relation

NUITS BLANCHES

Encore une nuit de passée... Il est 6h du matin et je suis devant mon ordinateur. Je n'ai pas fermé l'oeil.

Mes journées se passent en fait à somnoler, tâchant d'oublier. C'est le soir que les questions ressurgissent, obsédantes... puis dévorantes à la nuit. J'ai ma vague de désespoir vers 3, 4h du matin à laquelle il me faut faire face chaque nuit. Je me défends par la colère par moments... mais je souhaite ne pas arriver à la phase de vengeance qui serait par trop destructrice. Je ne dois pas chercher à lui nuire, je dois penser à me reconstruire. Il faut que je le laisse pour ce qu'il est, et ma seule consolation c'est que maintenant il sait que je sais ce qu'il est : un pervers.

Pourquoi m'avoir pris 8 ans de ma vie ? Quelques semaines ou quelques mois ne lui suffisaient-ils donc pas ?... Sans doute pour la simple difficulté à me trouver une remplaçante... Je m'en veux de ma naïveté !

Cette nuit encore, j'ai trouvé des messages de lui sur un site, qui datent de plus d'un an et demi ! Nous étions allés à une soirée Trance sur une péniche, avec de la fusion Gnawa. Il y avait des chanteuses que nous avions appréciées. Il se trouve qu'un type du site Trancegoa connaissait l'une d'elles. Il aura fallu qu'Alain se renseigne pour entrer en contact avec elle : un message sur le blog de cette personne en mai, un autre en octobre 2007, et celui de mai se terminait déjà par "j'attends de tes news". Pourquoi ne m'en avoir rien dit à l'époque, puisque nous étions censés partager tout... et notamment notre amour pour ce genre de créations ? Sa duplicité le taraudait selon lui, mais je vois bien qu'il lui fallait non seulement un monde caché de sa femme, mais également un troisième caché du mien. Je me souviens qu'à l'époque il m'avait parlé d'une vieille amie qu'il avait croisée incidemment, qu'elle lui avait laissé sa carte et que dessus était mentionné qu'elle était plasticienne... "C'est quoi plasticienne ?" m'avait-il demandé. Et cette personne se présente justement comme plasticienne sur son site...

Le plus curieux est qu'il n'avait pas pu s'empêcher de m'en parler, ça avait été plus fort que lui, sous forme de mensonge certes, mais il m'en avait parlé quand même avec cette histoire de rencontre fortuite ! Sans doute pour mieux savourer cette éventuelle triplicité. Ca me fait penser à la nouvelle d'Edgar Poe où l'auteur d'un meurtre se fait prendre par perversité : il faut absolument que le monde sache qu'il en est l'auteur pour que sa jouissance soit au comble.

Je ne sais quelle a été la nature de ses échanges avec cette Alexandra, mais à la vue des smileys employés, sa tentative n'a vraisemblablement pas abouti.

Je n'ai plus de cigarettes et il faut que j'attende encore 20mn avant que le tabac ouvre...

J'ai mes cigarettes !!! J'ai mis un pantalon et un gros pull par dessus mon pyjama, et une fois dehors je me suis aperçue qu'il neigeait. J’ai eu une sensation curieuse, celle qui se passait des choses autour de moi. Mes yeux commenceraient-ils à s’ouvrir, pour voir qu’il y a de belles choses autour de moi ?

Une fois dans la boutique, j’ai été confrontée au monde du travail… Une file d’attente, avec des gens pressés… Ils allaient visiblement prendre leur bus après avoir acheté leurs cigarettes. Et ce monde du travail m’a semblé soudain si loin… sorte d’univers irréel auquel je n’appartiens plus. Cela va être mon plus grand pari maintenant que mon activité est morte. Après tout, ce n’est pas plus mal puisqu’elle était liée à lui, et à notre projet d’amour éternel… S’accomplir, comme il disait. Faire de grandes réalisations pour continuer à s’admirer l’un l’autre, le pari étant de se donner les moyens pour que notre relation continue. « Aie confiance » me répétait-il (un peu comme dans le serpent du Livre de la Jungle vu par Walt Dysney) « Si on le veut vraiment, si on le croit, notre amour triomphera des difficultés, il est unique ». Notre projet allait au-delà de sa retraite, je devais trouver le moyen pour que les contingences matérielles ne fassent pas obstacle à ce si grand amour, surtout lorsqu'il serait en Vendée. Il n’avait qu’un souhait c’était que « je brille »… Et du jour au lendemain, après 8 ans, hop-là ! Disparu ! Sa phrase devant mes questions, seulement 2 jours après la séparation, malgré son mail mensonger sur sa souffrance à me quitter et son amour éternel, me résonne encore en tête : « Et oui, tu as une déception amoureuse ! Et alors ? Tu n’en as jamais eue ? » d’un ton sec et froid. Non je n’en ai jamais eue de la sorte… avec autant de cruauté. Les séparations n’étaient pas aussi calculées, pas aussi sournoises… Et elles étaient partagées.

