fait, par SMS-retour : "Je ne t'oublierai jamais Isa" !... Tu penses réellement à moi quand tu tchattes avec l'autre ??????????????? Moi, ça m'a fait l'effet d'une fin de non recevoir !

Ci-dessous le fameux mail de licenciement-rupture qu'il avait intitulé "ti'coeur" :

Bonsoir ma Isa,
 
je vis une période infernale moralement,difficile et je souffre de te faire souffrir ainsi que qui tu sais...
 
Je n'arrive plus à trouver d'alternatives... je suis à bout...
 
Je souffre au regard de nos 7 années de bonheur , tous ces merveilleux souvenirs partagés ensemble...tout cet Amour dont tu m'as toujours entourés
 
Je me sens indigne, odieux, sale.... avec un énorme sentiment de gachis, destructions autour de moi...
 
Je savais qu'un jour je devrai payer le prix...seulement je le fais payer à tous.
 
Je t'aime Isa, je t'aime pour tout ce que nous avons échangé, ta présence , ton soutien, ton Amour sans faille...
 
J'ai besoin de recul, si jamais j'arrive à en prendre, je suis exténué, laminé et surtout honteux, meurtris vis à vis de toi et Chantal.
 
Ne me maudis pas, tu es toujours en moi, tu resteras toujours en moi.... tant de merveilleux moments on été échangés entre nous deux.... Je ne les renierai jamais.... ne le renies pas car c'était des années exceptionnelles de bonheur.
 
Surtout essaies d'être sereine, de continuer à aller de l'avant... c'est mon plus grand désir, souhait.... je serai toujours là quelque part... ne flanches pas, je t'en prie, j'ai déjà fait assez de mal comme ça autour de moi...Brilles mon ti' coeur. Sauves au moins ça pour toi, pour moi.
 
Je vais malgrès tout, tout tenter pour que nous puissions partager ensemble notre mardi de Noel et s'offrir notre cadeau d'amour.
 
Sois forte, prends du recul... nous savions qu'un jour ou l'autre nous serions confrontés à ce qui arrive maintenant...
 
S'il te plait, ne renies pas nos 7 années d'Amour.... ne les rejettes pas... je t'en prie
 
Moi je te regretterai toujours, toujours...
 
Tu es un Amour, une femme exceptionnelle.... tu m'as tant offert ...
 
La vie ne semble pas avoir  voulu que nous nous rencontrions au "bon" moment...
 
Je t'Aime Isa
 
Tu resteras à jamais "ma Isa", ma Vénusienne, ma little tranceuse d'amour, mon ti'coeur
 
Je te recontacterai demain.

On croit rêver, non ?... Même pas le courage de me le dire en face ! Même pas le courage de me donner la véritable raison : sa nouvelle rencontre !!! Il a pris sa femme pour prétexte, sans aucun scrupule ! 

Imaginez le choc quand vous recevez ça du jour au lendemain... (Déjà, ça ne fait pas 7 ans, mais 8 ans Monsieur !!!!!!!!!)
 

Tourments d'incompréhension par une nuit d'un triste Noël

Je ne peux plus te joindre et entendre le son de ta voix... Il ne me reste que mon ordinateur pour me confier, durant ces longues nuits d'errement.

Pourquoi m'as-tu abandonnée Alain ? Pourquoi n'as-tu rien dit lorsque tu as senti que l'amour s'en allait ? Toi qui disais que la solidité d'un couple se mesurait à la capacité de surpasser les épreuves... J'étais pourtant ta seconde femme...

Pourquoi n'as-tu pas repoussé le piège d'internet lorsque tu as senti une trop forte convivialité avec cette nouvelle personne ? N'as-tu donc pas pensé à moi ??? Toi qui disais savoir éviter les situations ambigues... Comment as-tu pu mettre au panier nos 8 années ???

