Nouvelle : "COMME SI"

COMME SI

COMME SI…

 

 

 

- « Hey !!!! Attendez-moi !!! »

 

Lisa hurle. Lisa gesticule. Le bateau s’éloigne, emportant au loin le bruit des glouglous accroché à son hélice.

 

- « Mais quels cons ! Mais quels cons ! »

 

Lisa consternée se laisse balancer par les vagues, engoncée dans son gilet. Aussi loin qu’elle porte son regard, ce ne sont que des vagues, et des vagues… et le bateau qui n’est plus qu’un point.

 

Elle s’accroche au bout de rocher qui affleure l’eau. Le bateau ne revient pas.

 

Le soleil marque environ quatre heures, tout en lui frappant le dessus du crâne. Le bateau ne revient toujours pas. Il y a bien une île derrière elle, beaucoup plus proche que la côte, et il est plus de seize heures ; sous ces latitudes la nuit ne va pas tarder à tomber… et puis le bateau ne reviendra pas.

 

Lisa réajuste son masque et son tuba, gonfle un peu plus son gilet pour compenser la gêne des bouteilles et entreprend de nager jusqu‘à l‘île. Elle n’en revient toujours pas qu’on ait pu l’oublier là, alors qu’elle avait juste contourné le rocher pour contempler des poissons perroquets, pendant que les autres étaient remontés à bord.

 

- « Bande d’alcolos ! »

 

Elle est maintenant au dessus des grands fonds. Elle lutte contre le courant de la passe qui la ralentit. Elle lutte aussi contre la peur, et elle accélère. La peur des requins. Ceux qu’ils étaient venus voir. Ceux qu’ils n’ont pas vus d’ailleurs… Rien de tel que de s’amuser à aller les voir en dessous, pour en avoir peur au-dessus !

 

- « Club de merde ! »

 

Enfin, Lisa s’affale de tout son long sur le sable, les bouteilles encore au dos. Le soleil l’imite sur la mer. Deux heures d’efforts l’ont épuisée. Efforts insensés, mais contre toute attente, efforts récompensés.

 

Elle regarde la cime des cocotiers qui frissonnent au vent du soir. Derrière eux, la jungle, la jungle qui se met à lui murmurer des histoires horribles au creux de l’oreille… Elle décide de s’installer sur la plage pour la nuit, préférant accorder sa confiance aux clapotis de l’eau et au chuintement des vagues.

 

Soudain son regard est attiré par des lumières au loin sur la mer.

 

- « Hey !!!! Hey  !!! »

 

Ses appels restent sans succès. Le bateau qui la cherche est trop loin… près du rocher qui affleure l’eau. Le bateau la cherche mal ; elle a l’art et la manière de faire les mauvais choix ; les lumières salvatrices s’en retournent au néant.

 

- « Quels cons ! »… « Mais quelle conne ! Pourquoi je suis pas restée là-bas !»

 

Son destin finit par se perdre quelques instants dans la nuit. Puis le matin la réveille sans générosité. La dure réalité est là.

 

Lisa s’en remet aux génies de la jungle. Elle abandonne sur le sable son matériel de plongée, mais prend soin de garder sur elle sa combi et ses boots pour se protéger.

 

Elle marche des heures durant. Le temps n’existe plus. Elle a chaud, elle a faim, elle a soif… Les moustiques la harcèlent. Des animaux mystérieux tapis sous la végétation ricanent sur son passage, imitant le rire des elfes... Lisa est perdue !

 

Lisa perdue n’en peut plus. Lisa perdue s’assoit sur une grosse branche d’arbre mort. La branche d’arbre casse. Lisa perdue tombe dans un trou.

 

Un cri strident retentit ! Lisa crie aussi !

 

Deux grands yeux noirs et effrayés, entourés de larmes séchées, la dévisagent. C’est un enfant. Un enfant est là et la regarde. Lisa passe sa main dans les cheveux de l’enfant pour le rassurer.

 

- « N’aies pas peur »

 

L’enfant répond. L’enfant prononce quelques mots, mais des mots aussi étranges que lui ont paru ceux de Lisa. Il gémit et montre sa jambe. Lisa voit la jambe blessée. Lui aussi a du tomber. Mais lui ne peut plus marcher. Elle se demande depuis combien de temps cet enfant est là… là à l’attendre.

 

Lisa prend l’enfant sur son dos. L’enfant la guide d’un doigt tendu et affaibli. La route est encore longue… mais ils ne sont plus perdus… ils se sont trouvés.

 

Ils arrivent finalement au village au plein cœur de la jungle : Lisa en combinaison de plongée, surgie de nulle part, l’enfant sur ses épaules. La surprise est grande et l’accueil  triomphal.

 

L’enfant s’appelait Pao. Pao avait disparu depuis deux jours. Le village entier l’avait cherché sans l’avoir pu trouver. On avait espéré, puis craint le pire, puis désespéré. On avait fini par se résigner : Pao était bel et bien perdu… à jamais perdu.

 

Quelle était donc cette étrange machine qui s’était mise en place pour parer à cet échec ? Pao devait vivre, c’est sûr ; on ne pouvait imaginer d’autre fin. Mais pourquoi avait-il eu cet accident alors ? Et aussi, pourquoi restait-il introuvable ?

 

Il y avait vraisemblablement eu une erreur… une erreur quelque part… une erreur qu’il avait fallu réparer tant bien que mal en allant chercher en ultime recours une plongeuse au beau milieu de l’océan à sept kilomètres de là… pour ensuite la parachuter au beau milieu de la forêt tropicale ! Un enchaînement tellement inconcevable… « La magie » diront certains, « Son heure n’était pas venue » diront d’autres…

 

Quoiqu’il en soit, des voies très étranges et très impénétrables ! Mais quels sont donc ces esprits supérieurs qui gouvernent ainsi notre destin ? C’est comme si… comment dire… comme si…

 

- « Bande d’alcolos !!! »

-------------

 

Je trouve l'exercice de la nouvelle intéressant car cela correspond à une écriture très rapide. Selon moi, cela relève un peu de l'écriture automatique. On ne s'encombre pas de descriptions et on va à l'essentiel. L'action est privilégiée, et ça j'aime bien. De plus, comme je "démarre" toujours sur une ambiance sans trop savoir où je vais, l'histoire se bâtit très vite suivant l'humeur du moment. Ensuite, il n'y a plus qu'à corriger les fautes d'orthographe ou à remettre d'aplomb certaines phrases pour qu'elles soient plus compréhensibles.

Cette nouvelle, je l'ai écrite en 2000 ou 2001 à la demande d'une amie sur internet (Cocalight) qui m'avait informée d'un concours de nouvelles en Suisse. Je l'ai faite en deux heures de temps... Bon, je n'ai jamais eu de réponse, mais ça avait été une bonne expérience.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site