Je vais relever le défi et me trouver une activité où oui je brillerai, pendant qu’il restera dans son obscure médiocrité. Il faut que je prenne un peu de temps pour prendre une voie qui corresponde à mes aspirations… Et puis j’ai un pas de 8 ans à faire pour enjamber ce gâchis. Ce n’est pas si facile que ça. Il faut bien que je prenne mon élan pour repartir de là où j’en étais et passer de 2001 à 2009. Pour l’instant, je digère… Ou plutôt je fais une indigestion. Je veux vomir tout ce poison qu’il a mis en moi, jusqu’à la moindre goutte. Il ne doit rien rester de lui… Rien !

Nuit du 04 au 05/01

Cette nuit, j’ai lu sur le net pas mal d’articles sur le donjuanisme. Il semble que j’aie touché juste… ce besoin de séduire, ce besoin de trophées. Il est surprenant que notre relation ait duré 8 ans, mais cela peut arriver. Combien d’appâts a-t-il lancés avant de me remplacer ? Je vois ses échanges avec sa nouvelle sur d’autres sites. Les smileys sont identiques, les phrases sont identiques :

And all the people around them say “These two ones are so in love, that nothing could separate them” Their dreams will soon come true… Combien de fois me l’a-t-il dit, sous formes diverses et variées ? Notamment lorsque nous sortions. Le regard des autres, c’est cela qui l’importait. Il jubilait lorsque les gens venaient nous complimenter sur l’amour que nous dégagions.

Et je devine les rêves qu’il lui promet puisque ce sont les mêmes qu’il m’avait promis. Le discours ne changent pas. Des paroles de chansons, beaucoup. Il ne se renouvelle pas, il ne sait pas même imaginer. Mêmes échanges de dessins et photos, mêmes procédés. Ce qui m’interroge, c’est la manière dont il s’est présenté cette fois-ci. Aurait-il osé se présenter en mari fidèle ? Sans doute lui a-t-il dit que j’étais son seul écart, dans un moment de doutes ou d’égarement… C’est ce qu’il m’avait dit au début en me parlant d’une aventure qu’il avait eue il y a 20 ans… Un moment d’égarement lié à trop de travail, une relation purement sexuelle… sauf que la fille était tombée enceinte, mais il doutait que ce soit vrai. Sans doute une arme traître d’une maîtresse qui s’accroche, selon lui. Il y a quelques mois, il m’a dit avoir croisé cette ancienne maîtresse « Qu’est-ce qu’elle a changé ! Elle était pourtant jolie fille à l’époque ». Cette simple phrase aurait dû me faire bondir et me faire le ficher à la porte ! Je m’en veux de m’être bouché les yeux à ce point… Je retrouve bien là ce rapport aux trophées.

C’est vraisemblablement ce qu’il dira de moi… une erreur. Une erreur qui a duré 8 ans quand même ! Ce garçon est bien bête pour se tromper si longtemps, et surtout bien lâche pour dire des « je t’aime » jusqu’au dernier jour !!!

Bon je vais arrêter là pour aujourd’hui, mes petits yeux se ferment alors que le jour se lève. Tout est blanc dehors… Le blanc, symbole de pureté… Même le paysage se lave de lui…

Nuit du 05 au 06/01

LA CHASSE AU TRESOR

Pour répondre à un commentaire de Liguili... Effectivement rester scotchée sur cette rupture (et aussi sur le site où va mon ex) peut nuire à la "guérison". Si j'étais extérieure au problème, je penserais comme toi. Mais pour être en plein dedans, je peux te dire qu'il m'est difficile de faire autrement dans la mesure où je n'ai pas eu le droit à une explication en règle... Larguée du jour au lendemain, sans m'y attendre du tout (des mots d'amour encore le matin même), par mail, et avec à la clef un mensonge.