Comment ne t'es-tu pas souvenu de nos premiers chats de délire ? Tous deux rivés sur nos écrans à attendre la venue de l'autre, le coeur palpitant. Tous deux à danser comme des fous, jusqu'à ressentir nos ondes sur le clavier... Comment as-tu pu piétiner nos échanges d'images, de belles images aux reflets de notre passion... Quasiment chaque jour des dessins Trance, des photos de notre univers secret, des anges, des colombes, des étoiles... Je t'offrais mes petits dessins réalisés spécialement pour toi. Je t'offrais des poèmes, nous en faisions ensemble aussi en direct sur nos chats... "Viens prends moi la main" te souviens-tu de celui-là ? Tu m'offrais des mp3... Tu disais n'avoir jamais connu une telle magie, une telle communion d'esprits avant... Revis-tu cela avec une autre ? Et cela ne te rappelle-t-il pas notre passion ?

As-tu donc complètement effacé de ta mémoire notre rencontre que tu disais être un miracle de la vie ?

Avant même de m'avoir connue en réel, tellement fasciné par ce qui t'arrivait, tu t'étais confié à plusieurs de tes amis pour leur expliquer ce que tu vivais... Alors comment peux-tu me dire, sans aucun scrupule, que tu vis quelquechose de merveilleux avec une autre femme ??? Je crois réentendre tes mots d'alors. Tu disais exactement la même chose de nous deux. Es-tu donc si inconstant ? si peu sincère avec toi-même ?

Comment peut-on revivre avec quelqu'un d'autre ce qui était supposé être unique ?

Comment peux-tu ignorer nos teufs, où des inconnus venaient nous féliciter tant ils percevaient nos ondes d'amour ? Comment peux-tu oublier que simplement en dansant nous étions proches de l'orgasme ? Tes yeux plongés dans les miens, nos corps réagissant comme si ils s'effleuraient alors que nous étions espacés de plus d'un mètre ? Nous volions Alain, nous volions ensemble... Revis-tu cela avec une autre ?

Comment peux-tu encore ne pas te rappeler que nous ne pouvions rester plus de 2 h sans nous téléphoner, que nous faisions même le trajet le soir en sortant du travail pour se voir et se tenir la main un simple petit quart d'heure, chaque jour, juste pour sentir nos ondes. Ressens-tu cette même impatience et ces mêmes ondes avec une autre ?

La semaine avant notre séparation, nous avons fait l'amour. Et allongée sur le ventre, j'ai ressenti encore tes ondes chaudes tout le long de mon dos. Je t'ai même demandé ce que tu faisais pour me faire un effet pareil : une châleur qui m'envahissait... Tu avais simplement remonter très lentement ta bouche le long de ma colonne vertèbrale avec un léger souffle ! Cela avait suffit à me faire ressentir tout ton être en moi... Tu avais souri en me regardant tendrement, de ce même regard éclairé d'or que je t'avais connu à notre première rencontre. Ce n'était pas il y a 8 ans ça ! Tes ondes pour moi étaient encore bien présentes juste avant notre rupture ! Comment étais-tu donc capable de paraître aussi amoureux alors que tu te liais avec une autre ??? Me suis-je trompée sur toi depuis le début ? Tes regards d'amour n'étaient-ils autres que des regards d'auto-satisfaction à tenir une proie à ta merci ?

Pourquoi aussi, regretter constamment que nous nous soyons malheureusement rencontrés trop tard ? Tu ne pouvais pas délaisser la femme qui avait partagé ta vie pendant trente ans. J'admirais alors ta droiture, me contentant simplement de nos petits bonheurs volés. (J'ai pourtant toujours su que tu aimais ta femme plus que moi, mais je me disais que c'était une autre forme d'amour... Moi j'étais ta petite fée, elle était ta reine) Redis-tu cela à une autre ? Tu m'as pourtant réécrit ce regret dans ton mail de rupture... Alors au bout d'un mois de chat avec une autre, tu plaques tout le monde ?

Je ne comprends rien Alain, et je suis malheureuse à en mourir... Pourquoi donc m'as-tu abandonnée...

Pourquoi donc m'avoir fait voler si haut, jusqu'au bout, pour tout me reprendre du jour au lendemain ? Pourquoi donc ce dédain soudain ?... A ne même pas t'inquièter de mon sort. J'en deviens folle. Ne valais-je donc rien pour toi ? RIEN ?