Je n'ai pas eu le droit à la moindre considération... Quand c'est fini, c'est fini... à aucun ménagement, à aucune reconnaissance de mon chagrin (c'était du chantage apparemment), à aucun réconfort au moins en souvenir du passé... Dans ces conditions, il est difficile de ne pas se poser des questions. Il est difficile de ne pas se demander à longueur de journée ce qu'on a bien pu faire, où ça a pêché, si c'est une vengeance pour je ne sais quelle faute inconsciente. On se sent niée, on n'existe plus. On se demande d'ailleurs si on n'a jamais existé.

Je suis obligée de chercher les réponses auxquelles je n'ai pas eu droit... Un début d'explication au bout de 15 jours ! Et pas une seule inquiètude à mon sujet ! Rien !... Et encore, parce que j'ai insisté. Une deuxième bribe d'explication, une semaine plus tard... A part ça, silence total : Mr vit sa nouvelle relation ! Certainement dans la joie et la bonne humeur d'ailleurs !

Ces deux conversations téléphoniques que j'ai eues me font un peu penser au jeu télévisé "La Chasse au Trésor"... Tu sais ? Quand un candidat gagne "l'appel à l'expert" pour avoir des indices supplémentaires... Dans mon cas, j'ai eu de la chance, j'ai eu droit à 2 appels à l'expert !!!! Une minute chacun, comme dans l'émission, et quasiment des réponses par oui et par non, sur un ton agacé... "Tu m'as quittée pour quelqu'un d'autre ?" "Oui" "Tu l'as rencontrée sur Webtarot ?" "Oui"... Quelques indices, quoi !

J'ai donc été reléguée du jour au lendemain au passé, celui qu'on veut oublier... et ça, il est difficile de s'y résoudre en aussi peu de temps. Il me paraît impossible de me dire aussi vite que c'est de l'histoire ancienne et de commencer à faire des projets. Ce serait effectivement raisonnable... mais où est la raison dans cette négation soudaine ? Moi j'ai envie de dire "Hé j'existe !", c'est plus fort que moi. Accepter son comportement face à cette rupture serait comme accepter que je ne suis rien. Je suis donc obligée de voir jusqu'où il est odieux pour pouvoir me reconstruire... On ne met pas un simple pansement sur une plaie, si on ne va pas voir dessous si il y a une fracture ou une hémoragie... ce serait peine perdue. Pas envie que ça me pète à la figure dans quelques mois, dans quelques années, ou dans mon futur rapport aux autres. Il a voulu me détruire, consciemment ou inconsciemment, et je ne suis pas d'accord pour le laisser faire !

Je suis obligée aussi de remonter le temps pour savoir jusqu'où il m'a menti, et à quel moment je me suis plantée (j'ai bien peur depuis le début). C'est un travail lent, douloureux et destructeur... mais incontournable malheureusement. Je dois le détruire si je veux m'en sortir. C'est le combat entre l'imaginaire que j'avais projeté sur lui et la triste réalité : un magicien devenu un démon manipulateur. Il a eu la prétention de tout me donner, il a eu la prétention d'être l'unique, il a eu la prétention de suffire à mon bonheur, de m'accompagner pour l'éternité au-delà des distances, de me protéger toujours de ses ondes... je ne sais quelles balivernes encore... puis il a tout cassé en deux heures de temps, au bout de huit ans ! Je me fais l'impression d'être le vieux nounours miteux au fond du coffre à jouets, supplanté par le camion de pompiers tout neuf et rutilant. Désolée, mais moi j'ai envie de le faire exploser ce coffre à jouets et d'en sortir !

Je sais qu'il ne répondra jamais à mes interrogations et qu'il a déjà tourné la page. Je sais qu'il ne lit pas ce blog (trop peur de se regarder en face). Mais moi je revendique le droit à être reconnue pour ce que j'ai été... Son âme-soeur pour toujours ? Une pauvre fille naïve dont il s'est lassé ?... Peu importe, je trouverai les réponses moi-même puisqu'il est trop lâche pour me les fournir. Je ne suis pas qu'un simple pan de vie qu'on débarrasse de sa mémoire : J'EXISTE ! avec mes qualités et mes défauts. Et si cela peut le perturber, tant mieux ! Ca revient à ce qu'il devine mes questions et qu'avec un peu de chance, il se regarde en face. Il n'est quand même pas normal que je m'auto-punisse pour le mal qu'il m'a fait, non !? Je ne peux plus manger, et je me demande jusqu'où cela va aller. C'est comme si mon corps obéissait à sa volonté : disparaître de sa vie ! Pourquoi ? Je n'en sais rien.

Je dois absolument me rendre compte au plus vite de qui il est réellement. Ce blog m'y aide. Voir de mes propres yeux sur Webtarot m'y aide. Déballer tous nos anciens chats m'y aide...

Pas plus tard qu'hier je me suis rendue compte que les CD qu'il m'a gravés de nos conversations s'intitulent "INITIATION" ! A quoi voulait-il donc m'initier ???? Ce type conserve nos échanges d'amour pendant des années, et il les archive sous "Initiation" !!! Ce titre n'est pas anodin, non !? A quel obscur dessein me destinais-tu, Alain ? Etait-ce la mise en pratique des bouquins sur le développement personnel que tu lisais ? Tu sais, ceux où on te conseille de laisser parler les gens, de les écouter, pour voir où sont leurs véritables envies pour pouvoir ensuite s'en servir comme levier... C'est toi qui me répétais ça lorsque j'ai lancé mon activité. Est-ce une expérience de lavage de cerveau que tu as faite sur moi ? Et c'est pour ça que je vais si mal aujourd'hui malgré la réalité sous les yeux ? Pourquoi m'avoir coupée de tout le monde, alors que toi tu avais ta propre vie ?

Pourquoi changer sans cesse de pseudos, sans explication, sur n'importe quel des sites où nous sommes allés ? MS-Chat, où nous nous sommes rencontrés... Tu changeais tous les soirs. Tu m'as parlé de liens "amicaux" avec d'autres femmes, cette femme en Savoie qui se sentait seule, et cette autre mal mariée qui avait des problèmes familiaux... Par contre, tu as vite détesté ma copine Coca, une mégère selon toi. Pourquoi plusieurs adresses hotmail aussi ? Et de qui étaient ces messages sur ton début de blog que tu as bien vite raturés par des astérisques ?

Pareil sur Webtarot lorsque nous jouions encore ensemble, tu en sortais tout le temps des nouveaux pseudos. Tu me faisais des scènes si j'allais faire des parties seules. Tu ne supportais pas que je parle pendant les parties, il ne fallait absolument pas que je sympathise avec d'autres joueurs. Un simple "lol" en réponse à une blague, et tu te déconnectais. Tu me voulais à toi, à toi, rien qu'à toi ! Tu m'as tellement fait de scènes que j'ai arrêté de jouer sur ce site... sauf un soir, où tu me manquais, et moi aussi j'ai pris un autre pseudo, pour te faire une surprise, et je tombe sur un type en train de faire le joli coeur avec Supernana !!! Et j'ai reconnu ta manière de parler et tes smileys ! C'était en 2005 Alain ! Me trompais-tu déjà en 2005 ? La pauvre fille m'a envoyé messages sur messages pour me certifier que vous aviez parlé de moi, que tu lui expliquais que tu étais amoureux de moi... Et moi, qui n'avait pourtant pas le droit de sympathiser, j'y ai cru comme une pauvre sotte ! Te permettais-tu de te confier à la première venue, Alain ? Comme par hasard, cette fille affichait une photo dénudée sur sa fiche... Tous ces souvenirs me reviennent Alain. Non, ce n'est pas notre histoire soi-disant unique et magique que je retiendrai...