J'en suis réduite à te chercher partout sur le net, jours et nuits, pour essayer de conjurer ce triste sort et me rapprocher de toi... malgré toi... Et j'en souffre, j'en souffre, j'en souffre... Une douleur obsédante dans la poitrine à me couper le souffle... Pourquoi m'as-tu abandonnée ??????????

Je souhaite un joyeux Noël à mon ordinateur...

Je n'y arrive pas...

Ce n'est pas toi Alain qui a pu me faire ça... Ce n'est pas l'homme que j'ai aimé plus que tout !?

Je n'arrive pas à te désaimer,

Je n'arrive pas à te sortir de moi... Tu es en moi comme si tu faisais partie intégrante de mon corps, de mes cellules... Ce serait moins dur de me couper un bras ou une jambe. J'essaie, j'essaie, j'essaie de te détruire dans ma pensée, mais c'est impossible. Et c'est toute mon âme qui pleurt. C'est mon corps qui ne m'obéit plus, refusant de dormir, refusant de manger. Je reçois des coups de poignard dans la poitrine à longueur de journée, même lorsque mon esprit essaie de te noircir...

C'est trop dur, je n'arrive pas à te désaimer. Quand, quand, quand, mais quand cette douleur insupportable va-t-elle s'arrêter ? Lorsque je disparaîtrais moi-même ???

J'ai relu un texte que j'avais commencé à un retour de vacances, et je pleurs sur cette douce chimère...

NUIT VENDEENNE

 

 

La brise du soir est tiède, douce et marine en un mélange d’odeurs subtiles et suaves : sucrée sur la dune, salée sur la plage… Senteur particulière orchestrée par la nuit ; fraîcheur sur sable chaud, vivifiante et iodée…

 

La nuit noire est grisante sous la lune claire, et les étoiles semblent sages et lointaines. Nocturnes auspices, bienveillance des cieux, s’offrent naïvement aux chercheurs de hasards.

 

Et pourtant quelle violence se cache ici ! Quels parfums enivrants sous ce calme apparent ! Quels vertiges surgis du fond de l’horizon ! Forces issues du plus profond de l’océan, s’emparant des vagues en bourrasques puissantes, pour venir, à la fin, s’échouer à nos pieds… Quelle énergie sublime et gigantesque alors, d’un souffle implacable nous fouette le visage, pour venir à la fin submerger tout notre être !

 

Et il aura fallu que le vent de marée s’empare de la nuit pour que nous devenions seuls au monde soumis, l’un et l’autre promis.

 

Cet air à la fois, lourd du soleil de la veille, cet air à la fois, vif des embruns qu’il transporte, a raison de nos sens et emporte notre âme. Oui, il l’emporte dans ce combat éternel, ce vertige où l’homme fait face à l’univers. Tout s’y côtoie, dans sa différence précise, et tout ne forme qu’une unité dérisoire…

 

Nous sommes tour à tour Etre et Humanité.

 

Nos fragiles instants ne sont qu’Eternité, la même qui nous engloutit quelques moments, la même qui unit nos corps à sa magie. Nous ne sommes alors plus qu’Un indivisible, appartenant totalement à ce néant… Nous sommes ce néant surgi d’un nullepart, d’un ailleurs étonnamment intemporel.

 

Nous sommes l’Univers, de par la perception dont nous en avons là, à cet instant précis.

 

La lune en est témoin, calme et imperturbable, tellement lointaine de ces frasques terrestres… Jetant sa flaque de lumière sur la mer, elle apporte sa touche de réalité aux tourbillons de ce monde qui nous échappe.

 

Tout d’abord chavirée par ce tumulte abstrait, notre conscience se libère maintenant. Sortant de notre corps, elle étreint l’infini, s’y mêle et s’en imprègne… Nous sommes cet instant !