Pourquoi avoir plusieurs ICQ lorsque je t'ai rencontré ? Sur une de nos conversations que tu as gravées, je découvre la fin d'un message en anglais avec une certaine Claudia que tu dois laisser (et oui, j'arrivais) mais que tu avais hâte de revoir... Pourquoi prendre différents pseudos encore sur Trancegoa où tu n'allais que pour télécharger de nouveaux mix et voir les dates de teufs ? Tu as persécuté Boudhinette sur ce site au motif que tu la trouvais stupide... Quel contentieux avais-tu donc à régler avec elle en fait ???? Sur ce site aussi ça te dérangeait que j'aille... pas plus tard qu'en Mai de cette année, tu m'as fait un souk parce que je participais à un topic... Un topic où on ne parlait pas, où on ne faisait que déposer des photos qui s'enchaînaient entre elles... Je ne déposais que des photos et tu as flairé une complicité suspecte avec un (ou une, je n'en sais même rien) participant de ce jeu. J'ai eu droit à une scène. J'ai donc quitté ce site pour la troisième fois. Pourtant, en mai, si j'en crois tes dires, tu étais déjà détaché de moi, non !?  Si tu te souviens de la première crise que tu m'as faite à propos de Trancegoa, c'est parce que j'avais répondu "merci" à un internaute qui me félicitait de mon post... J'y avais raconté notre teuf, vécue ensemble, et ça te dérangeait que par ce simple "merci" j'établisse une promiscuité avec un autre, souillant ainsi notre teuf...

Quel psychopathe es-tu donc, Alain ? Et comment ai-je pu me laisser avoir à ce point ? deux, trois smileys, deux, trois "ma belle-isa", deux, trois promesses d'étoiles unies à jamais, et j'ai plongé ??? Moi qui ai 134 de QI ??? Comment ai-je pu me laisser ainsi berner, pendant autant de temps ? Fallait-il que je t'aime pour me boucher autant les yeux... Trop de contes de fées dans mes écrits, tu as su où me toucher pour mieux me couler ! Je crois que ta femme a bon dos... Existe-t-elle seulement ???

Pour finir ma réponse à Liguili, voilà toutes les questions que je me pose et auxquelles je trouve des réponses en les écrivant. Je préfère agir comme cela plutôt que de dormir avec la photo de mon chat (mort il y a 8 ans) en l'implorant qu'il me protège de là-haut et qu'il m'empêche de me ficher en l'air ! J'en étais là avant de commencer ce blog. Alors oui, je fais la chasse au trésor, pour trouver la vérité... Ensuite, je pourrai être sereine et passer à autre chose... avec beaucoup plus de méfiance !

SOUVENIRS, SOUVENIRS...

Cette nuit, j'ai passé mon temps à regarder tous nos échanges... Tu sais ? Les CD que tu m'avais gravés de nos chats... Grand ménage de printemps, quoi !

Et je suis tombée sur un échange de mails lol ! En fait tu réponds par mail à un de nos chats de juillet 2001 (ça faisait déjà près de 4 mois que l'on discutait ensemble sur le net, sans jamais s'être vus) qui apparemment s'était terminé froidement... Je m'interrogeais sur la nature de notre relation et souhaitais prendre du recul. Voilà la réponse que tu m'as faite :

-----

06/07/01

…«  âme sœur »… ?… ,

  

              Un vide énorme s’est installé depuis ton dernier message…..

 

      Je sais déjà que ni toi ni moi ne vivrons jamais une relation aussi exceptionnelle et magique que celle que le destin nous avait permis de commencer à partager…. ( ou « permet » , … pouvons nous encore espérer parler au présent ?)…relation au goût d’inachevée… acre, amer, ….

 

      Et je me retrouve là, esseulé, devant ce CD inachevé sur lequel j’avais commencé à mettre tant de passion à le concevoir pour te l’offrir  (juste après que nous nous soyons quittés hier soir je commençais déjà à te le graver) ; heureux à l’idée que ce soit « ton  CD » à toi avec tes goûts et la marque de tes poèmes…

      ... comme ces mille et une autres attentions que je t’avais déjà préparées et que je souhaitais t’offrir… juste en échange de tes « sourires », pensant , comme tu le disais, t’apporter un peu de bonheur….

       …quel imbécile et quel prétentieux je suis de l’avoir cru…

 

     Peut on faire plus mal à quelqu’un en lui disant, du soir au lendemain, sans explication, et de la manière la plus cruelle et la plus abrupte qui soit, que c’est devenu subitement sans intérêt ?

     A se demander si ce ne sont pas les « salauds » du net qui ont raison quand ils se comportent sans égard et respect avec leurs homologues du sexe opposé… et bien qu’ils restent tous dans leur misère, leur fange et leurs rencontres minables, tous autant les uns comme les autres, au royaume des névrosés… je les ignore … je les plains…ils sont encore plus bas que le commun des mortels …..

 

    Je ne sais même plus quoi penser de cette femme que je trouvais si créative, pleine de talent et d’avenir , cette femme à qui j’étais si heureux d’apporter et de partager avec elle un « soutien » pour conquérir l’avenir… tout m’apparaît tellement embrouillé maintenant… triste et cruellement lâche..

    … a t elle toujours été vraiment elle même ? ….étais ce bien « elle » qui était toujours de l’autre côté du miroir, ou bien étaient ils « plusieurs » à jouer ?

 

    ...j’ai encore en mémoire « sa » promesse, celle qu’elle m’a faite de m’envoyer par fichier les récits de nos chats….

 

     Je ne sais plus, je ne sais pas qui tu es ou étais vraiment….ni où j’en suis…

               Qui m'aidera à retrouver la sérénité?... 

 -----

Tu vois, toi à l'époque, une simple demande de réflexion, de prise de recul, t'avait choquée... alors que l'on ne s'était encore jamais vus... J'ai d'ailleurs surligné la phrase. Alors comment as-tu pu toi, après 8 ans de relation bien réelle, rompre du jour au lendemain, sans prévenir, me disant encore des "je t'aime" la veille ???? Comment as-tu pu me laisser 15 jours sans répondre à mes appels ? J'ai fini par t'arracher l'explication seulement au bout de ces 15 jours...

C'est pourtant bien toi qui as écrit ce mail... J'en ris et j'en pleurs à la fois, tellement tu me sembles maintenant pathétique...

Je note au passage qu'il y avait déjà de l'exceptionnel et du magique que l'on ne revivrait jamais. Tu peux donc déjà prévenir ta copine Déité qu'elle arrive trop tard, qu'avec moi c'était mieux... C'est pas moi qui le dis, c'est toi qui l'as écrit !

Tiens, je te balance ma réponse d'alors tant que j'y suis (car moi j'avais répondu dans la foulée... pas 15 jours après).

----

Date :

Fri, 06 Jul 2001 21:24:12 -0000

 Un petit poisson, un petit taureau... mais comment s'y prendre ?

Je prends du recul pour trouver la réponse à cette question et je ne suis même pas sûre de trouver la bonne... celle qui convienne aux deux, celle qui convienne à deux personnes ayant des perceptions et des enjeux bien différents...

Cette différence de perception je la note déjà quand tu écris que notre relation est devenue soudain sans intérêt pour moi... alors que je n'ai que souhaité marquer une pause, pour réfléchir. Oui j'en conviens de manière qui a pu te sembler brutale... si tu n'avais pas déjà remarqué le ton différent que j'avais adopté à la fin de notre dernière discussion avant hier... Oui c'est vrai, je t'ai dit hier que je n'écoutais plus de musique, ça ne voulait pas dire "plus jamais", mais que là aussi je faisais une pause de ce côté pour garder l'esprit clair, car cette musique sera à jamais attachée à nos discussions. Je me suis sans doute mal exprimée, ou à mi-mots, mais c'est parce que j'ai donné un coup de frein brusque... le dérapage était inévitable, les phrases ne pouvaient donc être sereines et réfléchies... Sur la forme, je te prie de m'excuser, dans les moments d'émotion je parle souvent de manière codée, persuadée que les autres sauront me décrypter... une certaine forme de timidité ou de doute qui m'empêche de dire les choses telles qu'elles sont... mais sur le fond, j'aurais aimé un peu plus de compréhension, sans que tu remettes en cause ce que nous avons vécu ces derniers mois... ton dérapage à toi, sans doute...