 

Tantôt maîtres du temps, nous cueillons ce moment. Plus souvent esclaves nous subissons la nuit et tout son cortège d’éléments imbriqués… Et nous nous engouffrons dans cet enivrement, portés par les senteurs, caressés par les vents, étourdis par le bruit lancinant du ressac, aveuglés par la lune aux ombres insidieuses, assoiffés par le sel sur nos peaux et nos lèvres. Dématérialisés, nous nous entrelaçons. Nous nous entremêlons, nous nous enchevêtrons…

 

Non aucun de ces mots ne peut enfin suffir à décrire l’état de nos corps et nos cœurs, communion insensée de nos âmes et sens.

 

Notre corps dissolu ne nous appartient plus. Nous sommes à la fois la vague qui se meurt, et celle qui déjà prend source à l’horizon. Nous sommes tout autant la tourmente du vent que son frémissement sur les herbes de la dune. Nous sommes tour à tour cette bruine salée, faite d’une rosée pénétrante et cinglante, et soudain la moiteur du sable aux grains durs et froids.

 

Notre corps dissolu ne nous appartient plus, mais nous sommes pourtant bel et bien l’un à l’autre, particule infime de ce vaste univers, tendrement enlacés dans sa ronde inlassable. Les refrains de la nuit font une  mélopée, douce ritournelle faussement silencieuse. L’unisson des vagues résonne sur le sable.

Alain ? Ressentais-tu la même chose que moi ? Ou me suis-je trompée jusqu'au bout ?

Où es-tu Alain ? Où es-tu ?

Je n'en peux plus. Je veux disparaître...

LACHETE SOURNOISE

LACHETE SOURNOISE

Tu as laissé s’éteindre la flamme d’amour,

Maintenant un souffle d’hiver fouette mon âme.

Tu as fait des dernières cendres du Toujours

Une torche morte qui git nue et infâme.

 

C’est pourtant ce feu qui me dévore le corps,

Brûlant de l’intérieur les restes de mon cœur.

Reniant tes vœux d’éternité sans un remord,

Tu as en deux heures décidé ce labeur.

 

Tu as coupé tout lien sans aucune inquiétude,

Détruisant brusquement notre immuable passion !

Tu me livres soudain à noire solitude,

Aux tourments obsédants de l’incompréhension !

 

Pour qui m’as-tu quittée ? A qui as-tu donné

Ce que je t’ai offert jusqu’à encor’ hier ?

A qui as-tu conté ce qui m’était chanté

Jusqu’à l’heure dernière de nos cieux éphémères ?

 

Sont-ce les mêmes mots débités en duo ?

Des discours en papier gravés sur ton clavier,

Certains vrais… d’autres faux comme un macabre écho ?

L’Unique est bégayé, conjugué… et renié !

 

Que voulaient dire tes « je t’aime » de la veille ?

Pourquoi ces tendres mots deux jours avant la fin ?

Pourquoi ces cosmiques promesses de merveilles ?

… Comment as-tu pu jouir dans le creux de mes reins !?

 

Depuis quand as-tu ourdi ton obscur dessein ,

Prenant soin de ne jamais te laisser confondre ?

As-tu au moins honte de ton geste assassin ?

Es-tu si lâche que tu ne veuilles répondre ?

 

Attendais-tu donc son accord pour me quitter ?

Si elle disait non, tu serais alors resté ???

Comment as-tu pu avoir tant de lâcheté,

Toi qui m’assurait dans le même temps m’aimer ?

 

Depuis quand le mensonge m’a-t-il reléguée

De la fée de tes songes qui t’a subjugué,

A la femme sans tain que tu souhaites détruire ?

Et pourquoi ce dédain quand je te dis souffrir ???

Je ne dors plus, je ne mange plus, où es-tu ?

… Lui que j’aimais n’était que de paille un fétu !

 

A « Trameur d’esprit » (french translation) qui a tissé pendant 8 ans sa toile perfide autour du mien

(son pseudo principal c'est Mindweaver)

Poème fait la veille de notre dernière conversation... j'errais, en me demandant "Pourquoi ?" et en fait j'avais déjà deviné la réponse ! lol

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site