Cette différence de perception je la note encore dans la manière même d'appréhender notre relation... un échange innocent de sourires contre un peu de bonheur... échange auquel je me prêtais volontiers, sans arrière pensée... mais jeu dangereux ! échange peut-être pas si innocent que ça... et je pense que tu le sens bien : un seul jour sans nouvelle et tu m'envoies aujourd'hui ce mail plein de doutes, si ce ne sont même des reproches... tu me l'avais prouvé déjà l'autre soir en évoquant le danger à se rencontrer, me faisant prendre ainsi conscience de la situation... nous avons créé et nous enfermons dans une bulle imaginaire... difficile pour un Taureau ! Mais il est vrai aussi que nous n'avons pas les mêmes enjeux. Tu as déjà ta vie, et peux considérer cette bulle comme un refuge épisodique. Moi, je vis seule avec mon chat dans mon HLM et je n'ai pas d'enfant... je n'ai encore rien construit de concret, rien de stable sur quoi me reposer... dois-je faire une demande d'adoption de mon ordinateur ?... car quand tu n'es pas à l'autre bout, c'est bien de cela dont il s'agit, un ordinateur, un simple meuble... et je n'ai plus grand temps devant moi... Les derniers week-ends j'ai trouvé tous les prétextes possibles pour éviter mes amis, afin de ne pas louper nos discussions. Et samedi dernier, j'ai tellement essayé de ne pas sortir que je suis arrivée si en retard à cette soirée... et tu connais la suite... Cette situation n'est plus si innocente que ça... l'imaginaire empiète sur le réel... et toi, avant hier, tu me confirmes que tu ne seras à jamais que des mégaoctets entassés là sur mon disque dur ? que tu te résumeras à des CD et de belles images ? à une goutte d'après rasage qui s'évaporera sur du papier glacé ?

Je sais déjà que tu auras du mal à saisir ce que je cherche à te dire, car tu es Poissons... capable de vivre les choses sur deux niveaux... mais j'espère que tu feras un effort pour avoir durant quelques secondes la vision d'un Taureau qui aime à brouter de la bonne herbe fraîche les quatre sabots sur terre, sans doute incapable de sortir du troupeau même si son esprit vagabonde de temps en temps sur les trains qui passent au loin... Toi tu te guides dans l'espace aux étoiles qui brillent, moi je ne m'éloigne jamais bien loin du sol gardant précieusement des points de repère tangibles...

Et pour l'instant je te demande simplement de me laisser retrouver mes repères, de me laisser resituer les choses, la nature même de notre relation... je me suis méprise... pas sur toi, mais sur moi-même... Et je suis désolée si ma réaction a été si soudaine, mais je ne l'ai réalisé qu'avant hier soir... Je suis partie trop vite, j'ai décollé à une vitesse fulgurante... et le choc est toujours un peu brutal au moment où l'on sort le parachute...

Enfin, pour répondre à ta question, à savoir qui je suis... Je suis bien moi et l'ai toujours été vis-à-vis de toi... par contre je ne sais pas si je suis bien celle que tu as pu imaginer, et l'esprit humain étant si complexe, je ne le saurai sans doute jamais.

Je ne sais pas non plus si cette longue lettre t'aidera à retrouver la sérénité, mais j'aurai tenté de t'expliquer. Cette longue lettre est ce que j'ai voulu te dire hier par "l'ogre n'existe pas"... Je n'ai pas mis fin à notre relation sur un coup de tête, ou par "cruauté", j'ai simplement marqué un stop, le temps de reconstruire mes défenses...

Isabelle

nb : je tiens toujours mes promesses !!! et je suis vexée que tu aies pu en douter

---

Cette réponse expliquait en fait que je m'interrogeais à développer une telle relation sur le net. Quant à "l'ogre n'existe pas" cela faisait référence à un petit site "le petit poucet" que j'avais créé à l'époque.

Pour ma promesse, il s'agissait d'écrire l'histoire de notre relation...

Bin, tu vois, je le fais sur ce blog ! lol ! Ca ne commence effectivement pas par le meilleur, et ce n'est vraisemblablement pas fait de la manière dont tu l'aurais souhaité... Mais imagine, si à l'époque on avait pondu un bouquin... pour en arriver là 8 ans après... On aurait eu l'air fin !!!

Au fait ? avec ta nouvelle cyber-copine, c'est aussi l'objectif que vous vous êtes fixé d'écrire votre cyber-histoire pour "construire ensemble" ? (ce sont des mots que tu aimes bien "construire ensemble")... Alors dépêchez-vous, car on va être en concurrence sur ce coup-là ! lol

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×